#30946
bzobzo
Participant

Je vous tiens informé sans vous assaillir de messages après chaque séance

Tiens nous informé et n’aie crainte de nous assaillir de messages si le coeur t’en dit

Je vais en effet repartir à zéro, laisser tomber mon jouet vibrant et laisser les vidéos de côté.

il ne faut pas craindre une première période qui peut être plus ou moins longue, selon les personnes,
où tu ne ressentiras pas grand chose,
la patience et la ténacité font partie du parcours du combattant prostatique,
le jeu en vaut la chandelle,
c’est peu dire, c’est une véritable caverne d’Ali Baba sexuelle qui sommeille en toi,
y accéder, c’est te garantir jusqu’à la fin de tes jours,
un plaisir d’une intensité bien supérieure à ce que tu as connu jusqu’ici,
des orgasmes sur-puissants à répétitions pendant une demie heure, une heure quasi sans arrêt, etc,
enfin je ne vais pas faire le bonimenteur qui vante sa marchandise,
je n’ai aucune action chez Aneros

Je note toutefois que les meilleures sensations que j’ai eues jusque mtnt c’est lorsque j’étais très excité sexuellement.

c’est assez logique mais étaient vraiment du plaisir prostatique, c’est encore une autre question
et si oui,
était-ce un plaisir prostatique de qualité?
enfin de qualité suffisante que pour t’emmener là où tu espères arriver?

prends ton temps quand tu essaieras le masseur,
le Junior est plutôt un bon choix pour commencer,
je ne vais pas trop m’avancer dans les conseils
car ma façon de pratiquer diverge fortement du traité d’Aneros,à toi de trouver ta voie
et le mieux sans doute est de commencer de la façon dont le plus grand nombre y trouve son compte

donc relis attentivement le traité
mais en action, n’essaie pas trop de le suivre à la lettre,
laisse-toi un espace de liberté pour improviser, pour écouter ton instinct

bien se laisser aller et s’écouter, c’est l’essentiel,
deux processus mentaux,

un processus physique, l’action physique,
tes manipulations du masseur avec les muscles de la zone,
tes caresses, tes mouvements divers, surtout du bassin
et puis deux processus mentaux,
s’écouter et se laisser aller à son plaisir

se laisser aller à son plaisir, se laisser emporter,
c’est se rendre, c’est se laisser glisser en soi, se laisser dériver,
c’est mettre son moi pensant en sourdine
et n’être plus juste qu’une éponge prêt à s’imbiber des sensations

s’écouter, c’est aussi mettre son moi pensant, son intellect en sourdine
et être comme une immense oreille tendue vers l’intérieur,
c’est se rendre disponible en fait,
penser nous coupe de nos sensations, en tout cas au début,
quand les sensations ne sont encore que des brindilles à peine enflammées qu’un oui ou qu’on non peuvent éteindre

bon courage
et dis-toi que certains y arrivent en quelques jours,
cela ne tient qu’à toi
et de toutes les façons, le jeu en vaut largement la chandelle

j’allais oublier quelque chose de très important,
mets-toi au lit en n’ayant aucune attente,
il faut absolument que tu laisses toutes tes attentes au vestiaire,
plus facile à dire qu’à faire bien sûr
mais il faut en avoir conscience,
c’est très contre-productif , cela rend impatient
et cela bloque notre capacité à nous laisser aller,
à écouter, à être perceptif, réceptif, ouvert