#32478
SophiAirSophiAir
Participant

Heureux @lighteningbolto ! J’adore ces séances sans Aneros, souvent impromptues. Dès que j’ai une minute de cerveau disponible, déclencher le processus, en fait, laisser parler ma prostate. Dans le métro, au bureau, dans la rue, même en marchant maintenant, je sens venir le plaisir. Je le laisse monter, prendre possession de mon corps, complètement si je suis chez moi, tranquille. Si je suis en public, j’en maîtrise la puissance et le développement, profitant de vagues de plaisir, d’ondes de chaleur et d’électricité.
Ne crains pas d’en devenir esclave. Au contraire, savoir que cette bénédiction est à portée de prostate libère complètement. Si les circonstances ne le permettent pas, eh bien on s’en passe, rassuré par le fait que dès que ce sera possible, le plaisir et l’orgasme seront de nouveau au rendez-vous, n’importe où, n’importe quand, à notre bon vouloir.
Cela ne m’empêche pas non plus de goûter de temps en temps à une belle séance avec. Avec mon Progasm, par exemple, pour une séance bien musclée, d’une toute autre nature, beaucoup plus masculine. Et même si avec ce bourrin, la séance se termine souvent par une éjaculation, ça continue à stimuler.
Les séances sans Aneros n’en sont que plus puissantes ensuite.
J’ai hâte de lire tes nouvelles expériences a-less.