#33229
bzobzo
Participant

mon mode liane lascive et mon mode pénétration alternant, s’enchaînant,
font partie de la même chorégraphie, du même élan,
il y a une totale continuité, une totale cohérence

c’est comme un danseur sur la scène en action
qui enchaîne toutes sortes des figures, de mouvements
avec des pointes, des pirouettes, des entrechats
et puis tout d’un coup qui s’immobilise dans une posture,
la maintient pendant quelques instants

mes mains s’arrêtent, pressent contre ma peau là où elles se sont trouvées immobilisées
tandis que la contraction se forme en moi,
comme un papillon émergeant de sa chrysalide,
elle va faire son chemin dans mes entrailles, y mettre le feu,
le danseur en moi est immobilisé, tout le corps est tendu vers le même but,
mes mains à l’arrêt, tous mes organes, tous mes muscles, mes os, mon sang,
tout est focalisé sur cet accouchement en moi,
sur cet engin remontant en moi, tout y participe,
pas une atome de mon être qui ne soit mobilisée, prête à la fécondation sensuelle,
prête à être inondée, prête à être transie, à trembler de bonheur

l’orgasme me vient si facilement, c’est l’enfant turbulent des sensations,
elles le roulent comme de la pâte dans mes entrailles quelques instants, l’enfourne,
là voilà déjà qui sort du four tout fumant,
tout imprégnée des délicieuses odeurs, de la délicieuse consistance, du plaisir exultant,
de l’ivresse débordant joyeusement

prêt déjà pour la fournée suivante, je suis insatiable, j’en veux toujours plus,
vais tout de même aller faire un tour du côté du nectar,
mon bassin se remet en route, mes mains se remettent en route,
mon corps se remet à onduler
et en une fraction de seconde, je suis tout empli de ce miel chaud,
de ce baume onctueux, de cette fourrure frissonnant partout dans mon être

je trais mes couilles expertement avec mes cuisses,
elles dégagent cette volupté, ondes mâles crémeuses, chaudes
qui viennent se mêler aux vibration de ma prostate,
quel propulsion immédiatement partout,
ma prostate est maîtresse de tous les réseaux, de tous les canaux secrets,
quel trafic, cela s’en va de tous les côtés,
cela se répand,
mon âme en est remplie aussi,
je pourrai crier, hurler tellement je suis heureux dans ces moments