#32694
bzobzo
Participant

la femme que tu aurais pu être, la femme que tu aurais pu devenir,
la femme qui n’est jamais née,
tout le matériau pour la construire, pour la développer,
à ta naissance, a été rangé quelque part au fond de toi

oh certes le chemin est long, très long
entre les caves aux tréfonds de toi
où ces petites graines avec des instructions pour le développement,
ont été remisées, où elles prennent la poussière
et puis la piste de danse au milieu de ta chair, au milieu de ton sang,
la piste de danse qui peut faire vibrer tout ton corps,
la piste de danse qui peut faire vibrer tout ton corps de mille magies

il faut creuser, creuser et encore creuser,
égyptologue, archéologue, tu recherches un chapeau,
le chapeau de Houdini le magicien, enfoui au fond de ta chair

ton corps régi par des règles qui semblaient à peu près aller de soi,
mais le territoire en fait, n’est fixé que par tous les miroirs qui te sont tendus,
tu cherches, tu cherches désormais comment tu pourrais sortir des clous,
au moins momentanément,
en quête d’un plaisir plus grand,
en quête de sensations plus puissantes, plus riches
qui puissent te faire décoller, qui puissent te faire vibrer des pieds à la tête,
qui puissent te faire goûter au ciel,
à un vrai ciel en toi,
un ciel sans limites au-dessus de territoires inconnus à explorer

il y a un chapeau de Houdini enfoui quelque part au fond dans ta chair,
ces petites graines d’où auraient pu surgir lentement au fil des jours une femme,
tombe un jour dessus par hasard,
caresse le bord du haut de forme lentement, ne perd pas patience, les rouages sont un peu grippés,
et voilà déjà tout un lapin qui surgit, certes un peu poussif au début,
il faut bien commencer

retourne-y, retourne-y nuit après nuit, dans la cave,
grandis, apprends à distinguer dans l’obscurité, apprend, apprends,
tu t’es muni d’une baguette de magicien dans ta chair,
apprends à cajoler le chapeau, apprends à jouer avec,
touche ses bords, frotte ses bords, sens comme il se met à vibrer directement,
comme il se met à vibrer de plus en plus fort au fil des jours

et ne voilà t-il pas déjà tout un bestiaire magnifique qui prend vie,
mille animaux de légende qui apparaissent de nulle part, qui se répandent dans ta chair
qui bondissent à toute allure de l’obscure orifice du haut de forme
dont tu cajoles les bords, dont tu frottes les bords inlassablement
pour faire naître la magie

mille troubles délicieux t’attendent, mille sortilèges,
cherche et crois,
cherche et crois en toi,
cherche et crois en toi et écoute-toi,
cherche et crois toujours plus en tes pouvoirs,
laisse-les monter, laisse-les sortir du chapeau, les animaux magnifiques, les animaux à fourrures soyeuses

un autre toi t’attend au fond de toi,
prêt à vibrer avec toi, prêt à flamboyer avec toi,
prêt à communier avec toi, frère et sœur vous êtes, tu es né, elle pas,
elle et toi ensemble, vous avez pouvoirs de vie et de petite mort illimités