#33896
aneveilaneveil
Participant

Bonjour bzo,

C’est une super nouvelle, un cadeau que t’envoie l’univers, de nouveaux défis et pistes d’explorations en perspectives…


@bzo

mais j’hésite beaucoup
car je suis tellement installé dans mes ébats en solitaire,
mon corps est tellement reprogrammé,
que j’ai beaucoup de crainte par rapport à comment cela se passerait,
même si j’en suis encore capable en fait

Je comprends l’inquiétude et la peur, mais à moins que ce soit ce que les jeunes appellent crument « un plan cul »,
tu peux envisager de faire connaissance en douceur plutôt que de vouloir jouer d’emblée au Terminator du sexe 😀

comment cela se passe, comment y parviennent-ils? comment parviennent-ils à concilier?
uniquement avec masseur?
prennent-ils du plaisir comme homme faisant l’amour,
avec du plaisir prostatique en plus
ou c’est compartimenté?

Je vais parler pour moi car chacun est très différent.
J’arrive à concilier avec et sans masseur, mais ce qui a le plus changé c’est ma sensibilité aux caresses et le besoin d’être touché
lorsque je suis « en mode sensibilité prostatique » beaucoup de parties du corps sont devenues très érogènes et activent directement ma prostate (en plus d’un plaisir délicieux) : le dos, les épaules, les seins, les bras, les fesses, le périnée et parfois les cuisses.
ma compagne adore et s’amuse à me faire gémir et hurler de plaisir sous ses caresses très lentes et il n’est pas rare que cela aboutisse sur un orgasme a-less.
En mode « sensibilité prostatique » mon pénis a généralement très peu de réactions et ne participe pas, lorsque j’ai été suffisamment touché et comblé de cette manière, je peux alors passer en mode pénis.
Parfois je suis davantage en mode pénis et quand nous nous emboitons avec des mouvements très longs j’apprécie la connexion des corps, la communication, l’échange des énergies. En revanche si j’ai envie d’éjaculer je préfère avoir une stimulation anale et qu’elle me doigte pendant que je me masturbe ou qu’elle ne le fasse, les éjaculations sont alors très fortes et parfois c’est un orgasme anal qui déclenche l’éjaculation.
Avec un masseur il m’arrive parfois de la réveiller au matin avec mes gémissements et des cris difficiles à étouffer même en mordant l’oreiller, elle se mets alors à me caresser comme elle sait si bien le faire et là ça peut devenir très explosif,
ensuite, je peux aussi garder le masseur pour la caresser et la lécher, ce qui fait que je peux continuer à me faire du bien.
Avec un masseur j’aime qu’elle me caresse et masse l’anus pendant qu’elle me lèche ou pendant que je me masturbe, j’ai ensuite très vite envie de la pénétrer et là c’est très variable car le masseur peut juste être un plus au niveau sensations qui va m’amener à une très forte éjaculation, mais le mieux consiste à être vraiment connecté avec des mouvements très lents en laissant l’énergie de nos deux corps se mélanger te s’unir tout en se laissant flotter dans ce cocon de plaisir, il m’est aussi arrivé d’avoir de petits orgasmes prostatiques en elle avant d’éjaculer.

Nos rapport sexuels ont donc complètement changés, mais je sais qu’elle est très rassurée de faire l’amour de manière très classique et de me retrouver aussi « en mode Pénis » uniquement.


@bzo

leur plaisir décuplé , leur plaisir spécial, ne met-il pas mal à l’aise leur compagne (ou compagnon)?

ça a pu la mettre mal à l’aise parce que je n’avais pas suffisamment exprimé mes besoins, ce que je ressentais,
et qu’elle avait l’impression d’être exclue de mon plaisir, car je crois que les femmes on vraiment besoin de se sentir désirées,
sentir que leur corps produit en nous beaucoup d’excitation.


@bzo

comment parviennent-ils à intégrer dans leurs ébats ou pas du tout?

C’est une alchimie assez difficile car il est beaucoup plus difficile d’être à l’écoute de sa sensorialité
lorsque l’on est deux et que l’on veut aussi donner du plaisir.
Il y a un rapport de confiance à créer et je ne recherche pas la même chose à deux que seul.


@bzo

puis-je envisager de me lâcher totalement?

Dans un premier temps je dirais non, car il va falloir respecter quelques « paliers de décompression » ;D
pour ne pas la faire paniquer, après, tout dépends de son ouverture, de sa curiosité…
Les femmes apprécient généralement que l’on soit moins centrés sur le coït et plus à l’écoute de leurs besoins
cela tombe bien puisque nos pratiques nous rapprochent beaucoup plus de leur sexualité.
Mais en même temps un pénis bien dur et bien pénétrant les rassurent, il vaut mieux le savoir.