#33773
EpictureEpicture
Participant

Qu’entends-tu par « forme plus vaste et plus subtile de sexualité » ? Marcher au soleil, laisser sa peau être caressée par le vent, ou pratiquer tandava ( que d’ailleurs je ne connaît que très peu) n’est -il pas une manière de ressentir des sensations plaisantes (ou plus) autrement que par la sollicitation sexuelle? Le fait d’apprécier un plat par exemple est-il toujours rapportable à la sexualité. La sensibilité est-elle toujours sexuelle, ou doit-elle l’être ? Pour moi non bien sûr. C’est là je pense qu’une possibilité existe de développer un rapport au corps qui intègre le sexe comme un organe comme les autres. Les autres organes ont un potentiel énorme pour être à l’origine de multiples sensations. En quoi cela devrait -il être une forme de sexualité ? Ne devrait-on pas dire plutôt une forme de sensibilité ?

Comprenez-moi, je ne jette pas la sexualité à la poubelle, loin de là. Je veux juste dire que l’on peu intégrer dans sa pratique une perspective de plus, pour venir enrichir son expérience. Cette perspective est celle d’une pratique qui se concentre aussi sur des sensation qui ne sont pas d’origine sexuelle, je veux dire en provenance des organes génitaux, sexuels. La pratique de la méditation par exemple ne me met pas en érection, ni ne fait bouger mon rectum, mais produit des sensations formidables qui n’ont rien à envier aux sensations dites d’origine sexuelle, ce n’est pourtant pas ce que moi j’appelle de la sexualité, c’est d’une autre nature.