#30687
AndranerosAndraneros
Modérateur

Tu nous dis @epicture :

Je ne sais pas si ce que je convoite est féminin. Ce que je sais c’est que ça n’a rien de commun avec ce que je reconnais en moi de masculin.

Ta remarque apporte une réflexion rarement développée sur la question de la nature du plaisir que découvre un homme qui parvient à vivre des orgasmes prostatiques. En effet la plupart des messages sur ce sujet disent :
1. Je ressens un plaisir différent de celui que je connais dans mes activités sexuelles habituelles ;
2. Je parviens à ce plaisir en étant pénétré par un objet qui stimule ma prostate de l’intérieur ;
3. Je localise ce plaisir dans mon ventre ;
4. Je n‘ai pas d’éjaculation ;
5. Je n’ai pas de période réfractaire ;
6. Donc je ressens un plaisir féminin.
Or ces cinq affirmations n’imposent pas cette seule conclusion. Ce n’est pas parce que l’expérience de ce type d’orgasme est différente de l’orgasme masculin avec éjaculation et qu’elle présente des ressemblances avec les orgasmes féminin qu’elle est obligatoirement féminine. Cette ressemblance peut tout simplement être le signe que cette forme de jouissance est mixte, disponible chez l’homme comme chez la femme. Dans cette hypothèse l’orgasme prostatique n’est pas le signe du féminin dans l’homme, mais le signe de son accès à la plénitude de son être sexuel.

J’ai dit que si cette forme de jouissance avait pour moi aussi des traits féminins, je ne me sentais pas femme pour autant mais plutôt réunifié, plus complet.
Je comprends bien ce que tu dis @épicture :

Je ne sais pas si ce que je ressens est la même chose que ceux qui appellent ce qu’ils ressentent comme du féminin en eux. En fait je m’aperçois que, à trop vouloir l’identifier, ce quelque chose que je ressens, je le bride. Je ne lui donne pas l’espace dont il a besoin pour croître et se répandre.

C’est plus difficile d’imaginer cette notion de réunification que celle de la féminisation. Elle est plus abstraite :

Ce quelque chose est une sensation, et c’est elle que je convoite.

Tu exprimes à ta manière ce que je ressens aussi :

La sensation d’une circulation est très nette pour moi. Peu importe que ce soit de l’énergie ou je ne sais quoi d’autre, ce qui compte c’est que je le sente circuler, se répandre en moi, aller et venir, monter et redescendre.

Tu sembles de plus en plus ressentir ce dont nous parlions déjà il y a trois mois (passage relatif à « tantric training wheels »). Tu ajoutes :

« un esprit d’ouverture pour que quelque chose me pénètre et se répande en moi », ça a quelque chose de féminin, en effet.

On peut aussi comprendre que la femme accède spontanément à une forme de jouissance beaucoup plus complète, qui est disponible chez l’homme mais qu’il ignore parce qu’elle est cachée par la nécessité de la reproduction.

Bon cheminement @epicture.