#38267
bzobzo
Participant

ce soir, je me suis mis au lit avec l’idée fixe
d’enfoncer le masseur aussi vite que possible dans mon arrière-train

ma foi, j’ai bien progressé, je suis content,
oh bien sûr, je pouvais toujours espérer un miracle
et que déjà après quelques minutes, je sauterai au plafond
mais en étant un peu réaliste, je n’ai aucune raison de ne pas être satisfait,
les progrès sont là, tout cela va dans la bonne direction, à bonne allure

les points positifs:

les petits contacts de mes cuisses, avec mes couilles, mon sexe,
je m’y habitue de plus en plus, j’y fais de moins en moins attention,
à condition qu’ils ne soient pas trop appuyé, bien sûr
parce qu’alors il y a quelque chose qui se déclenche immédiatement dans mon bassin,
qui commence à être envahi de nectar danse

les sensations sont là, constamment,
bien sûr, rien à voir avec l’intensité de ce que je vis habituellement
mais objectivement, je peux qualifier cela très agréable, de très très agréable même par moments,
difficile de juger objectivement le niveau de plaisir réel
quand on vient d’une autre pratique où l’on a constamment un plaisir tellement intense,
tellement généralisé à tout le corps,
où l’on jouit quasi constamment, en fait

question technique, le rythme, l’amplitude des mouvements,
n’ont rien à voir avec ma pratique aneroless en mode yin,
je dois ré-apprendre tout cela,
la présence du masseur déjà limite les mouvements, on peut pas changer de position comme on veut,
il faut toujours faire attention que le masseur reste efficace quand on commence à bouger,
qu’il aille frotter, presser, là où il faut, comme il faut

il faut aussi modifier l’écoute, c’est la dernière chose que j’ai apprise durant la séance
et que j’ai essayer de mettre en oeuvre,
là aussi, une plus grande économie, une moins grande amplitude, des mouvements, des gestes,
m’aidait à rester mieux concentrer sur mon bassin
car oui, j’ai au bout d’un certain temps, focaliser mon attention plus sur le bassin,
alors que dans ma pratique aneroless,
j’ai pris l’habitude de me focaliser sur rien de particulier dans mon corps,
cela se faisait tout seul,
mon écoute semblait attiré automatiquement là où il fallait, là où cela se passait,
l’écoute semblait suivre à la trace les sensations comme un télescope qui bougeait tout seul,
en pilotage automatique en quelque sorte

donc pour résumé, une fois que j’ai commencé à me concentrer plus sur la bassin
et plus particulièrement sur la zone de la prostate,
que j’ai bouger avec plus d’économie,
tout en continuant malgré tout de me caresser passionnément, par moments
et donc aussi de bouger moins et avec moins amplitude,
en mode liane lascif minimaliste, disons,
j’ai pu commencer à avoir de vraiment bonnes sensations en pur prostatique,
une piste sérieuse à exploiter

je dois aussi encore m’habituer à avoir des séances plus longues,
là après une demie heure, j’en ai eu assez,
là aussi, avec ma pratique habituelle aneroless,
j’ai tellement pris l’habitude que cela commence dès la première seconde avec une intensité maximale,
qu’il est rare que je fasse des séances de plus d’une demie heure,
tellement je suis rassasié, comblé, repu, au moins momentanément
car après, avec un peu de repos, je suis à nouveau d’attaque