#37774
bzobzo
Participant

j’aimerai pouvoir décrire plus précisément ces contractions,
la façon dont je les applique, en restant bien au niveau anatomique, physiologique
mais ça n’a jamais été mon fort, ce genre de description clinique

elle commence à partir de l’anus, puis est effectuée essentiellement avec le périnée,
muscles duquel chez moi, sont devenus tellement puissants
que je peux appuyer avec, aussi fort et aussi longtemps que j’en ressens le besoin,
par moments je presse vraiment très très fort, à d’autres je recherche des effets plus délicats
mais ce qui confère toute son originalité à cette façon que j’ai de contracter
et qui libère tellement d’ondes de la prostate dans mon bassin,
c’est que je m’appuie sur mes cuisses serrées pour obtenir encore plus de puissance,
ils servent de point d’appui à la contraction , en quelque sorte
et aussi ainsi, toujours en m’appuyant sur les muscles des cuisses mis légèrement sous tension,
je peux trouver des angles inédits à la contraction, la faire très graduelle, très progressive,
mieux la diriger, mieux la contrôler et la faire varier

il y a quelques semaines, après une éjaculation accidentelle
qui m’avait tellement catastrophée sur le moment,
j’ai compris que l’éjaculation n’était vraiment pas un problème en mode yin,
qu’il suffisait de laisser le corps la gérer
et qu’il n’y avait qu’à la laisser venir, l’accueillir et la déguster,
qu’elle était une extraordinaire tempête, à chaque fois, d’à peu près une minute,
égale en puissance aux super O prostatiques,
une fois que j’avais bien compris et assimilé cela,
j’ai pu libérer totalement les ondes génitales,
y aller sans rien retenir, sans aucune appréhension

avec ces contractions que j’ai essayé de décrire,
qui me permettent d’injecter massivement des ondes de la prostate dans le courant de l’action,
c’est ma prostate aussi, j’ai l’impression
que je parviens désormais à faire participer sans retenue dans ma pratique aneroless

cela va déménager, rock and roll, baby, yeeeaaaahhhhh