#34739
EpictureEpicture
Participant

C’est la rentrée !
Jusqu’à maintenant , je m’étais interdit de mixer les techniques de Mantak Cia, et celles du traité d’aneros, ou le massage pénien, et le massage prostatique. J’ai fini par rompre cette interdiction, et j’ai pu alterner une séance de massage prostatique très satisfaisante, une séance de massage pénien avec aneros, avec orgasmes multiples sans éjaculation, et revenir à une séance de massage prostatique particulièrement intense, sans toutefois pouvoir affirmer avoir vécu ce fameux super O. mais des séances comme celle-ci, même sans super O, j’en veux bien tous les jours. Malgré la fatigue, mon corps en redemandait encore et encore, si bien que tous les jours je risque de finir épuisé. Il faut que mon corps soit en de bonnes dispositions physiques, et la fatigue n’est pas recommandée. Il faut donc trouver un équilibre entre activité diurne, activité nocturne, et sommeil.

Je précise que pendant les périodes dites de massage prostatique, je ne touche pas à mon pénis, et je suis plutôt dans le do-nothing que dans l’action. Je me concentre sur les sensations de pulsation au niveau du rectum qui irradient dans tout le corps comme une infusion de plaisir qui se diffuse par lentes vagues successives. Pendant les périodes de massages péniens, je masse mon pénis, et mes parties génitales, contracte mon anus et le relâche, ouvre et referme les jambes, comprime et décomprime mes testicules, bref, je suis dans l’action et je vais jusqu’au point de non-retour, et là, j’aspire la sensation que je vais éjaculer avec mes muscles PC, qui se transforme en orgasme non éjaculatoire, et je repars pour un cycle. Quand je suis trop près de l’éjaculation, je laisse retomber l’excitation et repart sur une période de massage prostatique en do-noting, mais avec une excitation décuplée, et une capacité à me relaxer améliorée, ce qui me permet de m’approcher toujours un peu plus prêt du tsunami que je sens sur le point de m’emporter. Je suis de plus en plus poreux au plaisir, la barrière qui m’en sépare s’amenuise jour après jour.

Bon cheminement à tous !