#32126
bzobzo
Participant

Mais je crois que j’ai oublié un détail dans la description de mes séances. Une de nos différences se trouve dans le mouvement. A part le fait de me cambrer, ou d’onduler lentement façon liane, une légère caresse sur la fesse ou à l’intérieur d’une cuisse, je suis pratiquement immobile.

et cela prouve bien l’extraordinaire vastitude de notre pratique,
tellement elle est diverse, d’une diversité sans bornes

basée sur quoi?
la prostate? notre sexe? notre corps? le féminin enfoui en nous? les caresses?
un masseur pour certains?

notre potentiel sexuel en nous est sans limites ,
l’explorer hors des routes balisées, emprunter les chemins de traverse,
c’est aller au-devant de ces infinis possibilités,
notre corps ne demande que cela, il est notre véhicule au quotidien, sous nous,
mais son véritable royaume,
est un pays où les sensations sont des sortilèges à vivre,
un pays où des extases, des orgasmes, peuvent nous emmener tellement loin,
pas étonnant qu’il y ait des pratiques ésotériques genre tantrisme
qui ont leurs racines dans le sexe

il ne tient qu’à nous de nous reconditionner
et alors on peut en restant quasi immobile, juste une petite pression à gauche et à droite
et un mouvement de houle lascive dans le corps,
comme toi
ou alors comme moi, effectuant les gestes et les mouvements d’un corps à corps amoureux,
nous arrivons à éveiller un feu, un brasier qui se répand partout en nous,
qui nous emporte, qui nous explose, qui nous propulse,
toujours plus loin

je voulais juste dire, je sens bien ton approche, elle pourrait être mienne,
le fait est que je m’immobilise souvent,
d’autres fois je bouge au ralenti, très lentement,
c’est une façon d’être immobile en mouvement,
recréer l’immobilité tout en bougeant, en effectuant une chorégraphie amoureuse

c’est de la danse tout cela, un élan vital à éveiller,
l’amour est omniprésent dans ce que l’ont fait, ce n’est pas juste quelque chose de mécanique,
ses forces peuvent être invoquées de mille manières,
l’important, c’est d’être ardent dans sa chair, d’avoir faim, d’avoir envie et de se laisser emporter