#37467
AndranerosAndraneros
Modérateur

Bonjour @alix37,
Ton expérience semble confirmer ce que disent d’autres témoignages sur les forums spécialisés.

les effets « anesthésiant » du cannabis 

mettent celui qui en prend (et réagit comme espéré aux effets du produit) dans un état de conscience modifiée lui permettant simultanément d’avoir une conscience aiguë de la présence du masseur et de tous ses muscles de la zone périnéale, anale et rectale et de recevoir sans aucune résistance ni interférence tous les effets orgasmiques produits par sa présence et ses mouvements.

Dans l’immédiat, en ce qui te concerne, cela semble un avantage puisque cette expérience t’a permis de vivre des moments orgasmiques inégalés. A court terme ce peut aussi être un avantage si ton esprit et ton corps parviennent à conserver une forme de souvenir de ce qui s’est passé et à renouveler l’expérience sans aide, même si elle est moins intense ou plus brouillonne dans un premier temps. On peut lire sur les forums des messages qui confirment le bénéfice que leurs auteurs ont tiré d’une expérience de même nature que la tienne pour faire un bond en avant décisif vers le super O’.

En revanche si tu restes dépendant du cannabis pour vivre des orgasmes prostatiques tu cours le risque de subir tous les effets négatifs associés à ces substances, dont la dépendance, sans forcément améliorer ton expérience. Tout cela est dit en supposant que tu résides dans un lieu où la consommation du cannabis à des fins récréatives est autorisée. Si ce n’est pas le cas tu encours évidemment d’autres risques en violant la loi.

J’ai du mal a bien comprendre les « P-wawe, mini-O, Dry-O » etc, j’imagine que j’ai identifier des P-wawes et que je me rapproche du Dry-O.

Ce problème de vocabulaire est en général bien plus important aux yeux des débutants que des prostatonautes confirmés. La raison est que les hommes qui ont une pratique régulière et très satisfaisante du massage prostatique ne se demandent plus si l’expérience qu’ils ont vécue porte tel ou tel nom ; ils la vivent et goûtent la jouissance qu’elle leur apporte, ils ne ressentent plus le besoin de la nommer.

Les débutants peuvent avoir besoin de lire une confirmation de leur progression en entendant qu’ils viennent de passer de l’étape 2,7 à l’étape 2,8 sur une échelle de 0 à 60. Je cite les principales étapes de la carte au trésor qui mentionnent explicitement une nuance de plaisir :

1.Première insertion de l’Aneros
2.Pas d’inconfort
6.Sensation de confort générale
7.Premières sensations furtives de plaisir
15.Sensation de plaisir produite lors d’une contraction anale
16.Sensation claire de plaisir
21.légères contractions musculaires involontaires
22.Génération de plaisir de manière générale
23.vague de plaisir intense (P-wave)
24.vagues de plaisirs intenses et successives
30.Plaisir interne continu
31. Ressenti clair des contractions involontaires en cours
40.Plaisir vraiment significatif durant les sessions
43.Plaisir intense soudain durant une session
44.Fortes contractions involontaires sans ressentir d’orgasme
45.Fortes contractions involontaires avec une sensation diffuse d’orgasme
46.Fortes contractions involontaires avec une réelle sensation d’avoir un petit orgasme (Mini-O)
48.Plaisir intense produisant de fortes contractions involontaires, orgasme non éjaculatoire (Dry-O)
49.Réaction en chaîne d’orgasmes non éjaculatoires (O-Zone)
51.Orgasme profond et centré sur le rectum, c’est l’orgasme anal
52.Orgasme très intense de la prostate
53.Orgasme non éjaculatoire (Dry-O) sans Aneros («chair orgasm» ou «orgasme de la chaise»)
56.Orgasme très fort et inattendu avec convulsions du corps : Super-O
57.Plusieurs Super-O localisés sur des parties différentes du corps (MMOs)
58.Super-O sur le corps entier
59.Plusieurs Super-O à la suite et concernant le corps entier

Tu peux constater que la logique du vocabulaire utilisé désigne les première sensations de plaisir comme des « vagues de plaisir » (« P waves »)parce que le plaisir qu’elles font vivre monte un peu et descend aussi vite en allant de faible à modérément fort et qu’il se répète ainsi quand on parvient à maintenir les conditions de son apparition. La notion de mini O’ correspond à une succession de vagues de plaisir bien marquées et sans intervention de notre part. La notion de dry O’ correspond à une expérience de plaisir intense accompagné de contractions involontaires localisées sur le périnée voire sur la base du pénis, sans aucune éjaculation bien sûr.

A cette série de description on peut ajouter d’autres formes prises par le plaisir prostatique comme celle des « calm seas orgasms » orgasmes des mers calmes qui se caractérisent comme des vagues de plaisir qui se succèdent sans aucune contraction, rien que le plaisir.

Je suis heureux de lire ta conclusion. Bon cheminement @alix37.