#34228
EpictureEpicture
Participant

Bonjour @aneveil

Pour ce qui est de la taille des cockrings, c’est vraiment une affaire personnelle.
Il en existe en silicone, qui sont plus ou moins élastiques, mais il finissent par être iritants. Je préfère ceux en métal, leur poids rajoute de la sensation.
Je ne mets jamais de lubrifiant sinon ils ne tienne pas, ils glissent.
L’idée est de pouvoir les garder sans aucun accessoire complémentaire pour les faire tenir, quand le sexe est mou.
En acier il en existe de trois tailles différentes : petit 38 mm, moyen 44mm, grand 50 mm. Ce sont les diamètres intérieurs. D’une marque à l’autre ça peut évoluer, mais il n’y a pas de moins de 38 mm. Il faut éviter les angles saillants adoucis, à la longue ça fait mal. Il faut un temps d’adaptation pour que la zone de frottement se renforce (la peau doit épaissir un peu).
Moi je préfère celui de 38 mm. Pour le mettre il ne faut pas commencer par le pénis, mais par les testicules. Si le passage du premier testicules est douloureux (plus que raisonnable) c’est trop petit certainement. Puis on passe le deuxième testicule. Il faut tirer sur la peau du scrotum pour faire passer la peau avant les testicules. Une fois les deux testicules bien en place, il faut rentrer le corps du pénis dans le corps, pour ne passer que la peau du pénis. Il suffit ensuite de presser sur la base du pénis pour que tout passe. Pour ceux qui sont circoncis, je ne sais pas si cette méthode est possible. Le Cockring doit pouvoir tenir quand on marche, sans l’attacher à un cordon. Les testicules sont ainsi prisonniers, et ne peuvent pas repasser par l’anneau.
Il faut surveiller avec sexe mou : si ça rougit, et encore plus si ça bleuit, il faut pas le garder, et en prendre un plus grand.
Au cours d’une érection, le sexe peut rougir voire devenir un peu bleu. Dans ce cas, il ne faut que ça dure trop longtemps. Le problème c’est que ça peut être très excitant, et enlever le cokring en métal en cours d’éréction, c’est impossible.

Voilà quelques détails de mon expérience, toujours bien sur personnelle. Il n’y a pas de dogmes, à chacun de trouver ce qui lui convient le mieux.

Je n’ai pas encore essayé, car il me faut l’accord de ma femme (chaque chose en son temps), mais avoir une pénétration en érection avec ce cockring, ça doit être chaud bouillant.

Concernant ta pratique, d’après ton témoignage tu es sur la bonne voie. Il faut expérimenter ce passage entre les deux dernières zones; La jouissance la plus profonde et la plus délicieuse se trouve dans la deuxième zone. Quand on sait ça, on a plus envie d’éjaculer.
La répétition des séances sans éjaculation fait monter la libido, ça c’est sûr. Tu devrais essayer une séance de massage prostatique « classique » comme tu sais les faire après quelques jours sans éjaculation, mais avec massages péniens. Moi c’est dingue les progrès que j’ai fais depuis que j’alterne les deux pratiques. En massage prostatique je décolle littéralement.

T’en fais pas pour les fautes, ça donne une idée de l’état de fébrilité que ça génère, tout ça.

Bon cheminement à tous