#40231
AvatarWhynot
Participant

Merci @Andraneros

Je pense que c’est toute la difficulté que de mettre des mots en face de sensations et c’est bien ce qui m’a bloqué pendant un moment. Je voulais savoir avant de voir et tu sais mieux que nous tous que ca marche pas comme ça pour la plupart d’entre nous. Après plusieurs tentatives ratées (disons mitigées), ça a commencé par des vagues de plaisir, des contractions souvent fortes, la sensation d’être bien et d’avoir du plaisir sans que cela ne soit assimilable à un orgasme tel que je le connaissais lors d’un orgasme éjaculatoire. Simplement un peu de plaisir. Agréable mais décevant. Au fil des séances ces vagues de plaisir, d’excitation devenaient plus fortes et duraient plus longtemps. Plus agréable mais toujours décevant. Je me suis alors posé trop de questions sur ou j’en étais et si j’étais sur la bonne voie ou pas. Avec le recul, s’il y a du plaisir, même si pas ce n’est pas suffisamment par rapport à ses attentes, alors on est sur la bonne voie. Il a fallu que j’arrête de me poser trop de questions pendant les séances pour y arriver.

Après les vagues de plaisir qui n’étaient pas centrées sur un endroit particulier, sont arrivées des séances avec une excitation plus focalisée sur le pénis. L’impression que j’allais éjaculer mais sans que cela n’arrive. C’était plus fort, en particulier en me caressant les tetons, mais pas encore orgasmique. Parfois, et souvent, frustrant car l’impression que ça ne veut pas se déclencher. Jusque-là l’Aneros bougeait relativement peu ou, quand il le faisait, ce n’était pas longtemps. C’est quand je l’ai vraiment sentir faire des va et vient, un véritable massage, (passage à l’Eupho et beurre de Karité ?) que le plaisir a commencé à se transformer en quelque chose de vraiment plus fort pour, enfin, enchainer sur des orgasmes. L’impression que l’Aneros s’enfonce profondément et que des vagues de plaisir se diffusent, resonnent, alors dans tout le corps puis qu’il revient à sa place avant de recommencer encore a bouger. Sans pouvoir en être certain, je ne pense pas que si j’avais démarré ave l’Eupho et le karité, les choses auraient été beaucoup plus rapides. Pour moi le cheminement a été identique à un orgasme éjaculatoire si on veut qu’il soit réellement bon ; le plaisir et l’excitation monte peu à peu jusqu’à l’atteindre. La différence c’est que, pour l’orgasme prostatique, ce cheminement s’est fait sur plusieurs séances avant de l’atteindre. Chaque séance va un peu plus loin dans le plaisir, se rapproche un peu plus de l’orgasme avant d’avoir des séances qui finissent par enchainer toutes les étapes pour y aboutir.

Ça été souvent décevant car j’en voulais plus et plus vite mais ce qui a finalement marché c’est qu’à chaque étape, chaque palier atteint, j’ai essayé quelque chose d’un peu diffèrent que les fois précédentes sans avoir à revenir en arrière. Les choses se sont mises en place de plus en plus rapidement. Je n’ai plus besoin de 20 ou 30mn pour être détendu puis de passer par une phase de contraction volontaires etc… Tout se déroule, et s’enchaine, maintenant beaucoup plus vite et plus ‘naturellement’, sans forcer.

C’est ma femme qui m’a amené vers le massage prostatique sans vraiment le faire exprès. Elle m’a proposé d’ajouter dans nos rapports du sexe anal pour elle mais aussi pour moi. C’est comme ça que j’ai découvert qu’existait les massages prostatiques. Elle était donc au courant et supportive mais j’ai préféré essayer seul pour démarrer jusqu’à être prêt à le faire avec elle. Elle venait parfois me rejoindre après une séance mais pas plus. Comme moi, elle s’est demandé si ça menait vraiment vers quelque chose. Puis, quand elle a su que j’arrivai à avoir des orgasmes, c’est elle qui a voulu m’introduire l’Eupho lors de nos préliminaires. Elle voulait voir, partager et en profiter.

Je ne sais pas si j’ai répondu a tes questions…