#31105
EpictureEpicture
Participant

Je chevauchais dans ma vallée langoureuse, passant d’un col orgasmique à l’autre, me faufilant entre les pics éjaculatoires, j’étais assailli de vibrations orgasmiques, mon corps crepitait de plaisir, mon cerveau était étincelant, à la limite du décrochage. Ma main droite caressait lentement mon sexe alternativement dressé et au repos, ma main gauche circulait sur le reste de mon corps venant parfois explorer le sillon anal. Mon bassin faisait des mouvements de rotation, et mes jambes, accompagnant ce mouvement s’ouvraient et se fermaient venant presser delicatement mes testicules. Régulièrement, des spasmes abdominaux venaient me secouer le torse et provoquaient des bouffees de chaleur et de plaisir. Mon front perlait de sueur. Cela faisait environ 1 heure que je virevoltais quand soudain, je fus propulsé en haut d’un pic sans pouvoir retenir l’assencion… L’atterrissage fut brutal, et la crainte de devoir recommencer tout le trajet jusqu’à cet état sommital d’excitation, m’ouvrant la porte de ma vallée langoureuse, me decourageait.

Mais en réalité, mon effort ne fut pas vain. L’éjaculation ne réduit pas tout à néant. L’excitation ne retombe pas au degré zéro. L’équilibre qui doit s’opérer entre excitation et relaxation est une chose fragile. Le taux d’excitation doit pouvoir monter en même temps que le degré de relaxation. C’est un point d’orgue, une mise en suspension. De cet état dépend la réussite de mes explorations.

Ma pratique est double. Je n’ai pas basculé ni d’un côté ni de l’autre chacune de mes pratiques, masturbatoire, et prostatique m’apporte sont lot de bonheur. C’est comme si il y avait synergie entre les deux.

l’autre soir j’ai joué avec les contractions anales, avec mon Helix trident, sentant les contractions involontaires de plus en plus prête à prendre les commandes, explorant ces petits recoins pour que mon corps trouve ce petit passage, aussi gros qu’une tête d’épingle, aspirant mon être dans l’orgasme généralisé. Je le sais là, tout prêt, juste derrière, mais le passage est encore trop étroit, ou je suis encore trop encombré de choses et d’objets inutiles de l’autre côté de ce passage.

Bon cheminement à tous