#39094
AndranerosAndraneros
Modérateur

Vous écrivez @Isa :

j’ai mélangé les questions que je devais vous poser avec celles que je devais poser à mon époux.

Ce n’est pas un problème et si votre message vous a aidée à mettre vos idées en ordre pour engager la discussion avec votre mari il a été très utile.

je lui ai dit « ça n’a rien à avoir avec l’homosexualité [… ] ». C’est cette phrase qui l’a débloqué et poussé à m’en parler de son plaisir car il savait maintenant qu’en me parlant je ne le prendrai pas pour un homosexuel. |… ] il en avait besoin de ce plaisir mais en même temps il ne l’a pas partagé avec moi car il avait peur que je ne le prenne pas bien.

Cette discussion est extrêmement importante pour la suite de votre relation. Elle vous a permis de libérer votre mari d’un poids devenu trop lourd à porter.

il m’a dit que ça faisait un moment qu’il ne le pratiquait plus, que ça avait commencé à lui peser, qu’il voyait ça comment quelque chose de pas bien et que du coup il préférait de ne pas le partager avec moi.

Au lieu de vivre le développement de son potentiel orgasmique comme un épanouissement de sa sexualité, il s’est senti en faute par rapport à la morale dominante de son environnement culturel. A la lecture du forum et de notre serveur de messagerie Discord, vous pouvez constater :
• qu’il n’est pas le seul et que nous sommes tous des hommes normaux, célibataires ou mariés, jeunes ou bien plus âgés, éventuellement bons pères de familles ou bons grands-pères
• que chaque fois que nous pouvons pratiquer sans nous cacher et encore mieux partager notre plaisir, nous en tirons encore plus de satisfaction, seuls et à l’occasion de nos ébats avec notre partenaire,
• que notre pratique initialement simplement masturbatoire nous conduit, si nous savons faire preuve de patience et d’application, à découvrir par l’expérience que nous sommes aussi des êtres d’énergie et à nous rapprocher des traditions millénaires comme le tantrisme, le taoïsme…
• que par ce biais, loin de nous peser, notre pratique contribue à enrichir notre vie et quand nous pouvons la partager à relancer nos ébats amoureux avec nos partenaires (En ce qui nous concerne, ma femme et moi, ce fut une renaissance complète de nos sexualités).

Je suis heureux de lire le premier effet de votre longue et franche discussion :

il m’a invité sans dire un mot à lui pénétrer avec mon doigt pour le faire un massage prostatique. Je n’était pas prête, j’avais peur de lui faire mal, je ne savais pas comment faire, je lui ai dit. Il m’a guidé et très timidement j’ai fait ce que j’avais lu dans votre site. Mon Dieu c’était un moment étrange ! j’ai pris un plaisir fou à lui faire plaisir ! J’étais extasiée de voir mon homme pour la première depuis 12 ans dévêtu de tous ces à priori et prendre du plaisir, je ne l’avais jamais entendu gémir comme ça, j’avais des frisons partout.

Votre timidité et la sienne sont naturelles, tout à fait normales pour une première fois. Je pense que vivre cette première fois avec tant d’intensité sexuelle et émotionnelle est une vraie réussite. Il a su vous guider et vous avez su l’accompagner. Bravo à tous les deux !

Sa réaction montre qu’il est bien avancé dans son reconditionnement prostatique (« rewiring » sur les forums spécialisés anglophones). Je pense que s’il acceptait de vous parler de son cheminement prostatique dans les prochains jours ou prochaines semaines vous seriez dans de bien meilleures conditions pour partager ses ébats. Si les circonstances le permettent, n’hésitez pas à lui demander quelle est sa technique préférée, comment il a fait cette découverte, s’il l’a faite rapidement ou s’il lui a fallu du temps… Ce partage contribuerait à « normaliser » sa pratique donc à finir de le déculpabiliser. Il vous permettrait aussi de mieux comprendre ce qu’il vit pendant ses orgasmes prostatiques.

A lecture du site NXPL, de notre forum « Aneros et plaisir prostatique » et du salon #plaisir-prostatique-nsfw » sur Discord vous savez maintenant qu’on peut vivre des orgasmes prostatiques de plusieurs manières différentes :
• en stimulant la prostate avec les doigts,
• en stimulant la prostate avec un godemichet,
• en stimulant la prostate avec un masseur prostatique,
• en stimulant la prostate mentalement et avec des contractions des muscles du plancher pelvien et du rectum.
• En stimulant la prostate avec des vibrations ou des courants électriques…

S’il reconnaît qu’on peut suivre un véritable apprentissage pour améliorer la qualité de ses orgasmes, de sa sexualité, la porte sera ouverte pour que vous puissiez suivre une voie parallèle de votre côté et travailler ensemble pour le développement de votre sexualité de couple.

ça faisait un moment qu’il ne le pratiquait plus, que ça avait commencé à lui peser, qu’il voyait ça comment quelque chose de pas bien et que du coup il préférait de ne pas le partager avec moi.

Il est important, à mon avis, de le convaincre du contraire puisque maintenant « vous savez » et qu’en plus vous avez été

extasiée de voir (votre) homme pour la première depuis 12 ans dévêtu de tous ces a priori et prendre du plaisir, (vous ne l’aviez) jamais entendu gémir comme ça, (vous aviez) des frisons partout.

J’espère donc que vous aurez l’occasion de revivre un tel moment ! Je partage tout à fait votre conclusion. Je pense que je peux terminer ce message par mon habituel
Bon cheminement @Isa, bon cheminement à votre couple.