#36488
verlesetoilesverlesetoiles
Participant

20/02/2020
19ème séance
Temps de séance disponible / effectif : non défini
Masseur : Eupho
Duo

Voilà une séance qui mérite d’être relatée pour plusieurs raisons. La première est que l’Eupho est arrivé dans la famille des jouets disponibles et que son entrée a été fracassante. La deuxième est que cette séance s’est faite en couple. Nous avons chacun eu des orgasmes et pour la première fois, il n’y a pas eu pénétration durant ce rapport. La danse de couple a donc repris sa place de plus belle. Après une belle soirée nous nous sommes dirigés sous la couette. Moi en mode découverte avec l’Eupho pour la nuit et ma compagne avec ses boules de Geisha pour travailler ses muscles pelviens.

Le premier contact avec l’Eupho est intéressant. Habitué maintenant à avoir un masseur un peu plus gros, celui-ci se loge dans ma chair sans aucun problème. Une fois en place il se fait plutôt discret au point que je l’oublie assez vite. J’en suis presque à me dire que je ne sens rien, à ce stade. Après une petite phase de relaxation je viens au contact de ma compagne en mode petit câlin tout doux. C’est alors qu’une petite brise de plaisir vient irradier mon bassin et que les premières sensations avec l’Eupho se font jour en moi. Il est discret ce masseur mais quand on sait écouter son chant intime il est diablement efficace. Les vagues montent rapidement en moi et en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire un premier mini-O vient me surprendre sans rien faire de particulier.
Je me lance alors à l’assaut du plaisir chez ma compagne pour l’emporter avec moi dans la danse. C’est incroyable comme la découverte des orgasmes prostatique a ouvert en moi les portes de la sensualité en grand. Je pars donc en exploration des vallées follement attirantes de ma compagne jusqu’à la porte de l’orgasme qui ne se fait pas prier. S’ensuit un retournement de situation qui me laisse spectateur émerveillé des jeux de ma compagne sur mon propre corps. Pour la première fois depuis que nous avons commencé la danse de couple j’arrive à me laisser aller au plaisir qui monte de ma prostate et qui est attisé par les caresses subtiles de ma compagne. Pour être plus précis, j’arrivais déjà totalement à me laisser aller entre ses mains, mais sans réussir à faire vibrer ma prostate au-delà des premières vagues. A force de jouer avec mes tétons, elle m’accompagne en douceur vers un bel orgasme prostatique, digne de mes nouveaux sommets qui s’enchaine sans tarder avec un 2ème, tapis dans les recoins de mon corps et qui attendait son tour. J’ai retrouvé avec délectation ces sensations millimétriques du masseur qui bouge délicatement et qui sont amplifiée par la finesse de celui-ci et ses mouvements très fluides, très subtils. Ces instants sont divins, suspendu dans les airs, enrobé d’une écume de plaisirs intenses.
Nous nous sommes ensuite laissé cueillir par le sommeil, comme un couple heureux, ayant vécu un rapport sexuel magnifique. Il n’y a pas eu d’autres décollages au plafond durant cette nuit avec l’Eupho et le réveil actif aux aurores ne m’a pas laissé le temps d’explorer les possibilités du matin. Mais qu’importe, ce premier contact est une réussite et je me réjouis de continuer ce chemin.

Cette danse de couple respire toujours avec plus d’amplitude et ce moment que nous avons vécu hier soir fut vraiment très beau. Ces trois cheminements, celui de ma compagne, celui du couple et le mien avancent chacun à leur rythme et parfois se rencontrent pour un point d’étape, un moment particulier, comme celui que nous avons vécu durant cet échange.

J’essaie aussi d’avancer en aneroless. J’avais de la peine à visualiser le déroulement concret de ce type de séance. J’ai parcouru hier le wiki d’Aneros et y ai trouvé un peu plus d’informations pratiques. Je vais m’appuyer dessus pour continuer mes explorations dans ce domaine, histoire de quitter la zone balbutiement pour décoller vers d’autres cieux.
J’ai aussi découvert, sur ce wiki, qu’il existe l’Aneros Evi, destiné aux femmes, sorte d’équivalent aux masseurs qu’on utilise mais pour le vagin. Cela me semble un excellent complément à notre collection de jouets pour continuer nos explorations communes.

J’aime bien ton image du palais @Andraneros, même si je n’ai pas particulièrement des rêves de grandeur démesuré dans ce domaine. Je dirais surtout que les murs du moi intérieur devenaient trop étriqué et que j’ai sentis le besoin d’élargir un peu l’espace à disposition. Je vais continuer tranquillement mes lectures et mes exercices. Il faut dire aussi que je ne suis pas un sceptique en ce qui concerne les énergies, plutôt tout le contraire avec mes expériences de vie. Ça ne m’étonne donc pas d’être attiré par cet aspect, de le ressentir, même de manière fractionnée, fugace.

Beaucoup de chantiers en cours donc, mais tous plus passionnants les uns que les autres.