#33802
bzobzo
Participant

Au sujet des pensées, normalement la lenteur des mouvements déconnecte le mental qui se mets alors à bugguer.

cela demande tout de même un peu de temps dans une pratique nouvelle,
le temps de commencer à avoir ses repères,
au boulot, dans les toilettes malgré leur exiguïté,
je parvenais à avoir de l’intensité dès les premiers instants,
une intensité minimale mais bien réelle
et cela ne faiblissait pas, je parvenais à bien la maintenir

le moi pensant ainsi chez moi, se met en veilleuse automatiquement,
le mécanisme que j’ai bien mis au point dans ma pratique
et qui ainsi parvenait aussi à se mettre en place,
c’est comme les voiles sur un bateau,
il faut un minimum de vent pour qu’elles se gonflent et qu’elles soient porteuses

les micro-pratiques réparties dans la journée, plutôt que des méditations longues.

oui je me rends compte que je n’ai rien inventer avec mes micro-séances,
c’est un peu le même principe
sauf que moi, j’alterne
j’ai mes micro-séances d’une durée qui peut varier de quelques secondes à 4,5 minutes, rarement plus
(cependant j’en ai déjà eu qui ont duré 10, 15 minutes)
et puis j’alterne cela avec des séances au lit qui durent tout de même plus en moyenne,
30 minutes en moyenne
mais peuvent aussi s’éterniser, une heure, deux heures, voire plus
(mes plus longues ont durée 4, 5 heures mais c’est très exceptionnel)
ces derniers mois en aneroless,
je préfère tout de même les séances de quinze à trente minutes en moyenne

La solution pourrait être d’intégrer ce genou douloureux et défaillant dans sa présence, et dans la danse, comme on peut intégrer un accessoire ou un objet dans le mouvement.

je suis en train d’essayer cela justement, cela marche plutôt bien,
même s’il y a quelques brèves douleurs,
j’essaie de faire confiance à mon corps pour les éviter tout seul après,
je vais voir ce que cela va donner

mais j’ai de très sérieux problèmes avec mon genou,
ce ne sont pas juste des douleurs articulaires
mais en tout cas pour l’instant, c’est encourageant