#31893
AvatarArousal
Participant

Difficile question. Il n’est déjà pas facile de se dire avec certitude « tiens, c’était un super-O ». Comme le rappelle @bzo, c’est une progression. Au début on ne ressent rien ou pas grand chose, puis un petit quelque chose, puis ça grandit, grandit…
On finit par se dire « wow aujourd’hui j’ai joui comme je n’ai jamais joui. Ça devait être un super-O ». Et la séance d’après, ou un peu, ou beaucoup plus tard, c’est encore plus intense.
Ceci dit, il m’est arrivé une fois il y a quelques semaines un orgasme particulièrement brutal qui m’a saisi, coupé la respiration, fait me contracter tout le corps : je me suis dit que c’était ça le super-O… encore une fois. Jusqu’à la prochaine ?
Pour répondre à ta question (y a-t-il un petit quelque chose qui m’a fait basculer ?), peut-être. J’étais dans une phase d’excitation sexuelle assez importante, et j’ai dû pratiquer le massage prostatique quotidiennement pendant une semaine (alors que d’habitude ça tourne autour de 1 à 2 fois par semaine), sans éjaculation pendant cette période.
Il ne faut pas courir après le super-O je pense. L’important c’est d’être présent à son plaisir, et le laisser grandir, quel que soit le nom qu’on lui donne.