#35872
bzobzo
Participant

Par une simple concentration mentale, j’ai réussit à ressentir du plaisir et des vagues de plaisirs qui m’ont envahits. Cela n’a pas durée très longtemps et j’ai pu retenter l’expérience à plusieurs reprises. J’ai l’impression de contrôler ma prostate plus facilement maintenant

j’ai eu le droit à une autre expérience un peu étrange et assez difficile à décrire car celle-ci ayant eu lieu pendant mon sommeil. Un soir au couché, je me suis concentré pour ma prostate et les sensations qu elle pouvait me donner. A plusieurs reprises j’ai senti ma prostate qui gonflait, le rythme cardiaque qui augmentait et quelques très brèves instant où je me sentais très léger.

évoquer ces énergies vives, ces énergies subtiles, que nous avons au fond de nous,
leur potentiel, c’est comme évoquer des capacités de sorcellerie que nous avons en nous,
tellement les sensations deviennent sans limites, riches, puissantes et diversifiées
dès que nous avons un accès privilégié à elles, dans nos profondeurs

alors oui ce que tu évoques est possible, cela me rappelle certains moments que j’ai déjà eus,
je n’ai pas poussé plus loin car j’aime utiliser mes mains,
j’aime bouger mon corps, j’aime caresser ma peau,
j’aime effectuer ces contractions qui me font vivre et ressentir,
en même temps du côté de la femme et de l’homme, une pénétration,
presser inlassablement avec mes cuisses comme dans un slow sensuel, mes couilles, mon sexe,
action qui me fait ressentir une volupté ineffable dans tout le corps

mais donc j’ai déjà eu aussi des moments où je n’ai eu que le mental comme déclencheur
des moments de sensations très agréables, sans rien bouger, juste en me concentrant,
cela doit pouvoir se développer

cela me rappelle irrésistiblement @ch313
qui ne vient plus depuis un certain temps
mais dont les uniques déclencheurs étaient mentaux
et lui donnaient un accès total et sans restrictions à ses sources d’énergie
pour vivre avec une puissance magnifique, inégalée, des ébats androgynes dans sa chair,
il ne se touchait pas, bougeait peu, si j’ai bien compris,
enfin si mouvement et action du corps, il y avait,
ils étaient plutôt les conséquences non contrôlées de son excitation,
c’est toujours avec des « mains mentales » qu’il se caressait avant tout
ou plutôt je devrais écrire avec « des mains mentales qu’ils se caressaient en lui,
le masculin et le féminin,
faisaient de sa chair le lieu privilégié de leurs ébats