#35615
bzobzo
Participant

cet acte comme de creuser en soi
pour atteindre notre nappe phréatique d’énergies,
c’est juste une image poétique, sans plus

en fait personnellement, je ressens cela plus comme un acte de pomper,
actionner une pompe de tous ses muscles pour faire monter les énergies
c’est moins poétique, c’est une moins belle image
mais cela correspond plus à ma réalité

enfin il y a un peu de cela tout de même,
je veux dire, de l’acte de creuser
car il s’agit de pomper de toujours plus profond, toujours plus fort

aujourd’hui, quand je l’actionne, cette pompe,
je sens des quantités tellement énormes qui montent directement,
elles surgissent dans mon bassin, dans ma poitrine, comme un torrent, partout,
c’est à chaque coup de pompe, une inondation massive, lumineuse, frémissante,
comme cela frémit de tous les côtés en moi,
comme cela vibre de tous les côtés en moi,
comme cela devient lumineux de tous les côtés en moi,
somptuosité liquide, somptuosité discrète, comme un torrent de montagne dansant sur sa pente,
et puis il faut avoir goûté à sa pureté cristalline

pureté cristalline, cela par contre correspond totalement à ce que je ressens dans ces moments,
toute cette volupté d’une pureté cristalline dans ma poitrine, dans mon bassin,
c’st tellement ineffable, tellement au-delà des mots,
il y a un paradis dans l’instant pour chacun de nous,
j’ai trouvé le mien

l’accord que j’atteint,
car j’atteins un accord, j’atteins un accord majeur en moi,
c’est le fruit de tout un art que j’ai inventé, mis au point de toutes pièces et que je mets en oeuvre,
un accord majeur en moi, se sentir entier, se sentir un,
sentir qu’on vit tout le spectre possible des sensations générées,du masculin au féminin
que les deux sexes par moments, fondent tellement ensemble, fusionnent tellement ensemble,
s’unissent tellement ensemble,
atteignent un tel degré d’incandescente communion
qu’ils semblent créer comme un au-delà en moi,
un au-delà en moi qui semble m’unir à l’horizon,
qui semble m’unir à un horizon à la fois, tellement lointain et tellement proche

j’ai la sensation de sentir battre le coeur de la terre en moi,
d’y être uni comme un volcan est uni à la terre qui le porte,
qui le recrache encore et encore de toutes ses forces,
je porte les tripes de la terre et je les recrache
et j’en jouis encore et encore

j’aime tellement sentir la femme parler en moi,
murmurer dans mon corps la grâce,
murmurer le feu, murmurer les flammes,
je sens toutes ses courbes en moi,
je défaille, je pleure, tellement c’est beau par moments,
ma chair en état de grâce,
ma chair incandescente de volupté