#37161
bzobzo
Participant

il faudrait avoir vécu au moins une fois dans sa vie
une éjaculation en mode yin
pour découvrir l’extraordinaire puissance que cela peut prendre,
où tout notre être n’est plus que lave en fusion éjecté dans les airs
pendant trente secondes, 45,
que cela peut durer bien au de-là d’une minute

c’est l’orgasme mâle accompagné de l’éjection du sperme
mais vécu en mode yin,
c’est quelque chose, vous pouvez me croire,
je viens d’en vivre un il y a quelques minutes,
c’est l’orgasme mâle à la puissance dix et vécu dans tout le corps
et qui dure, qui dure, qui dure,
qui semble arracher tout sur son passage et l’envoyer aux quatre coins de la galaxie

le plus difficile étant, comme je le souligne au-dessus,
c’est de laisser l’éruption se dérouler sans interférer,
par « sans interférer », je veux dire , pas seulement physiquement
mais dans la tête, c’est là que c’est le plus dur en fait,
nous autres hommes,
on n’est pas habitué à ce que l’éjaculation soit accompagné d’un pareil déferlement dans tout notre être
et c’est à chaque fois, encore pour moi pour l’instant,
un petit passage délicat à négocier quand je sens que cela commence à monter,
que cela commence à bouillonner de tous les côtés,
que les voyant partout se mettent à clignoter follement,
de continuer comme si de rien n’était,
juste parcourir les dernières mètres avant la ligne d’arrivée de l’explosion
en restant bien concentré sur la course, sur le corps au travail
et pas me laisser distraire par tout le stade autour qui entre en ébullition,
tout le stade plein à craquer qui est sur le point d’exploser