#34662
bzobzo
Participant

comme c’est doux quand je presse mes cuisses sur mes couilles,
elles me font l’impression d’être des petites gourdes chaudes emplies d’un liquide voluptueux
et dès que je les presse, elles s’enfoncent un peu, elles se donnent,
cela commence à sortir, cela commence à dégouliner aux alentours,
cela se répand

oh cette soie qui court en moi, qui m’envahit,
des milliers d’ailes de papillons battent en moi,
des milliards de danseuses avec leur tutu de dentelles papillonnent en moi

le baiser-même de l’amour, la bouche de l’amour,
je la sens collée à moi, à mon âme, il m’embrasse, il a collé ses lèvres à moi,
il me fouille de sa langue, il me serre tout contre lui,
je sens sa langue qui fouille partout en moi