#32744
bzobzo
Participant

au fond, l’apport fondamental du traité d’Aneros,
ce qu’il apporte à ceux qui commencent leur cheminement avec,
c’est un accès à la prostate

un accès à la prostate avec quelques balises sûres,
et ainsi un accès facilité face à un domaine tellement nouveau,
face à un domaine tellement totalement inconnu à nos débuts,
qu’il parait relever de la légende, exister dans une autre réalité
qui peut sembler impossible à atteindre aux débutants,
malgré les témoignages qu’on lit ici et là de gens qui y sont parvenus

on se retrouve au lit, complètement perdus, complètement désemparés,
sans la moindre idée où commencer, quelle partie de nous-même titiller,
quoi mettre en oeuvre, comment

après quand beaucoup de sensations et d’orgasmes auront coulé sous les ponts,
qu’on entré dans le saint des saints, qu’on est aussi un initié,
on peut en rester à cet accès au divin organe que propose le traité,
l’affiner, l’optimiser, le personnaliser un peu

ou le personnaliser un peu, beaucoup, à la folie,
et découvrir que ce n’est qu’une voie parmi d’autres
et se décider à explorer d’autres chemins de traverse,
à faire participer la prostate autrement à nos ébats
et là c’est une véritable boîte de Pandore qu’on ouvre peu à peu

on se rend compte que notre sexualité n’est pas quelque chose d’à peu près complètement figé
déterminée par nos organes sexuels, par notre physique, par ses capacités
mais bien un récit qu’on se raconte, un récit qu’on s’invente, en complicité avec notre corps
et qui n’a aucune limites, dans quelque direction que ce soit

qu’à l’extrême, on pourrait avoir toute notre activité sexuelle confinée dans nos doigts de pied,
obtenir des sensations délicieuses et des orgasmes d’une puissance sans limites,
rien qu’en jouant avec nos doigts de pied,
c’est juste une question de temps, de patience et de se reprogrammer sexuellement

voilà les termes sont lancés,
notre sexualité, c’est juste une question de programmation,
une fois qu’on a accès à la prostate, qu’on parvient à la faire vibrer
toute notre sexualité est une question de reprogrammation patiente,
un dialogue intime, un dialogue amoureux avec notre corps
où l’on façonne son désir, on l’on façonne son plaisir

la sexualité prend une toute autre dimension,
ce n’est plus juste quelque chose de prédéterminé,
liée à un nombre limité bien précis d’organes et d’actions
mais où tout notre corps va participer,
où l’on invoque nos abysses, plus que par accident
mais systématiquement, scrupuleusement,
le terrain de jeu devient immense, sans limites

notre sexualité,
ses gestes, ses ressentis, son élan,
deviennent actes uniques, actes de créativité sexuelle dans l’inconnu,
dans des territoires aux confins de nous-même