#40267
bzobzo
Participant

mes journées à la maison,
tellement désormais je parviens sans restrictions à faire monter les énergies,
tellement ma technique commence à être bien au point,
tellement je parviens aussi à libérer le féminin et le masculin en moi,
mes journées à la maison semblent comme un long acte sexuel avec moi-même,
entrecoupées de diverses tâches, comme lire, cuisiner, aller aux toilettes, faire la vaisselle,
regarder des films, aller sur internet, etc

mais une telle sensation de continuité est là désormais
entre les multiples moments de communion charnelle que je vis,
cela ne s’éteint plus, je sens les flammes constamment dans mon bassin,
je les laisse se répandre, plus ou moins, à tout mon être, selon mon envie

le féminin, cette caresse divine en moi,
ma chair en fleur, ma chair qui se regarde dans le ciel comme dans un miroir,
mon corps, mon cher complice, nous nous murmurons constamment des choses ardentes, des secrets d’alcôve,
nous sommes comme des complices, à la vie, à la mort, unis dans le même but,
vivre l’instant, vivre intensément l’instant,
n’être plus qu’une flamme dansante dans l’instant

le mot, communion, est le plus approprié, communion érotique, communion charnelle, communion des sens
mais aussi de splendides envolées mystérieuses,
le monde autour de moi, semble comme un nid chaud, enveloppant, qui m’approvisionne, me nourrit, me berce,
tandis que je m’enflamme, que je vis l’instant, que je danse l’instant,
il semble venir se serrer contre moi, m’entourer tendrement,
je semble prendre racine en lui, je semble brûler sur un autel de plus en plus

réservoir sans limites d’énergies sommeillant en nous,
peut-être aucun autre but réel, ici-bas, tout seul ou à plusieurs,
que de parvenir à les vivre libérés dans l’instant, de plus en plus
que de parvenir à vivre l’instant de plus en plus intensément,
éternité fugace des sensations,
éternité fugace du flux réveillé en nous