#40281
bzobzo
Participant

ce mouvement de balancier dans le bassin,
comme je l’aime, je pourrai écrire un bouquin dessus,
ce chavirement langoureux, ondulant, sinueux
que je décline inlassablement

arabesques lascives, je monte, je descend, j’avance, je recule,
je joue à l’ascenseur qui ne sait pas ce qu’il veut
qui balance sous ses câbles
qui s’affranchit soudainement de toutes les lois de la physique,
qui se prend pour un tapis volant avec un toit,
l’orient est à notre portée, à portée d’ascenseur,
à portée d’ascenseur qui s’est affranchi des lois

la volupté est dans le mouvement,
savoir bouger, savoir se bouger, savoir être bougé,
parfois je reste juste à danser avec mon bassin, lentement, très lentement,
juste me mouvant en m’investissant entièrement dans le mouvement,
dans la soie à peine froissée du mouvement

je suis le mouvement,
je suis en train de déplacer mon âme sur un plateau,
à un moment donné, elle flambera dans une fournaise,
elle brûlera dans un feu de joie
et toutes les cellules de mon corps l’accompagneront de leurs trépidations sauvages
tandis qu’elle se consumera sur l’autel de l’instant
et renaîtra instantanément de ses cendres