#34548
bzobzo
Participant

luxure, luxure et encore luxure
au programme de ma matinée,
12h42, j’arrête maintenant,
il faut que j’avance un peu avec ma bibliothèque

mais ma chair m’envoie sans cesse des invites coquines,
« pose la main sur moi, caresse-moi, caresse-toi »,
je ne me fais pas prier
et là que je dois me lancer dans la menuiserie,
j’ai tout le mal du monde à résister, à ne pas me poser la main au cul tout le temps,
ma petite fente derrière est tellement tentante, tellement affriolante, tellement chaude,
dedans il y a une boule de feu et de miel qui m’attend tout de suite,
des replis de chair qui n’attendent que qu’on les froisse, qu’on les fouille sans ménagement

monter et descendre lentement avec mon tronc ondulant légèrement,
avec mes doigts enfoncés derrière, comme engoncés dans des contractions qui se relaient,
sensation de pieu puissant dans ma chair,
sensation de totem de dieu sauvage honoré de partout dans mes entrailles,
se sentir empalé ainsi, comme c’est divin, on a l’âme en feu

on est à l’intérieur du soleil,
c’est la densité première, la matière d’avant la matière,
le souffle est encore à la forge,
une flamme pas encore échappée à l’air libre,
pas encore de poitrine, dehors, pour l’abriter