#33824
AvatarArousal
Participant

OMG, OMG, OMG, comme on dit chez les Anglo-Saxons !
Ca commençait déjà fort : d’habitude il faut quand même que je sois allongé et détendu pour que le masseur commence à envoyer des sensations agréables, mais là, ça a débuté dès l’insertion.
Et, chose encore inhabituelle chez moi, j’ai ressenti des bouffées de plaisir localisées ailleurs qu’au niveau pelvien. Dès les premières minutes, un envahissement de toute la peau de l’arrière de mon corps (dos, arrière de la tête, des bras, des jambes…) par un doux plaisir. Bon pas très intense et pas très longtemps, mais bien agréable, comme une caresse.
Ensuite, inondation par un plaisir intense, variable, changeant, chatoyant, multiforme au niveau prostatique. Les orgasmes de plus de 20 minutes sont de retour ! A un moment un paroxysme de plaisir interminable m’a semblé prendre l’ensemble de mon appareil génital, de la prostate à l’extrémité du pénis en passant par toute la longueur de l’urètre. Il me semble avoir lu quelque part (dans le Traité d’Aneros peut-être ? ) qu’un hypothèse sur l’origine du plaisir prostatique était que la musculature de l’urètre (qui normalement contribue à l’expulsion du sperme lors de l’éjaculation) pompait à vide, c’est peut-être ça que j’ai ressenti.
Le plaisir était si intense, si récurrent, que je me suis demandé : mais comment je vais pouvoir arrêter une session pareille ? J’ai finalement réussi à le faire à l’occasion d’une pause pipi, après 2 bonnes heures sur une autre planète.
Peut-être que c’est d’avoir fait quelques infidélités à mon Eupho qui a redonné un coup de fouet à mon cheminement ? Difficile à dire.