#37620
CaktilCaktil
Participant

Bonjour @yaff,
Je vois que les choses semblent bien avancer pour toi, j’en suis ravi !
Je suis entièrement d’accord avec @Andraneros au sujet du beurre de karité, c’est aussi le lubrifiant qui me convient le mieux.
En ce qui concerne tes questions:

Je n’ose pas forcer les contractions, et ne sais pas si du coup je contracte suffisamment ou non.
Lors que je suis sur le dos, le fait de resserrer les jambes en contractant semble développer plus de sensations.

Chaque personne est différente, mais pour moi les contractions qui me font le plus d’effet sont les contractions les plus faibles possible. Parfois je me demande même si elles ne sont pas juste imaginaires, c’est dire! J’obtiens de bons résultats en répétant de très faibles contractions des muscles PC et/ou des sphincters anaux. Au bout d’un moment le plaisir se développe, augmente et finit par éclater en de magnifiques orgasmes. Je laisse les contractions fortes se faire involontairement, comme si le corps savait très bien quand il faut les faire. Mais, volontairement, je fais toujours de très petites contractions.
Une autre technique qui peut amener de bons résultats est l’alternance de contractions rectales et anales. La contraction rectale est ce qu’il faut faire pour « pousser » aux toilettes. et la contraction anale est celle qui permet de retenir une flatulence (ou plus…).

Voilà pour mon retour, j’avoue ne pas encore être, je pense, assez assidu sur la respiration (qui se coupe quasi naturellement lorsque je contracte). Je suis preneur de vos avis et conseils !

La respiration est effectivement très importante chez moi aussi. Après une chaîne d’orgasmes, ce qui m’amène la chaîne suivante c’est une petite série de respirations abdominales contrôlées : Inspiration jusqu’à la capacité maximum des poumons (c’est important) en commençant à remplir le haut des poumons puis la partie ventrale des poumons, une petite pause d’une seconde et expiration jusqu’au maximum (c’est toujours important) en commençant à vider d’abord la partie ventrale puis en terminant par le haut des poumons. Le tout en étant très relaxé. Cette respiration contrôlée me met aussi dans un état de méditation tout à fait propice aux orgasmes. Une fois que les orgasmes ont commencé, je ne mets plus trop d’attention sur ma respiration qui devient plus saccadée et rapide qu’avant. Et une fois la série d’orgasmes terminées… Quelques respiration abdominales contrôlées et hop! c’est reparti (pour autant que la session se déroule bien…).

Bon cheminement @yaff !