#37879
AndranerosAndraneros
Modérateur

En effet @pasm, la sensibilité, l’émotivité ou leur absence influe considérablement sur la manière dont nous nous ouvrons facilement ou non à une forme de plaisir très différente de celle que nous connaissons avant de pratiquer le massage prostatique. Dans le meilleur des cas le plaisir que nous vivons pendant nos sessions est puissant, profond, très intime ; il s’étend sur tout le corps, il dure longtemps (et plus si on prend en compte tous les effets retardés). Il y a de quoi être bouleversé particulièrement si on a l’impression de trouver pendant ces orgasmes une compensation à ce qui peut nous manquer par ailleurs.

Bon cheminement @pasm.