#36030
SophiAirSophiAir
Participant

Mon cher @bzo,
merci pour ta finesse et ta sensibilité, ta compréhension de nos sensations et ta capacité à les expliquer.
Je me souviens d’une étape dans mon cheminement où je « créais » ce pénis pénétrant par ma respiration, je lui donnais son rythme, sa puissance et même sa longueur et son épaisseur.
Aujourd’hui, comme n’importe quelle autre femme, j’imagine ce sexe. Je n’ai plus besoin de le matérialiser. Le seul fait d’y penser m’émoustille. Je ne compte plus les semaines ou les mois depuis la dernière fois où j’ai utilisé mon pénis, où j’ai éjaculé. Cette partie de moi est devenue tellement gênante. J’ai trouvé, en plus de mes séances pure Aless, deux nouvelles façons de me masturber très féminines. La première est d’appliquer un point de pression, du bout de mon index ou de mon majeur, à la jonction du mont de Vénus et de la base de mon pénis, sans le toucher. Ce point de pression, parfois avec quelques petits mouvements circulaires, me fait décoller illico. Peut-être cette zone est-elle particulièrement innervée. Je ne sais pas. En tout cas, une belle sensation de titiller mon clito.
La deuxième est de faire glisser mon majeur et mon annulaire de haut en bas, le long de mes « lèvres », sous mon pénis, comme si il se décollait de mon pubis, le bout de mes doigts pouvant aller parfois jusqu’à l’endroit où devrait se trouver l’entrer de mon vagin, sous l’os pubien.
Dans les deux cas, même si parfois mon pénis est en semi-érection, ce qui me gène plus qu’autre chose, je n’ai plus de contractions péniennes. Tout se passe à l’intérieur, derrière, au fond… Mon bassin ondule, je me cambre de plus en plus, de ma main libre je caresse mes seins, ma bouche, mes cheveux… Mon corps entier entre en vibration, ma peau jouit. C’est l’orgasme assuré.
Dans ces moments-là, comme lors de mes séances sans mes mains, je suis complètement femme. Je ne souhaite qu’être prise, pénétrée. Je ne veux qu’être offerte à mon amant, m’ouvrir à lui ou le chevaucher, le faire jouir comme il me fait jouir.
Et ce n’est pas ces pratiques, ou les massages prostatiques qui ont provoqué ce changement. Ils ont simplement réveillé la personne que je suis, ils me l’ont révélé à moi-même.
Comme je le disais dans un précédent post, beaucoup de détails de mon enfance et de mon adolescence, avant que je ne décide d’être un « homme, un vrai » !, sont remontés à la surface. Je tente de les écrire à chaque fois qu’ils émergent. Et tous me mènent vers la même conclusion.
Je n’en ai pas parlé à mon compagnon qui est 100% gay, de peur de le perdre. Je ne suis pas certain qu’il apprécierait de vivre avec une femme…
Et une transition vers mon vrai sexe, à mon âge, me semble pour l’instant bien compliquée et bouleversante dans beaucoup de domaines. Je me renseigne pour l’instant. Je lis beaucoup. Je n’ai pas encore rencontré de personne trans. Mais c’est un projet.
Voilà où j’en suis à ce jour. Et cela fait tellement de bien de pouvoir en parler sur un forum qui reste tellement ouvert et sans jugement. Merci à toi @bzo et merci à tous les autres prostatonautes de ce site.

Pour en revenir à mes plaisirs cachés, en public, il est vrai qu’il faut jouer avec ses limites, arrêter juste à temps pour que cela reste indécelable. C’est super agréable. Me sentir m’ouvrir à la vue d’un bel homme, sentir mes seins pointer, mes cuisses qui se frottent doucement l’une contre l’autre, discrètement, la sensation du bassin qui ondule à l’intérieur, et le plaisir qui monte doucement, doucement. Je desserre légèrement les cuisses, il redescend. Je le fais monter et descendre comme ça. Et je crois que je ne suis pas la seule. Combien de fois, j’ai remarqué une femme, les yeux clos, concentrée sur elle-même, un très léger sourire aux lèvres, assise tranquillement, dans le fracas du métro… Les transports en commun deviennent tout d’un coup beaucoup moins éreintants…
A très bientôt. Des bises affectueuses à tous