#33048
bzobzo
Participant

mes micro-séances sont des moments de plus en plus incroyables,
de plus en plus incroyables et de plus en plus extrêmes

de trente secondes à pas plus de 5mn
mais tellement intense, tellement intense,
c’est comme si un bolide avec des centaines de chevaux sous le capot,
on tirait le frein à main
puis en même temps on appuie à fond sur les gaz,
la voiture vrombit, tremble, fume mais reste sur place
puis tout d’un coup on lâche le frein
et la bête mécanique bondit en avant, se rue en avant

en fait cette image pourrait faire croire
que c’est quelque chose de très frénétique, de très rapide dans le déroulement
mais ce n’est pas du tout exact, elle n’est là que pour donner une idée de l’intensité
qui soudainement se libère en moi, se répand en moi, à travers mes membres, à travers mes muscles
sinon mes gestes, mes mouvements sont lents, très lents et très variés,
je fais dans la dentelle en fait, dans la dentelle sophistiquée,
je m’autorise tout, j’ose tout,
mon imagination se libère d’une façon folle en ces quelques secondes assis ou debout,
mon regard participe aussi beaucoup, j’adore contempler ce corps
parfois en train de se tordre bizarrement, de trembler comme une feuille
mais la plupart du temps en mode liane lascive ondulant sensuellement
et cela donne des sensations tellement riches, tellement colorées et sur-puissantes
qui m’emmènent en quelques instants dans des zones encore non-visitées

bref, c’est très très excitant,
très très excitant et totalement dépaysant,
je regarde un film sur l’ordi,
je mets en mode pause
et hop, une minute ou deux,
quelques orgasmes plus loin, je suis déjà en train de regarder mon film à nouveau,
les entrailles encore frémissantes de plaisir

ou bien encore dans la salle de bain face au miroir,
je suis en train de me laver les dents,
soudainement je m’arrête, je me mets à onduler lentement et à me caresser,
la brosse dans la bouche,
je vois ce corps dans le miroir commencer à réagir sous mes mains baladeuses,
j’effleure mon sexe, la raie de mon A-pussy, j’y glisse un ou deux doigts,
je me balance, je fais monter des contractions de plus en plus fort,
je ferme les yeux,
je saisis le bord de l’évier des deux mains comme si un autre corps par derrière
me poussait en avant sous ses coups de boutoir,
ma brosse va tomber si j’ouvre la bouche pour gémir
alors je grogne sourdement, je grogne sourdement,
rapidement je n’en peux plus, un orgasme m’emporte,
un peu de dentifrice a coulé hors de ma bouche, descendu jusqu’à mon épaule,
tout mon corps tremble de plaisir,
c’est délicieux à voir dans le miroir