20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 75)
  • Auteur
    Articles
  • #36967
    bzobzo
    Participant

    ici en vrac toute une série de textes, au fil des jours,
    avec l’idée à un moment donné, quand j’estimerai que tout le matériau brut est là,
    avec suffisamment de détails, de clarté, de consistance,
    suffisamment étayé, suffisamment didactique,
    d’essayer d’en faire un manuel
    qui décrirait le plaisir en mode yin, j’utilise cette expression
    à défaut d’un nom plus spécifique pour l’instant

    quand je vois tout ce que je parviens à obtenir avec quotidiennement,
    à quel point il est gratifiant,
    à quel point ce plaisir est somptueux, total, englobant tout le corps et tout l’être,
    est magnifiquement épanouissant, riche, diversifié,
    permettant aisément une constante progression au fil des jours
    à partir d’un certain degré d’avancement

    que l’on peut y faire appel aux ondes prostatiques, aux ondes génitales, aux ondes anales,
    aux ondes de tout le reste du corps aussi,
    vivre ainsi une synergie comme un fleuve majestueux en soi,
    percevoir dans tout son être une harmonie subtile à l’oeuvre

    que tant de vibrations diverses donc peuvent être intégrés dans cette façon de vivre son plaisir,
    je me dis que tous ces gens qui viennent par ici,
    qui évoquent plus ou moins explicitement leur désir de vivre un plaisir au féminin,
    je me dis qu’à tous ces gens,
    un manuel,
    enfin si j’arrive jusqu’à là,
    qui essaie de leur expliquer comment débuter, comment progresser,
    leur propose des jalons, des pistes, des repères,
    dans ce périple
    qui dans la mesure où il s’éloigne encore plus fortement des normes
    qu’un plaisir prostatique plus traditionnel,
    peut se révéler plus délicat et plus long, à mener à terme
    pour arriver à des résultats satisfaisants

    dans ce fil donc, je vais essayer de réunir des textes en ce sens,
    en vrac et dans le désordre,
    je vais même en reprendre certains de ces textes déjà dans le fil
    pour les affiner, les changer, les faire évoluer

    au lieu de préparer tout cela dans mon coin,
    je vais essayer de le pondre en ligne,
    avec toutes les étapes, les brouillons, les ratures, les esquisses,
    à la vue de tous

    avec l’accord bien sûr d’@andraneros,
    si ce genre de fil est acceptable,
    n’est pas en violation avec quelque règle du forum

    je vais reprendre ici comme premier texte, mon dernier message dans mon fil-journal,
    si tu veux bien, @andraneros, le supprimer, là-bas,
    comme cela ce sera plus propre,
    merci d’avance

    #36968
    bzobzo
    Participant

    dégager des lignes de force, quels aspects travailler, où démarrer, où insister, où se détendre, où se tendre?
    que dire à un débutant nu comme un ver sur son lit,
    qui ne sait pas par où commencer,
    qui voudrait s’engager dans une voie aneroless,
    habité par le fantasme de vivre un plaisir au féminin?

    je me rends compte en analysant mon parcours
    que ce lent et patient travail sur moi-même
    qui aujourd’hui, a abouti, a fructifié au-delà de tous mes espoirs,
    dans ma chair désormais, un nid comme un grand estuaire
    où le soleil, la mer et le ciel, se sont donnés rendez-vous,
    est complexe, difficile,
    exige beaucoup de patience

    certes, à toute étape du cheminement, à tout moment de l’avancement,
    il y a eu des récompenses
    qui en leur temps, ravissaient, enchantaient, enthousiasmaient,
    mais jetant un oeil insistant derrière,
    je suis effaré de la sinuosité et de la longueur du chemin parcouru,
    de tout ce qui a été construit peu à peu,
    des territoires tellement éloignés des normes où je me suis installé

    rectification,
    c’est pas si difficile que cela en fait,
    il faut juste pratiquer et encore pratiquer,
    les choses viennent toutes seules, si on donne le temps au temps
    et si on a quelques bons repères, quelques bonnes indications

    le musicien,
    avant d’arriver au stade
    où il ne cherche plus qu’à exprimer ce qu’il a en lui, sans réfléchir à ce qu’il fait,
    de tout son être, de toute sa sensibilité, de toute sa puissance, de toute son imagination,
    fait naître la musique, fait naître les notes,
    le musicien,
    il a d’abord acquis la technique, les automatismes,
    dans les doigts, dans la tête, dans tout le corps,
    dans tout l’être
    une fois que tout cela est là,
    il n’a plus qu’à,
    il n’a plus qu’à,
    il n’a plus qu’à laisser monter la musique

    ainsi en est-il pour nous,
    nous, en quête de plaisirs rares, de jouissances subtiles, infinies,
    de volupté ineffable comme des baumes chauds, caressants,
    comme de la soie frissonnante, la danse de lentes vagues lumineuses traversant notre corps,
    à partir d’un moment, il n’y a plus qu’à laisser le désir s’exprimer, sans restrictions,
    qu’à laisser les notes monter dans notre chair
    sans penser à ce que l’on fait ou ne fait pas

    mais donc à ce débutant nu comme un ver sur son lit,
    brûlant de désir,
    brûlant du désir secret de vivre un plaisir au féminin dans son corps d’homme,
    que lui conseiller, par où commencer?
    que doit-il avoir en tête?
    que ne doit-il pas avoir en tête?

    avant tout oser, oser bouger, oser se caresser,
    oser remuer ses hanches,
    éveiller le désir endormi dans notre chair,
    oser fracasser les limites de sa masculinité,
    ce corps est aussi le corps d’une femme, enfouie en nous,
    et pour éveiller tout ce féminin dans nos soubassements,
    il faut être prêt à se faire violence, à se bousculer,
    à provoquer des réactions de nos abysses,
    prêt à laisser évoluer notre gestuelle, nos mouvements, durant l’action
    laisser du féminin s’injecter dedans, ne pas se retenir, ne pas avoir peur de se féminiser,
    il y aura un moment où le désir nous prendra en main,
    où tout semblera naturel et simple,
    mais pour cela, il faut qu’on soit descellé, fracturé, béant,
    prêt à se laisser entraîner dans toutes les directions,
    cela se fera tout seul à partir d’un moment, on n’y pensera plus,
    les gestes, les mouvements se feront tout seuls, reflétant notre nature androgyne
    mais en attendant, il ne faut pas hésiter à provoquer dans notre chair,
    à se faire violence, à oser s’encanailler, à se pervertir,
    plus le purin est odorant, putride, riche de sucs et de minéraux des profondeurs,
    plus la rose sera magnifique,
    sera irriguée par la beauté, la pureté et la grâce

    liste non exhaustive de repères importants,
    work in progress pour un futur manuel hypothétique:

    extinction momentanément du moi pensant
    élément tellement important pour que quelque chose comme un autre moi puisse peu à peu se mettre en place
    suppression momentanée des limites de notre identité sexuelle
    cet autre moi par lequel nous cherchons à ressentir, à bouger, à nous émouvoir, à nous envoyer en l’air,
    n’a pas de sexe, a les deux, est androgyne,
    pour qu’il puisse s’exprimer, pour que son désir soit notre moteur,
    nous ne devons plus être restreint par les limites sexuelles de notre corps d’homme
    acquérir la gestuelle, les mouvements, de l’acte sexuel avec un seul corps
    il s’agit là d’un nouveau vocabulaire, d’une nouvelle grammaire,
    un nouvel langage avec lequel cet autre moi pourra exprimer son désir,
    aller chercher son plaisir, vivre un acte sexuel bien particulier mais réel, en tout cas ressenti comme tel,
    ces gestes et ces mouvements, évoqueront irrésistiblement
    les gestes et les mouvements de l’amour avec partenaire,
    ce sont bien les mêmes en fait, on s’en rendra compte mais adaptés aux spécificités de la situation,
    un seul corps avec un pôle masculin et un pôle féminin, s’ébattant, tentant de s’ébattre
    acquérir une complicité totale avec son corps, apprendre à dialoguer avec lui, à l’écouter
    ce point est tellement gratifiant, tellement épanouissant, tellement lumineux,
    car ce dialogue est tellement riche, tellement confortant, tellement se renouvelant constamment,
    on découvre que toute cette barbaque irriguée de nerfs, d’os et de sang, sous nous,
    est un continent immense, un continent infini,
    habité par toutes sortes de mystères, de magies, de puissance animale magnifique,
    de puissance tellurique encore plus magnifique
    et puis que peu à peu c’est tout notre quotidien, par la bande comme au billard,
    qui s’en trouve modifié subtilement, façonné peu à peu autrement
    car nous éveillons des forces inconnues, magnifiques, en nous
    et que nous faisons pousser des racines
    qui vont aller chercher les sucs nécessaires toujours plus lointainement dans nos profondeurs

    éveiller totalement la prostate
    éveiller totalement la prostate et la faire vibrer par l’intermédiaire des contractions.
    Ce point sera développe plus en détail ultérieurement,
    est peut-être plus facilement acquis si, parallèlement, on a recours dans un premier temps, aussi à un masseur
    qui pour un débutant, permet plus facilement d’y arriver

    #37007
    bzobzo
    Participant

    le moi pensant éteint,
    l’imagination est déliée, est libre de circuler dans tout le corps,
    de s’associer à la chair pour chorégraphier le désir,
    elle n’est plus images, rêveries, fantasmagories, dans notre tête
    mais contribuant directement à l’action sexuelle, en étroite collaboration avec notre chair,
    elle orchestre une rêverie érotique, concrétisée dans l’instant en nous

    #37014
    bzobzo
    Participant

    commençons par le commencement,
    je reprends mon exemple deux textes plus haut,
    à un jeune homme nu comme un ver sur son lit,
    aspirant à goûter à un plaisir en mode yin,
    où commencer?

    qu’il commence peut-être comme moi, avec un masseur
    mais en l’utilisant autrement,
    il n’y a pas que la méthode du traité, du « do nothing »,
    à la place je propose la méthode du « do plenty, do as much as possible »

    déjà pour ce type de massage prostatique, tel que je l’ai pratiqué,
    on peut oublier les masseurs habituels cités pour ce genre d’exercice,
    il nous faut deux butées bien développés,
    je pense essentiellement ici au Device ou Vice ou Vice 2 (mais sans le moteur)
    ou bien celui qui a été mon chouchou pendant longtemps, le Nexus G-Rider (toujours sans le moteur)

    il s’agit dans ma façon de pratiquer pour éveiller le Yin en vous
    de se servir du masseur comme si c’était un sexe masculin qui pénètre, qui va et qui vient,
    les deux butées fortement développés se révèlent ici indispensables
    pour manipuler de cette façon le masseur, on le constatera rapidement,
    avec il reste parfaitement maniable, précis,
    on peut vraiment leur appliquer un mouvement avec un peu d’entraînement
    et d’investissement personnel, ardeur, sensibilité, imagination
    qui devient très très réaliste

    le Yin en vous, ne demande qu’à être invité en surface,
    ne demande qu’à s’inviter dans votre chair,
    il suffit juste de lui faire des signes,
    le plus dur, ce qui prendra le plus de temps,
    ce sera de briser les barrières, les tabous et les frontières de votre identité sexuelle
    qui feront de la résistance façon mur de Berlin, empêchant la réunion
    du pôle masculin et du pôle féminin , en vous, cherchant à ébattre

    vous êtes et vous serez pendant tout un temps l’obstacle à vaincre
    à tellement de points de vue,
    fracasser vos tabous, les limites de votre identité sexuelle,
    apprendre à éteindre son moi pensant,
    une fois que tout cela est accompli,
    le chemin est libre, le Yin se matérialisera en vous instantanément
    à la moindre sollicitation de votre part

    mais il n’y a pas que le part,
    j’ai écrit plus haut  » do plenty, do as much as possible »,
    oui c’est une méthode ultra-active,
    il s’agit ici de créer la sensation irrésistible qu’on fait l’amour,
    qu’on caresse et qu’on est caressé,
    c’est un sublime de jeu de miroirs qui va se créer peu à peu,
    on sera en même temps celui qui caresse et celui qui est caressé,
    celui qui pénètre et celui qui est pénétré

    il faut donc bouger, se caresser, danser du bassin,
    sentir son corps s’enflammer,
    se serrer avec ardeur comme si on serrait son partenaire,
    réveiller l’ardeur, le désir,
    y croire de tout son être qu’on peut devenir incandescent

    #37015
    bzobzo
    Participant

    alors notre jeune homme nu comme un ver sur son lit
    qui a des fantasmes de plaisir au féminin,
    s’est décidé à se lancer,
    a acquis un Device, disons,
    il lubrifie, comme il faut, là il faut,
    le voilà qui enfourche sa monture

    alors quoi maintenant?
    la page est vierge, enfin peut-être pas tout à fait s’il est un habitué des jeux anaux,
    que faire maintenant? comment faire maintenant?
    j’ai donné juste au-dessus une petite idée de ce qu’il faudrait obtenir et comment,
    je vais essayer d’entrer dans le détail

    personnellement je recommande de pratiquer les cuisses serrées,
    resserrées sur les parties génitales,
    peut-être dans un premier temps, pas trop de caresses,
    histoire de ne pas trop disperser l’attention,
    il faut essayer de sentir
    mais au moins que les mains soient sur le corps,
    pas les bras juste le long du corps,
    inertes mais sur la peau, c’est important, déjà comme cela,
    des choses vont se passer, des ondes vont passer par là,
    les changer de temps à autre de positions,
    restons-en là pour les mains dans un premier temps

    idem pour les cuisses, point n’est besoin dans un premier temps,
    de les mettre en mouvement, de venir frotter, presser, plus activement , sur vos couilles, votre sexe,
    juste qu’elles soient plus ou moins en contact avec,
    on va se concentrer dans un premier temps sur la prostate
    mais néanmoins, je suis désormais un fervent partisan d’une constante synergie
    entre les ondes prostatiques et les ondes des génitaux
    et pratiquer ainsi, prépare à cela, prépare le terrain, donne un avant-goût

    mais avant tout concentrons-nous sur la prostate
    car à moins que vous ayez un pratique prostatique établie,
    il faut en priorité éveiller votre prostate
    car elle est un des acteurs majeurs dans le bassin du plaisir en mode Yin

    donc voilà notre débutant sur son lit, nu comme un ver,
    avec un masseur genre Device, enfoncé jusqu’à la garde en lui,
    une main posée sur un sein, l’autre sur le ventre, disons,
    les cuisses un peu serrées, touchant les génitaux
    mais en route! que le piston se mette en mouvement

    un peu onduler du corps tout de même,
    le mode liane lascive, rien de tel pour être émoustillé,
    pour se retrouver en mode Yin en deux temps, trois mouvements,
    donc on commence à bouger le masseur,
    il ne faut pas avoir peur, ni avoir honte,
    oui c’est un sexe en érection qu’il faut arriver à sentir de plus en plus,
    il faut donc le bouger avec passion, avec ardeur, avec douceur, langoureusement,
    cela demande un peu d’entraînement pour devenir habile,
    on est plus habitué à bouger son propre sexe, à s’investir entièrement dedans, de tout son être
    là on délègue tout à un morceau de silicone,
    il peut paraître compliqué au début d’y aller avec la même passion
    mais si tout va bien, vous allez assez rapidement commencer à ressentir des effets positifs,
    quelque chose va s’éveiller

    se lâcher, se lâcher, n’y penser pas, moins vous y pensez, plus vous y parviendrez,
    juste boulottez-vous méticuleusement,
    comme si vous faisiez l’amour avec la femme ou l’homme, de votre vie,
    essayez de vous investir de tout votre être,
    allez-y sans rien retenir

    #37018
    bzobzo
    Participant

    voilà donc les bases que je propose au débutant nu comme un ver sur son lit
    fantasmant du plaisir au féminin en lui, fantasmant du plaisir en mode Yin,
    débuter avec un masseur avec des butées fortement développées, genre Vice ou Device,
    car elles sont le plus approprié pour ce type de mouvements
    qui cherchent à reproduire ceux d’un sexe en érection,
    elles permettent un mouvement droit, régulier, de pénétration,
    elles confèrent la stabilité nécessaire sur toute la longueur du mouvement
    pour offrir une sensation de plus en plus réaliste de pénétration
    avec toute l’amplitude qu’on a envie d’obtenir,
    permettant des changements de vitesse, d’intensité et de direction soudains
    tout en gardant bien le contrôle

    donc, on débute avec les mains sur le corps plutôt que simplement posés sur le côté,
    on ne les bouge pas trop dans un premier temps,
    si on n’a pas de passé déjà de massage prostatique
    pour pouvoir bien se concentrer sur ce qui se passe dans le bassin
    et bien éveiller la prostate,
    cependant si notre débutant a envie un peu de se caresser, qu’il ne se gêne pas, bien entendu

    les mains même inertes sur le corps, c’est bien mieux que posées juste à côté
    car il y a des ondes qui passent, qui passeront, ainsi,
    même s’il ne s’en rend pas compte tout de suite,
    cela crée toutes sortes de raccourcis énergétiques, de voies changeantes par où les vibrations passeront,
    même si, encore une fois, ce n’est pas immédiatement ressenti,
    cependant que notre débutant pense à les bouger de temps à autre,
    à changer un peu aussi la pression que ces mains exercent à l’emplacement où elles se trouvent

    et puis plus bas, comme je l’ai écrit, dans le bassin,
    qu’il s’habitue à pratiquer plutôt avec les cuisses serrées,
    que celles-ci exercent toujours une pression, plus ou moins forte, sur les génitaux,
    même si elles restent immobiles pour l’instant aussi,
    pour que notre débutant se concentre sur sa prostate dans un premier temps,
    cependant le fait qu’il y ait contact entre les cuisses et les génitaux,
    là aussi va créer déjà des vibrations des organes sexuels,
    je suis un fervent partisan pour qu’il y ait une constante synergie
    entre les ondes provenant de la prostate et celles des génitaux

    on peut privilégier tantôt les unes , tantôt les autres, assez simplement,
    une fois qu’on a bien l’habitude,
    on a comme deux potentiomètres permettant de contrôler la quantité d’ondes prostatiques
    et la quantité d’ondes de nos génitaux,
    qu’on veut injecter dans le bassin

    pour se faire, il faut comprendre comment cela marche:
    les cuisses immobiles ou à peu près mais le masseur effectuant ses mouvements de pénétration,
    c’est la même chose aussi en aneroless mais là c’est la contraction qui remplace le masseur
    mais je parlerai plus tard de l’aneroless,
    comme je l’ai écrit , je conseille dans un premier temps, de commencer plutôt avec masseur au débutant complet,
    il obtiendra des résultats plus rapidement,
    cependant dès que ce sera le cas, il faudra qu’il embraie le plus vite possible une pratique aneroless aussi
    et fasse avance en parallèle les deux

    en fait les possibilités et la richesse de l’aneroless, sont bien plus grandes,
    il ne faudra pas très longtemps pour que notre débutant, une fois qu’il aura sérieusement progressé,
    pour qu’il privilégie de plus en plus l’aneroless,
    cependant le masseur a son charme et ses spécificités
    et il est bon de garder par-devers soi cette façon de pratiquer aussi

    dans le bassin donc, pour des ondes prostatiques,
    les cuisses sont plus ou moins serrées, pour avoir toujours un contact avec les génitaux, même légers,
    enfin il ne faut pas exagérer non plus, les cuisses peuvent se détacher quelque peu dans le feu de l’action
    mais leur position naturelle dans ma façon de pratiquer,
    c’est être en contact avec les couilles, le sexe

    jamais avec les mains, c’est chez moi, un type de contact que j’évite,
    enfin je n’ai pas besoin de me forcer, cela se fait tout à fait naturellement,
    quand par hasard ma main entre en contact, effleure ou touche une couille ou le sexe,
    il y a comme un petit choc électrique et elle s’écarte instinctivement,
    le corps tout seul évite cette zone, je n’ai pas besoin d’y penser un seul instant,
    c’est quand par le pass, j’effectuais des tentatives d’intégrer les contacts manuels,
    que je devais à chaque fois forcer pour que ce type de contact se fasse

    donc je reprends après cette parenthèse consacrée au contact avec les mains des génitaux,
    les cuisses toujours plus ou moins en contact mais immobiles,
    là aussi c’est quelque chose de relatif car les mouvements du masseur ou la contraction en aneroless,
    font bouger aussi quelque peu les cuisses
    mais pas de mouvement volontaire, disons,
    et puis le masseur à l’oeuvre, allant et venant, fouillant, farfouillant, asticotant,
    en reproduisant avec celui-ci un sexe en érection en action,
    on acquiert peu à peu une énorme variété possible, toute une panoplie de mouvements,
    variant l’intensité, la vitesse, la direction, la régularité, etc,
    il faut être imaginatif, passionné, délicat par moments, à d’autres,
    plus bûcheron y allant de toute la puissance de sa cognée

    ainsi donc, on obtient des ondes prostatiques dans le bassin

    le masseur s’immobilise plus ou moins et laisse les cuisses se mettre en mouvement,
    danser un tango lascif avec le sexe, les couilles,
    ainsi on obtient les ondes génitales,
    et notre bassin est très rapidement empli d’une volupté ineffable
    mais dans un premier temps, je conseille plutôt les cuisses immobiles
    pour se concentrer sur la prostate mais rien n’interdit à notre débutant
    de s’aventurer dans cet autre type de mouvement, privilégiant les ondes génitales,
    je ne décrirai donc pour l’instant pas plus cet autre type de mouvement dans le bassin
    qui une fois qu’on aura bien progressé dans l’éveil de sa prostate,
    viendront offrir une variété d’ondes dans le bassin, une divine synergie
    dont on contrôlera les ingrédients, en y injectant tantôt plus d’ondes prostatiques,
    tantôt plus d’ondes de nos génitaux

    le masseur allant et venant en nous, au plus le mode yin s’éveillera en nous,
    au plus on va ressentir que le masseur nous pénètre, qu’on nous fait l’amour,
    on passe peu à peu de l’autre côté, c’est toujours nous qui bougeons le masseur
    mais nous le ressentons de plus en plus différemment,
    le pôle féminin et le pôle masculin en nous, se mettent en action ,
    une sensation d’ébat va être ressenti de plus en plus

    le petit miracle du plaisir en mode yin,
    c’est que peu à peu nous ressentons malgré que nos organes et notre corps d’homme, sont bien là,
    que nous sentons qu’ils sont bien là
    mais en même temps c’est un autre corps que l’on va ressentir,
    le masseur va de plus en plus aller et venir dans un sexe féminin,
    notre bassin va s’élargir, va devenir de plus en plus souple, de plus en plus résilient,
    capable de danse enivrante,
    ce que j’appelle le mode liane lascive, part du bassin
    et comme il est bon de sentir celui-ci onduler, ondoyer, librement,
    empli comme d’une houle tellement enivrante

    les mains aussi, une fois qu’elles entreront régulièrement en action,
    vont caresser des seins gonflés, ronds

    la main derrière, je n’en ai pas parlé pour l’instant
    mais quand les doigts s’égareront dans la petite crevasse derrière,
    ah mes amis, comme vous allez les sentir remonter en vous,
    je parle d’onde anale pour la clarté
    mais là encore, c’est tout à fait autre chose que vous allez ressentir,
    ces doigts qui vous fouillent, semblent farfouiller entre les plis et les replis
    mais ce sera pour plus tard, pour l’instant, que le débutant
    privilégie les ondes prostatiques, après les ondes génitales puis les anales

    voilà, c’est tout pour le moment,
    c’est ma petite contribution au confinement
    pour que certains puissent passer aux travaux pratiques

    #37024
    bzobzo
    Participant

    je vais continuer mes explications tant que je suis dans une bonne dynamique,
    j’espère au moins que tout cela servira au moins à une personne
    à trouver du bonheur en soi tel qu’il rêvait d’en trouver

    pour ce qui concerne les mouvements des cuisses sur les génitaux,
    il ne faut pas avoir peur d’y aller,
    ne pas craindre l’érection et surtout ne pas l’éjaculation,
    si elle doit venir, qu’elle vienne,
    elle sera la bienvenue, au plus vous vivrez vos séances en mode yin

    ce qu’il faut bien comprendre, c’est qu’au plus vous êtes en mode yin,
    au plus vous vivez vos organes au féminin,
    ce n’est pas juste une image, ce que j’écris là, c’est la plus stricte vérité,
    ce corps est fait de chair qui peut avoir les deux sexes
    et à partir du moment où vous êtes totalement , de fond en comble, en mode yin
    eh bien votre sexe en érection, vous ne le vivez plus comme si c’était votre érection
    mais vous réagissez au féminin à une érection qui vous apporte du plaisir,
    que vous sentez contre votre peau,
    vous sentez en vous toutes les ondes masculines qu’elle génère
    et puis l’éjaculation vient,
    ce sera un orgasme XXL équivalent du super O du massage prostatique en intensité

    vos organes génitaux peuvent devenir un de vos meilleurs alliés en mode yin,
    vous emplir d’une volupté ineffable avec la danse sensuelle des cuisses dessus,
    n’ayez pas peur de presser , de frotter, fort par moments,
    vous serez étonné à quel point , un peu de douleur-même, se transforme instantanément en plaisir

    mais donc frottements, pressions, tout est bon,
    alternez cela avec les moments d’immobilité des cuisses
    où c’est le masseur qui retrouve la priorité
    et ainsi vous alternez, vous mixez, ondes prostatiques et ondes génitales, dans le bassin

    et encore une fois, ne vous retenez pas,
    il ne faut avoir aucune crainte d’éjaculer,
    vous n’aurez dans cette façon de pratiquer,
    qu’une très courte période de perte d’énergie,
    l’éjaculation est juste une cerise sur la gâteau,
    si elle ne vient plus après pendant quelques jours,
    aucune importance, vous avez toujours un merveilleux gâteau à déguster
    et vos organes génitaux fourniront, même 30 mn après une éjaculation
    toujours de délicieuses vagues de volupté
    si vous y retournez avec les cuisses

    être confiné avec le plaisir en soi à fleur de peau,
    c’est avoir à sa portée à tout moment une échappée belle

    #37073
    bzobzo
    Participant

    la tentation est là par moments
    d’y mettre la main, de toucher avec les doigts,
    ma chair devine le coup de turbo soudain que cela générerait,
    les vagues qui se déplaceraient en rangs plus serrés

    mais je sais aussi le cul de sac dans lequel rapidement je me retrouverais,
    uniformisation des sensations, plus de réelle accroissement de la tension sexuelle,
    peut-être en insistant et encore en insistant, un orgasme ou deux
    mais finalement peu intéressants, des fugaces explosions sans grand relief et colorations

    la patience et une certaine discipline, font partie du jeu,
    savoir résister à la tentation facile
    parce qu’avec un corps d’homme, sa sexualité par défaut,
    peut montrer durant l’action une issue rapide, un boulevard qui s’ouvrirait soudainement,
    un accroissement soudain des sensations bien tentante

    mais personnellement en tout cas,
    après quelques instants jubilatoire, ne le nions pas,
    cela m’a toujours mené, j’écris bien, toujours,
    dans un cul de sac et un appauvrissement drastique de la variété des sensations,
    leurs nuances, leurs coloris
    et puis plus vraiment d’augmentation réelle de la tension sexuelle,
    plus de sensation d’un lent et irrésistible décollage

    oui parfois on voudrait que ce soit plus rapide,
    que le décollage se fasse à la verticale,
    avoir le beurre, l’argent du beurre
    et le cul de la crémière pour y mettre le beurre et autre chose
    mais notre pratique n’aboutit à des zones de stratosphères vraiment intéressantes,
    enfin je parle de mon expérience et ma façon de pratiquer,
    que si on peut faire preuve de patience, ne pas se laisser aller à certaines facilités

    le plaisir, à certains stades de l’action, c’est savoir se retenir,
    le plaisir se construit pierre par pierre, exige de la patience, de la retenue,
    pour que la tension sexuelle continue sa progression, favorablement, durablement,
    s’enrichisse, s’amplifie, se diversifie,
    pour que les explosions viennent plus loin, de beaucoup plus loin,
    mènent plus loin, beaucoup plus loin, beaucoup plus haut, beaucoup plus longtemps,
    bénéficiant de toute cette tension sexuellement accumulée, emmagasinée,
    pas immédiatement relâchée

    #37104
    bzobzo
    Participant

    une fois que vous avez la complicité de votre corps,
    tout vous est permis,
    il n’y a plus qu’à être imaginatif et audacieux
    et tout devient réel,
    c’est-à-dire, ressenti, vécu, dans la chair

    comment obtient-on la complicité de son corps?
    en la sollicitant jour après jour, semaine après semaine, mois après mois,
    en y croyant de toute son âme, en s’investissant, en s’impliquant, de tout son être
    une fois que votre corps sentira cela,
    que vous êtes entièrement dedans, que c’est vous de fond en comble,
    dans le moindre mouvement, dans le moindre geste, la moindre caresse,
    que vous vous rendez sans conditions,
    que vous êtes ouvert, béant, exposé, sans fard et sans défenses, avec vos tripes sur la table,
    ayant remisé toutes vos certitudes, toutes vos idées reçues,
    que vous êtes prêt à vous en remettre entièrement à lui,
    il commencera à vous répondre

    #37105
    bzobzo
    Participant

    le moi pensant, j’en reviens encore à cette notion

    bon, ce que j’entends par moi pensant, n’a sans doute aucune base scientifique, quoi que…
    peut-être est-ce appelé autrement,
    peut-être cela correspond réellement à quelque chose qui a une base scientifique,
    quelque chose de bien précis, étiqueté, répertorié, etc
    je ne sais pas

    et je ne tiens pas trop à savoir,
    je tiens à rester dans l’empirisme,
    que tout ce « savoir » que je dégage, que j’essaie de décrire,
    naisse dans le vécu, depuis l’éprouvé, depuis le ressenti

    pourquoi?
    parce que les résultats que j’ai atteints,
    moi je le sais car je suis dans ma peau et je sais ce que j’ai vécu,
    sont splendides, sont une réussite complète,
    je peux éveiller totalement mes énergies et je peux en faire à peu près ce que je veux,
    la complicité avec mon corps est entière,
    dès lors c’est à partir de cette réussite totale que j’essaie de dégager des notions à transmettre,
    des témoignages à rapporter
    et je ne veux qu’en aucun façon cela puisse, cela risque, d’être faussé, d’être déformé,
    par quelque texte scientifique que j’aurai cru comprendre
    et dont je plaque les concepts, les mots, sur ce que j’ai vécu

    je cherche donc délibérément à rester dans l’aire et dans l’ère
    de l’empirisme, des leçons tirées de mon vécu durant l’action,
    avec le risque cependant, j’en ai conscience,
    que cela arrive déformé dans le cerveau d’un lecteur qui cherche à se lancer dans cette voie,
    théorisation basée entièrement sur le ressenti, sur le vécu,
    court le risque d’être perçu sans doute tout autrement par quelqu’un d’autre,
    comprise, intégrée, par rapport au vécu de cette personne
    qui est complètement différent du mien, qui est le sien, son vécu, son action,
    ses moments de corps à corps intime, ses tentatives de dialogue avec son corps

    mais c’est sans doute le risque de tout dialogue avec quelqu’un d’autre,
    que ce que l’autre comprend de ce qu’on dit ou de ce que l’on écrit,
    soit totalement différent ou du moins en partie, de ce que l’on voulait transmettre,
    toute la rigueur scientifique, toute une nomenclature, tout un vocabulaire,
    tout un échafaudage, une technique de description, sont là justement pour éliminer au maximum
    le risque de déformation du contenu dans les mots qu’on cherche à transmettre

    le moi pensant donc, c’est comme une cabine de pilotage dans ma tête,
    isolée du reste du corps, une cellule qui a le contrôle, plus ou moins,
    mais reliée à tout le reste par des câbles branchés par où passent les informations, en quelque sorte,
    pas un contact direct, juste des flux d’informations qui montent,
    que le moi pensant tente de décrypter et puis renvoient des directives, des instructions

    c’est cette isolation , ces murs qu’il faut abattre,
    qu’on peut abattre, j’en témoigne,
    on peut arriver à une circulation fluide,
    que la cabine du moi pensant, soit connectée à tout le reste du corps,
    fasse partie du reste du corps, vive dans l’instant avec lui, palpite avec lui

    qu’est-ce que je ressens dans ces moments-là?
    cela, qu’il n’y a plus aucune cloison, que toute ma tête fait partie intégrante du corps,
    un autre moi pensant semble en place,
    non plus situé juste dans ma tête, isolée de tout le reste
    mais un autre moi pensant qui est en même temps partout dans mon corps,
    comme dans ma tête aussi,
    on se sent en même temps autant dans son genou, que dans sa hanche, que dans son petit doigt,
    on ne transmet plus juste des commandes aux doigts depuis une cellule isolé dans la tête,
    on est dans le petit doigt
    et l’on imagine le mouvement , en même temps qu’il est en train de se faire

    si durant l’action, le moi pensant revient,
    c’est comme si un flux était interrompu, estompé, de plus en plus
    les cloisons se reforment,
    la cellule du moi pensant, se reforme,
    la communication avec le corps, redevient lointaine

    je le ressens presque comme une douleur dans ces moments-là,
    on est envahi de sensations ineffables,
    partout leur flux, dans la tête comme ailleurs
    et soudain, patatras, des cloisons cherchent à se reformer dans ma tête,
    cherchent à nouveau à isoler,
    cherchent à interrompre le flux, l’élan qui m’habite

    mais comme j’ai de l’entraînement, les cloisons tentent de monter
    et quasi instantanément je les abats, le flux se reforme plus ou moins rapidement,
    selon la taille et la solidité à laquelle elles étaient parvenues,
    les gravats doivent être emportés, totalement par le courant,
    avant que le flux retrouve toute sa limpidité, toute sa puissance

    comment faire alors?
    je reprends ma métaphore du débutant nu comme un ver sur son lit,
    aspirant au plaisir en mode yin, désirant de toutes ses forces un plaisir en mode yin,
    tout d’abord, il faut vraiment le désirer de toutes ses forces,
    là est un des problèmes, pour l’instant,
    c’est juste une idée, un fantasme, dans la tète du débutant,
    il faut qu’il apprenne à le désirer de toutes ses forces dans sa chair
    et qu’il soit prêt à casser toutes les barrières et à renverser tous les obstacles
    qui se dressent en lui et ce plaisir
    qui est là au fond de lui, qui dort au fond de lui
    et qu’il faut parvenir à réveiller

    mais pour cela donc il faut le désirer de toutes ses forces,
    il faut donc réveiller toutes ces forces,
    on croit désirer de toutes ses forces
    mais en fait pour l’instant, toutes nos forces, sont juste à peine un petit pet
    qui s’entend à peine en sortant, un petit pet comme un vague sifflement entre les fesses,
    toutes nos forces, c’est une tornade dans notre coeur,
    une tornade dans notre âme, une tornade dans notre corps

    laissons là la notion de « de toutes ses forces »,
    cela viendra avec le temps si ce n’est pas encore là pour vous,
    il faut juste apprendre à se lâcher, à s’investir entièrement dans ce que l’on fait durant l’action,
    pour en revenir au moi pensant,
    apprendre à l’éteindre, lui apprendre à se faire tout petit dans un coin comme s’il n’existait plus,
    c’est à cela qu’il faut arriver,
    tout en sachant qu’il essaiera toujours de sortir de son coin,
    de reprendre sa place et c’est bien ainsi,
    on est ce que l’on est, un être pensant, c’est un miracle en soi, aux possibilités infinies
    mais pas intéressantes ici pour nous durant l’action,
    on cherche à retrouver l’unité avec le corps,
    à faire un avec lui, on a pas besoin du moi pensant ici

    comment l’éteindre donc? à ce qu’il aille se faire tout petit dans un coin?
    essayer de penser avec vos mains, essayer de penser avec vos hanches,
    essayer de penser avec vos cuisses,
    c’est sans doute plus facile à écrire qu’à faire, j’admets,
    il faut essayer le plus possible de laisser parler son instinct, ses pulsions

    cela entre en collision frontale avec le fait que pour acquérir une technique,
    il faut utiliser aussi sa tête, les fameuses séances d’entraînements de notre @andraneros national,
    il faut donc des moments comme cela on l’on s’observe,
    où le moi pensant, essaie, teste, évalué
    mais aussi essayer d’avoir en contraste par rapport à ces moments,
    d’autres où on se lâche, où l’on se laisser aller,
    on l’on ne réfléchit plus ou en tout cas, le moins possible
    et où l’on essaie de laisser parler son corps

    laisser parler son corps, voilà,
    je crois que ce type d’expression, peut parler à tout le monde, faire sens à tout un chacun,
    il faut essayer de laisser parler son corps,
    de parler avec lui, de parler avec ses mains, de parler avec ses hanches,
    de parler avec son sexe, de parler avec sa prostate,
    se laisser envahir par les sensations, ne plus penser, juste essayer de laisser le désir s’exprimer,
    même si au début les sensations ne sont pas au rendez-vous,
    que l’on fait n’importe quoi,
    il faut d’abord libérer la place, que le corps se rende compte, qu’il y a une place à prendre tout en haut,
    il n’en a pas l’habitude et vous non plus,
    probablement des dizaines de fois il essaiera de monter prendre les commandes
    et vous le repousserez par habitude
    car vous êtes encore prisonnier des automatismes de votre moi pensant,
    il est trop puissant encore dans ses prérogatives

    mais cela viendra peu à peu, c’est un travail de sape, un lent travail de sape,
    pour qu’il accepte peu à peu de laisser la place,
    au plus vous parviendrez à générer des sensations, au plus il acceptera de s’effacer

    #37154
    bzobzo
    Participant

    il faudra vraiment que je me filme un peu sérieusement,
    je serais vraiment curieux de voir à quoi ressemblent dans la réalité
    les mouvements que j’effectue,
    je sais ce que je ressens dans ces moments
    mais je serai curieux de voir si ce qui est effectué réellement,
    comme gestes, comme mouvements, durant l’action ,
    si cela correspond un tant soit peu à ce que je ressens

    même si cela n’a pas grand importance au fond,
    c’est là le petit miracle de cette pratique en mode yin qui est la mienne,
    on ressent des choses qu’on n’est pas sensé ressentir

    on n’est pas sensé pouvoir se faire l’amour tout seul,
    je n’enfonce pas mon sexe dans un autre sexe,
    il n’est même pas dressé la plupart du temps,
    je ne me frotte pas contre un autre corps
    et qu’est-ce que c’est que ce plaisir au féminin, cette androgynie, dont je parle?
    tout cela est-il réel ou juste les fruits de mon imagination, de mes fantasmes?

    là encore quelle importance,
    l’important n’est-il pas que je les vive ces sensations, cette jouissance,
    que je sois empli de cette volupté ineffable,
    qu’elle soit là à ma disposition instantanément en deux temps, trois mouvements,
    à la moindre sollicitation?

    ce fil, je l’ai voulu dédié à la technique, au cas où quelqu’un là-dehors

    tout d’abord peut-être, le conseil de base pour démarrer,
    c’est que vous ne devez pas avoir honte et vous ne devez pas vous retenir,
    il faut vous lâcher et accueillir toutes les sensations, tous les fantasmes , comme ils viennent,
    vous brûlez de vivre un plaisir au féminin,
    vous brûlez d’être pénétré comme si vous étiez une femme à qui on fait l’amour
    pourtant vous ne vous sentez pas homosexuel pour un sou,
    il faut l’assumer maintenant, c’est l’occasion ou jamais,
    se laisser emporter par son désir sans rien retenir dans cette direction

    sentir entre ses jambes, un sexe entrouvert, vivant, comme vibrant,
    avoir une envie irrésistible d’y sentir un dard dur s’enfoncer,
    y bouger, y frotter les parois, remuer
    sentir ses hanches comme emplies de langueur à l’idée, avec une envie irrésistible de les onduler,
    envie de bouger ses cuisses lascivement,
    sentir le noeud bien gonflé d’un pénis turgescent s’y engouffrer lentement, écarter nos chairs,
    enflammer nos entrailles à chaque millimètre de progression,
    sentir tout cela en même temps,
    en frémir jusqu’au fond de l’être, en être rempli de vagues de volupté,
    tout cela avec quelques contractions et quelques mouvements des hanches et des cuisses

    vous pouvez y arriver, j’y suis arrivé,
    les sensations font se former, si vous vous laissez emporter par le désir,
    vous allez d’instinct peu à peu trouver ces mouvements, ces gestes
    qui vous donneront la sensation de vivre un acte sexuel
    en étant en même temps, l’homme et la femme, les deux en un,
    les deux emmêlés, leurs gestes, leurs mouvements, emmêlés,
    sensation de percevoir des deux côtés en même temps,
    sensation d’enfoncer le dard turgescent et en même temps sensation de le sentir s’enfoncer dans nos chairs,
    au plus intime de nous

    comme il monte, comme il nous transforme instantanément en une fusée en train de décoller,
    il n’y a qu’à vous laisser aller à votre désir et bouger,
    laisser le désir vous bouger,
    votre chair qui est androgyne, a les deux sexes, fera le reste

    #37155
    bzobzo
    Participant

    au fond, si ma pratique est devenue si puissante, si riche,
    si effective à chaque instant,
    c’est parce que j’associe dorénavant constamment
    ondes prostatiques et ondes génitales

    ils forment un flux quasi indissociable
    et ces derniers temps mes tentatives de refaire du pur prostatique,
    me paraissaient fades,
    j’abandonnais vite, mon bassin semblait tellement vide tout à coup,
    alors que dès qu’il y a les deux types d’ondes associés,
    tout mon bassin est directement empli
    et en quelques instants tout mon corps aussi,
    pas besoin d’attendre

    donc, pour résumer, dans ma façon de pratiquer,
    on s’arrange toujours pour avoir les cuisses plus ou moins serrées
    qui frotteront, presseront les génitaux,
    rouleront les couilles comme de la bonne pâte,
    aplatiront le petit tuyau comme si on voulait en faire un presse-papier
    et puis en alternance ou simultanément, enfin engagés dans un dialogue intense et attentif,
    d’autre part les contractions,
    les contractions qui chez moi, apportent les ondes de la prostate

    maintenant, c’est là peut-être que le bât blesse pour un débutant,
    je ne suis pas sûr que pour quelqu’un qui n’a pas déjà une pratique prostatique bien établie,
    ces contractions auront le même effet, en tout cas au début,
    il faudra vous armer de patience,
    cela peut arriver très vite, j’en suis convaincu,
    je fais le chemin tous les jours, en un éclair,
    passer du corps muet comme une tombe au corps chantant
    mais cela a été un long cheminement pour en arriver là que ce soit désormais instantané,
    cependant je le fais chaque jour ce chemin, même si en accéléré,
    de briser la glace en moi et de faire jaillir la lave

    il vous faudra le faire ce chemin , ce sera peut-être très lent
    mais encore une fois le seul véritable secret là-derrière,
    c’est de laisser parler entièrement son désir et son corps,
    donc si dans un éclair de génie personnel dans l’instant,
    vous parvenez à vous lâcher comme il faut,
    vous pouvez y être en quelques instants aussi

    bon après, il faudra parvenir à reproduire jour après jour, acquérir de la consistance
    mais donc même les contractions, si vous y allez simplement sans réfléchir,
    juste essayer de bien les sentir,
    de tenter de les manœuvrer pour ressentir un mouvement de pénétration
    vous savez qu’elles peuvent devenir plus vraie que nature,
    avec toute la richesse, la variété, les nuances d’un vrai dard en pleine action
    avec un artiste de la chose à la manœuvre
    mais il ne faut pas commencer à réfléchir,
    « oh je dois bouger comme ceci et comme cela, maintenant j’accélère, là je dévie un peu »
    non! juste laisser vous emporter, laisser le désir seul vous mener
    et tout se mettra en place tout seul

    #37156
    bzobzo
    Participant

    juste laisser vous emporter, laisser le désir seul vous mener
    et tout se mettra en place tout seul

    hum, il faut cependant bien qu’une technique se mette en place,
    une technique que le corps pourra assimiler
    et à force automatismes, utiliser tout seul

    cela peut paraître contradictoire par rapport à des phrases de mon cru du genre

    juste laisser vous emporter, laisser le désir seul vous mener
    et tout se mettra en place tout seul

    mais pas tant que cela

    il y a des moments de collaboration entre l’intellect et l’instinct, le désir, le corps
    où comme si on avait ralenti l’action, les sensations,
    pour pouvoir faire un peu d’analyse, d’observations,
    on scrute, on se scrute en action,
    une fois qu’on a l’habitude, on jongle très facilement avec cela,
    après on remet les gaz et c’est reparti
    mais quand on est débutant,
    on se peut pas encore laisser parler son instinct, laisser parler son désir,
    on est la plupart du temps, coincé dans son moi pensant,
    bredouillant l’action, déployant beaucoup d’efforts pour peu de résultats

    il y a une grande différence entre laisser parler son désir,
    laisser parler son instinct,laisser parler son corps
    et improviser n’importe quoi, bouger n’importe comment,
    cette différence, c’est l’écoute,
    on a appris à écouter son désir, appris à écouter son instinct, appris à écouter son corps
    et dès lors on arrive à les laisser s’exprimer,
    c’est tout sauf faire n’importe quoi

    cependant pour le débutant, encore incapable de se laisser mener par son désir, son instinct et son corps,
    faire juste n’importe quoi, peut être un excellent exercice en soi,
    peut-être pas très productif en sensations au début
    mais qui le fait évoluer sans qu’il s’en rende compte,
    je recommande donc ce exercice de bouger, de se mouvoir, même très maladroitement mais sans réfléchir,
    en se forçant à ne pas essayer de diriger l’action consciemment,
    juste essayer de laisser son corps s’exprimer,
    encore une fois, même si dans un premier temps,
    on ne fait juste que gesticuler n’importe comment, sans grand résultat,
    essayer néanmoins de le faire tranquillement, sans devenir frénétique, chaotique,
    du grand n’importe quoi mais tranquillement, calmement,
    en ayant à l’esprit toujours ces quelques lignes directives que j’ai esquissées,
    c’est-à-dire la double action dans le bassin, décrite plus haut
    pour obtenir un flux d’ondes prostatique et d’ondes génitales,s’emmêlant

    ainsi notre débutant, nu comme un ver, sur son lit, gigotant piteusement au début,
    va peu à peu prendre de l’assurance, va apprendre peu à peu à s’écouter,
    tout cela en fait, est une invite de notre part, certes maladroite,
    au corps, à l’instinct, au désir, de venir prendre la barre, de commander la manœuvre
    et je peux certifier que ceux-ci, si suffisamment sollicités, même n’importe comment,
    c’est-à-dire, avec suffisamment de cœur, d’ardeur , d’authenticité, à l’ouvrage,
    pas juste faire comme ci mais être entièrement dans ce que l’on fait à chaque instant,
    de toutes les forces de notre être, s’impliquer, dans chaque geste, chaque mouvement,
    comme si notre vie en dépendait

    et notre vie va en dépendre
    car celle-ci peut être bouleversée de fond en comble
    comme si on avait fait fortune sexuellement,
    qu’on était devenu un multi-milliardaire des sensations voluptueuses
    si vous vous impliquez comme il faut et que vous faites votre percée,
    devenez de plus en plus complice et acolyte de votre corps
    pour déboucher dans la caverne d’Ali Baba qui dort en vous comme dans tout un chacun

    #37157
    bzobzo
    Participant

    bon, si vous en êtes arrivé jusqu’ici dans votre lecture de ce fil,
    c’est soit parce que vous vous appelez @andraneros
    et que vous vous faites un devoir de tout lire,
    de tout lire des phrases comme des plantes sauvages, de la mauvaise herbe
    qui apparaissent entre les travées de ce forum
    ou alors c’est que vous êtes vraiment très intéressé de vivre cela dans votre chair,
    de vivre cette expérience si singulière dans votre corps

    personnellement, pour écrire ce fil technique, ce qui me motive avant tout,
    c’est de me dire que si au moins une personne là-dehors,
    grâce à tout ce que j’écris ici, y parvient,
    parvient à vivre le même type de bonheur dans sa chair que moi,
    les mêmes moments d’épanouissement, de communion charnelle, de volupté ineffable,
    j’aurai accompli ma mission

    c’est peut-être pompeux, orgueilleux, d’écrire ce genre de choses,
    que d’estimer que si on a à ce point réussi dans son coin,
    un truc si spécial, tellement en-dehors des clous,
    quelque chose qui semble tellement hors des limites de la masculinité, de ses normes, de ses règles,
    qu’il faut que j’essaie de la transmettre,
    de faire passer de ma chair à d’autres cette compétence intime acquise,
    cet « artisanat sexuel » à la fois sophistiqué et animal,
    de se donner du plaisir

    #37158
    bzobzo
    Participant

    j’écrivais donc plus haut que les cuisses ne doivent être jamais très éloignés de nos organes génitaux,
    que dans le bassin, on doit avoir une synergie d’ondes de la prostate et d’ondes de nos génitaux,
    la règle cependant qui est d’or dans le massage prostatique de rester éloigné de ses couilles, de son sexe,
    est toujours d’application pour les contacts manuels

    la main n’entre pas en contact avec le petit tuyau, les roubignolles, sauf accidentellement,
    les cuisses sont les interlocuteurs naturels , de nos organes génitaux
    et donc il ne faut en aucune façon hésiter de se lâcher,
    si on commence à bander, pas un problème, si on finit par éjaculer, pas un problème non plus

    bon, idéalement, on ne bande pas trop, dans ma façon de pratiquer,
    personnellement, quand tout ce passe comme il faut,
    je bande vraiment comme un taureau qu’aux dernières secondes, juste le temps de l’éjaculation
    mais avant , pas trop,
    bien que le bâtonnet se durcisse parfois durant la séance
    mais à chaque fois, cela débande aussi assez rapidement,
    le fait est que la trique levée, rend la danse avec les cuisses moins aisée, plus malhabile
    moins de nuances aussi dans les sensations,
    cela gêne plus qu’autre chose, d’avoir ce bout de chair en érection, entre les jambes
    mais on ne doit pas s’en formaliser plus que cela
    et il ne faut pas s’en préoccuper, ce n’est en aucune façon interdit,
    ni mauvais pour la suite des événements,
    on ne doit rien faire consciemment pour que cela cesse

    chez moi, cela part tout seul grâce aux contractions,
    si on se concentre bien sur les contractions, c’est-à-dire la production d’ondes prostatiques,
    le dégonflement de l’érection est quasi instantané chez moi,
    par contre il y aura un moment, parfois après une demie heure, parfois après de longues heures,
    parfois après plusieurs jours,
    où soudain c’est comme si un troupeau d’innombrables mustangs au galop
    débarquait dans votre bassin,
    vous ne pourrez pas confondre ce momemt avec autre chose,
    là c’est le signal qu’un orgasme XXL (l’équivalent du super O du massage prostatique)
    va se passer dans votre corps,
    là, restez bien détendu et bien tendu comme vous étiez, en d’autres mots,
    essayez de continuer comme si de rien n’était,
    cela ne va pas être facile au début,
    tellement c’est quelque chose d’immense qui semble s’approcher, quelque chose de tellement puissant,
    qu’il est vraiment difficile de ne pas commencer à s’observer,
    essayez cependant de faire comme si de rien n’était,
    une fois que la vague sera irrésistiblement sous vous,
    que vous sentez irrésistiblement comme un fétu de paille soulevé,
    alors là lâchez-vous, juste laissez-vous emporter, enjoy,
    ne vous préoccuper pas des spasmes de votre corps, qu’il rue dans toutes les directions,
    juste enjoy le moment de totale puissance orgasmique qui se joue comme une symphonie folle dans votre corps

    #37161
    bzobzo
    Participant

    il faudrait avoir vécu au moins une fois dans sa vie
    une éjaculation en mode yin
    pour découvrir l’extraordinaire puissance que cela peut prendre,
    où tout notre être n’est plus que lave en fusion éjecté dans les airs
    pendant trente secondes, 45,
    que cela peut durer bien au de-là d’une minute

    c’est l’orgasme mâle accompagné de l’éjection du sperme
    mais vécu en mode yin,
    c’est quelque chose, vous pouvez me croire,
    je viens d’en vivre un il y a quelques minutes,
    c’est l’orgasme mâle à la puissance dix et vécu dans tout le corps
    et qui dure, qui dure, qui dure,
    qui semble arracher tout sur son passage et l’envoyer aux quatre coins de la galaxie

    le plus difficile étant, comme je le souligne au-dessus,
    c’est de laisser l’éruption se dérouler sans interférer,
    par « sans interférer », je veux dire , pas seulement physiquement
    mais dans la tête, c’est là que c’est le plus dur en fait,
    nous autres hommes,
    on n’est pas habitué à ce que l’éjaculation soit accompagné d’un pareil déferlement dans tout notre être
    et c’est à chaque fois, encore pour moi pour l’instant,
    un petit passage délicat à négocier quand je sens que cela commence à monter,
    que cela commence à bouillonner de tous les côtés,
    que les voyant partout se mettent à clignoter follement,
    de continuer comme si de rien n’était,
    juste parcourir les dernières mètres avant la ligne d’arrivée de l’explosion
    en restant bien concentré sur la course, sur le corps au travail
    et pas me laisser distraire par tout le stade autour qui entre en ébullition,
    tout le stade plein à craquer qui est sur le point d’exploser

    #37162
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    vous vous appelez @andraneros

    Comment m’as-tu découvert ?

    Merci de distribuer tes conseils comme les cloches de Pâques distribuent les œufs. Il faut absolument aller les chercher partout dans la maison et dans le jardin pour ceux qui en ont un !

    #37163
    bzobzo
    Participant

    hello @andraneros, mon plus fidèle lecteur

    c’est vrai que je suis sacrément cloche par moments,
    pas seulement à Pâques…

    #37167
    bzobzo
    Participant

    pour le débutant complet qui veut se lancer dans la pratique en mode yin,
    il est peut-être plus intéressant, comme je l’ai déjà signalé, de commencer avec un masseur,
    en effet s’il n’a aucune expérience prostatique,
    il lui sera peut-être plus difficile de bien éveiller sa prostate dans un premier temps
    avec la technique telle que je la décris en aneroless jusqu’ici,
    à savoir mêler, faire dialoguer, les ondes prostatiques et les ondes génitales

    donc je dirai dans un premier temps,
    les contractions pourraient être remplacées avec profit par un masseur
    mais pas n’importe quel type de masseur,
    pour mon genre de pratique, je recommande fortement des modèles du genre Vice, Vice 2 (sans les moteurs)
    ou Device ou bien encore mon chouchou de toujours, l’énorme G-Rider de Nexus

    Pourquoi?
    tous ces modèles ont en commun d’avoir deux butées bien développées, larges, épaisses,
    assez plates, avec une légère courbure (en tout cas pour le G-Rider)
    qui permettent de bien diriger le masseur, le rendent bien stable, d’effectuer des mouvements bien droits,
    et donc de reproduire de façon optimale les va et vient divers et variées de la pénétration

    vous pouvez à la limite vous y essayer avec un Progasm
    mais ce sera déjà nettement plus instable, de mon expérience et plus limité,
    il faut pouvoir se lâcher et en même temps facilement diriger le masseur en vous,
    parvenir à bien reproduire un pénis imaginatif qui cherche à varier les sensations,
    qui s’excite parfois de plus en plus, bouge de plus en plus, jusqu’à devenir frénétique et désordonné,
    tout cela n’est possible que si on garde bien le contrôle du mouvement,
    de lui faire faire des mouvements bien droits,
    qu’il ne commence pas à déraper dans toutes les directions,
    ne répond plus bien à nos sollicitations,
    nos tentatives de lui faire effectuer quelques figures de style un peu plus acrobatiques

    cependant je vous recommande tout de même de pratiquer les cuisses plus ou moins serrées
    et d’essayer d’obtenir ce dialogue d’ondes prostatiques et d’ondes génitales, décrit au-dessus,
    prenez votre temps, essayez de bien sentir ce qui se passe en vous,
    soyez à l’écoute

    être à l’écoute, c’est être juste réceptif, ouvert, attentif, imaginatif, impliqué à 100%,
    tourné vers soi-même
    il ne faut pas spécialement se concentrer sur une partie du corps ou une autre,
    ça, cela vient tout seul,
    vous vous concentrez automatiquement vers l’endroit où cela se passe,
    il ne faut pas en rajouter,
    il faut juste essayer, comme décrit plus haut, d’arrêter son moi pensant, de le mettre en veilleuse,
    votre corps veut dialoguer avec vous, il ne demande que cela,
    il faut vous ouvrir, ne plus fonctionner par la pensée
    mais avec son instinct, ses pulsions, ses fantasmes

    caressez-vous lentement, avec passion, votre peau ne demande aussi que cela,
    tout votre corps est demandeur, il s’agit d’établir le contact,
    il faut y croire aussi, croire en soi, croire en ses capacités, croire qu’on peut le faire
    essayer d’allumer le feu comme dirait l’autre

    sentez le masseur en vous, bougez-le, variez les mouvements
    bâtissez en vous peu à peu les sensations de la pénétration, varier, diversifier,
    c’est le moment de se laisser aller sans peur et sans honte,
    de vivre à fond son fantasme de plaisir au féminin,
    sentez comme il est dur en vous, ce masseur, comme il est dressé dans votre chair,
    bougez-le le plus diaboliquement possible,
    répondez à chaque va et vient du masseur, avec vos hanches,
    enserrez avec vos cuisses vos parties comme si vous vouliez danser avec ,
    sentez toutes ces rondeurs féminines prêtes à pousser instantanément en vous,
    sentez ce sexe prêt à s’ouvrir entre vos jambes, comme il chaud, soyeux, prêt à vibrer,
    laissez le masseur s’endiabler par moments, faire des petits galops dans vos entrailles,
    laissez le féminin bouger votre corps,
    devenez liane lascive corps et âme

    et puis encore une fois, il faut alterner,
    n’oubliez jamais le dialogue d’ondes prostatiques et d’ondes de vos génitaux
    avec le mouvement des cuisses tout contre,
    dansant un tango langoureux avec vos couilles, avec votre sexe,
    n’hésitant pas à les brutaliser par moments,
    à d’autres, les effleurant avec toute la délicatesse du monde

    avec un peu d’entraînement, tout cela se fait très très facilement,
    tout cela est dans la même zone, est très facile à cordonner en fait, à faire dialoguer,
    une fois que ce sera bien en place, cela vous semblera totalement naturel

    il ne faut pas hésiter avec les contractions ou le masseur, à appuyer fortement, à presser longuement,
    votre prostate n’est pas en porcelaine,
    elle ne va pas éclater en mille morceaux au premier contact un peu vif,
    on n’est pas dans le massage prostatique ici, dans le « do nothing »,
    ici, c’est une pratique dynamique, avec de l’action, parfois en mode bûcheron,
    et une fois que ce sera bien au point pour vous,
    la seule chose à laquelle vous pourrez la comparer, votre pratique,
    c’est à un acte sexuel avec partenaire, en aucun cas à de la masturbation

    sentez comme chaque mouvement semble un entrelacement entre le masculin et le féminin en vous,
    comme des ébats semblent déclenchés en vous,
    laissez-vous aller à toutes vos envies de courbes dansantes,
    ne retenez pas vos hanches, qu’elles dansent, que vos cuisses s’ouvrent,
    vous êtes aussi en même temps le maître du dard, celui qui le pousse
    donc là encore, mettez-y toute votre ardeur, tout votre imagination, tout votre lascivité,
    en un mot, tout votre désir

    oui vraiment, si je vous surprend raide comme un piquet sur votre lit,
    avec juste un peu de mouvement dans le bassin,
    vous n’avez rien compris à tout ce que je décris
    et je vous colle une punition,
    vous me copierez mille fois au tableau
    « je dois y mettre de la passion, je dois y mettre de l’ardeur,
    je dois être engagé de tout mon être, je dois faire comme je me me faisais l’amour
    jusqu’à ce que je le fasse vraiment »

    allez, au boulot, en groupe par un,
    une, deux, une deux!

    #37168
    bzobzo
    Participant

    je rajouterai encore
    qu’il ne faut pas hésiter à y aller de manière virile,
    je frotte, je presse, je pince parfois mes couilles avec une telle puissance
    que je suis toujours étonné après , une fois cela s’est calmé,
    que leur peau ne soit pas irritée, rougeâtre,
    que je ne sente pas des douleurs dans mon sexe
    tellement par moments je l’ai coincé et tordu entre mes cuisses fortement,
    tellement pendant de longues secondes j’ai effectué des va et vient tout en puissance
    qui occasionnaient toutes sortes de frottements, d’abrasions insistantes

    mais non, rien de bien sérieux, c’est beaucoup plus résistant qu’on ne croit,
    le sexe, c’est de la douceur, de la sophistication, des nuances délicates
    mais c’est aussi de solides va et vient en mode bûcheron par moments,
    c’est beaucoup de pressions, de frottements, accentués, sans ménagement
    car le désir tend souvent vers le volcanique

    n’hésitez donc pas à vous exprimer
    et n’ayez pas peur d’y aller, de la sueur, des muqueuses, des muscles, des froissements,
    tout cela au nom de la tectonique des plaques intimes
    tout cela au nom de la rose secrète dans votre sang

20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 75)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.