#30892
AvatarCh313
Participant

Dans l’expérimentation, l’apprentissage, la recherche de ‘LA’ sensation, cela fait plusieurs fois qu’au milieu de la nuit je m’introduis l’Helix en espérant qu’il se passe ‘quelque chose’.
Je m’endors tranquillement, rapidement sans aucune sensation qui m’inviterai à une ‘séance’.
C’est une pratique que plusieurs ont rapporté voire conseillé dans ce forum.
Laisser le corps seul dans le sommeil appréhender le masseur, réagir, inter-agir avec lui sans aucune intervention de la conscience me parait un objectif intéressant.
Mais au réveil (au bout d’un cycle de sommeil environ deux heures et demi) RIEN…
Je sens qu’il est là mais cela ne déclenche pas de réaction chez moi.
Parfois j’abandonne, parfois j’essaye de provoquer un début de réaction.

Ce matin je me lève donc, je m’installe dans mon fauteuil avec plusieurs serviettes…
Dès que je me détends, les spasmes commencent à m’agiter. Une chaleur se diffuse dans mon bassin, je suis déjà ‘partie’.
J’ai la vulve en feu, inondée, les va et vient de mon bassin deviennent puissants…
Les contractions s’amplifient, je me cambre les cuisses largement ouvertes.
Mais dans la jouissance d’une contraction suprême le masseur s’expulse,
Ma main promptement le remet, je jouis, je me répands chaudement sur mon ventre.
Les contractions deviennent violentes, le masseur s’éjecte à nouveau.
Je l’enfonce le plus profondément que je peux, je m’inonde à nouveau.
Totalement cambrée cela coule sur mon ventre, j’étale cette huile de plaisir jusque sur mes seins, les massant, les pincent avec délices.
À nouveau le masseur ressort, je le remets aussitôt, ma main toute huileuse le maintient.
Mes doigts pressent mon anus pour le maintenir en moi.
Mon majeur presse mon périnée, glisse jusqu’à l’anus, lentement en petit ronds écarte le masseur, s’introduit en moi.
Pendant plusieurs minutes il farfouille en moi, je squirte encore et encore…
Je sens mon sphincter aller et venir massant, suçant mon doigt….
je baise mon doigt ! Je fais l’amour à mon doigt Délires total !
Je suis hors conscience, je tremble, je me branle de partout ?
….
Mais le jour se lève, il me faut revenir, j’éponge tout ça avec un plaisir satisfait.
Plus d’une heure un quart d’effervescence, de plaisirs et d’orgasme qui diffuse encore maintenant une douce chaleur dans mon corps.
De l’écrire maintenant provoque encore des vagues de contractions qui ‘mouvent’ le masseur que j’ai gardé en moi et m’agite dans des spasmes incontrôlés.

C’est ‘à chaud’, presqu’en direct, je me dépêche de le poster.
À plus, bonne journée….