#34664
lighteningboltlighteningbolt
Participant

Bon les amis je valide ce cheminement en a-less également. Moins puissant qu’avec le masseur mais les resultats sont clairement au dessus des sessions a-less précédente


@bzo
Merci de ton retour. Pour moi ces spams convulsif me faisait perdre l’attention clairement. J’avais beau essayer de les ignorer je n’ai jamais pu. Peut etre que plus loin dans mon cheminement, quand les choses se seront installé, je pourrais à nouveau les laisser aller mais pour l’instant cette nouvelle voie qui s’ouvre devant moi est irrésistible. Je me dois de continuer par la. Je sens que je vais découvrir plein de chose sur ce nouveau sentier ^^


@Andraneros
, en effet je comprends mieux tes paroles maintenant. Je pense qu’effectivement ces convultions/spasmes/convultions sont un reflex defensif du corps pour rejeter un plaisir qu’il ne connait pas.


@Kirk_
Les deux ne sont pas vraiment comparable. Avant d’y arriver j’ai longtemps penser que cela devait être similaire et j’essaie d’imaginer l’orgasme prostatique comme un orgasme penien interne. Et franchement ca n’y ressemble pas du tout.
Je vais néanmoins essayer de compare l’imparable, du moins de mon point de vue car si on a un même fond, on vit tous les choses avec des spécificités:
L’orgasme standard c’est: plaisir -> monté en tension de la zone du pénis-> explosion de 5s -> baisse de la tension sexuel/soulagement/bien-être.
L’orgasme prostatique c’est: stimulation -> naissance et monté du plaisir localisé à la prostate et au périné -> excitation corporel (pas forcément mental) qui atteint des sommets -> plaisir qui se diffuse plus loin que la zone initial (visiblement cela dépend des individus et de leur avancement dans le cheminement) -> tremblement (que maintenant je refrène) -> plaisir « tendu » qui monte sans cesse -> orgasme de 20s à 1 minutes qui n’a rien a voir avec une explosion, plus comme une sirène de village dont le son plafonne et la note se maintient au plus haut en soi, une électrisation du corps et particulièrement de la zone, avec le coeur qui bat la chamade et la respiration haleté (si tu n’as pas calmé les tremblements, à ce moment tu convulses également, ce qui personnellement a perturbé mon plaisir) -> puis relâchement de la tension « électrique » mais qui ne retombe pas complètement. Il n’y a un fort bien être, mais aucun soulagement sexuel, au contraire on en veut plus! En général on s’arrête car le temps file et on est épuisé.

C’est des choses très dur à décrire et comme dit, personne ne le vit exactement pareil, mais c’est ce que je trouve de mieux pour te le décrire, à mon étape de mon cheminement 😉