#34402
bzobzo
Participant

par cette chaleur écrasante, 39°,
je travaille dans l’axe des ventilateurs, les fenêtres sont fermées, les rideaux tirés,
sauf un pour que mon palmier reçoive tout de même de la lumière

saine hygiène,
je bois beaucoup, prend beaucoup de douches qui sont vraiment le moyen de se rafraîchir le plus efficace,
je trouve, si on n’a pas une piscine ou l’océan sous la main,
et me fais régulièrement une petite micro-séance, échappée belle au pays de la luxure

cela commence à être tellement au point, toute ma gestuelle ,
mes mouvements, ma synchronisation, mes enchaînements,
j’embraie au quart de tour et en quelques secondes, je suis loin, loin, loin,
emporté par d’irrésistibles vagues de volupté

j’aime me sentir en quelques instants totalement délié de l’identité sexuelle de ce corps
me sentir en même temps homme et femme,
vertigineuses perspectives de cette chair sans chaînes
c’est un petit tour de prestidigitateur qui est vraiment bien rodé chez moi,
il me suffit d’un instant, souvent juste un léger mouvement langoureux vers le côté de la tête
mais à l’intérieur tous les verrous sautent en moi, des flux d’énergie se mettent en route,
je deviens cet être hybride, transgressif,
jouissant sans vergogne et sans tabou de tout le potentiel de sa chair

toute cette féminité embrasée en moi,
c’est somptueux,
moments de total épanouissement, moments de totale félicité