#35943
bzobzo
Participant

les vibrations sont dans ma chair, j’ai coulé à pic,
je dois être par dix mille mètres de fond dans un nectar voluptueux,
ma bouche comme une petite cheminée, laissant échapper sans discontinuité, des gémissements, des râles

il y a quelque chose de tellement absolu, de tellement extrême,
de tellement intemporel, de tellement irrésistible, de tellement ineffable,
dans ces moments
malgré leur fugacité, malgré leur fragilité, de papillon gracile

quelque chose semble se dessiner, semble se laisser entrevoir parfois,
par le chas d’une aiguille, par le trou d’une serrure,
de l’inconnu à perte de vue, une sensation de luxuriance mystérieuse,
rien ne semble vieillir par ici,
tout semble toujours aussi neuf, toujours aussi resplendissant,
comme s’il y avait quelque chose en nous qui semble sans âge