#36207
aneveilaneveil
Participant

Bonjour @horizon,

déjà, éviter le rythme ‘tension accumulée par abstinence ou refoulement/ détente décharge’ peut permettre de ne pas avoir à subir un cycle de haut et bas, sur lequel en effet se greffe la notion de fatigue.

Cette remarque est très intéressante car j’ai en effet souvent remarqué que le contrôle pouvait apporter de la tension corporelle et psychique,
voir de la frustration donc certainement de la fatigue, alors que la légèreté apportait du bien être et de la détente.
« La légèreté » est pour moi la liberté du corps à éjaculer ou ne pas éjaculer, à explorer différentes formes de plaisirs en toute innocence, sans que la volonté de contrôle du mental ne vienne interférer sur ce qui serait bien, bon ou pas bien de faire…

Daniel Odier parle beaucoup de l’importance l’absence de contrôle dans le Tantra Cachemirien,
du fait que l’on ne laisse que très rarement à notre corps le choix de décider ce qui est bon pour lui
et l’intérêt de le laisser vivre parfois ce qui pourrait passer pour déraisonnable, ou « folie ».

Les dernières recherches en la matière prouvent au contraire qu’éjaculer souvent (21 fois par mois) faisait baisser de 20%
les risques de cancer de la prostate.

Par rapport à ce que j’avais écrit plus haut, je vais faire une correction : Il s’agit en fait d’éjaculer

    de 13 à 21 fois par mois

pour faire baisser de 20% les risques de cancer de la prostate.