#30498
bzobzo
Participant

comme j’aime offrir ma chair

offrir sa chair, c’est une attitude, c’est mental,
c’est avoir comme un précipice empli de duvet au milieu de soi,
c’est se laisser glisser dedans, se laisser emporter dedans,
se laisser entraîner toujours plus loin dedans,
chuter, céder sans crainte, se laisser tomber sans fin,
au final et en résumé,
c’est comme si on écartait les cuisses à chacune de nos cellules mentalement

chacun de nos cellules va se faire baiser,
une à une, en même temps, elles vont se faire pénétrer,
c’est cela s’offrir, offrir sa chair au plaisir

comme j’aime offrir ma chair,
offrir sa chair au plaisir,
c’est ressentir dans chacune de nos cellules séparément mais dans toutes à la fois,
le plaisir qui l’imbibe, qui pénètre par la béance,
le ressac du plaisir dans chacune de nos cellules
car le plaisir va et vient,
le plaisir, c’est une infinité de langues formant un océan sans fin,
de langues lécheuses, de langues qui lèchent encore et toujours,
de langues qui frottent, qui frottent encore et toujours,
de langues qui tournicotent, qui tournicotent encore et toujours,
de langues qui humidifient, qui humidifient encore et toujours,
de langues qui bavent du nectar, qui bavent du nectar encore et toujours
de langues qui bavent du nectar sans considération partout,
le plaisir, ça bave du nectar sans cesse

quand une langue s’introduit dans la béance d’une cellule de notre corps,
la cellule se ramollit, devient onctueuse,
la cellule devient dégoulinante, baveuse, elle fait flic floc quand le plaisir va et vient en elle,
sorte de méduse chaude, frissonnante, pleine de couleurs irisées
qui émet des gémissements et des cris imperceptibles

mais quand ce sont des milliards de cellules qui gémissent et crient ensemble,
cela sort par la bouche, cela s’envole par la bouche