#40433
AvatarBuzzi
Participant

Bonjour à tous, cela fait un bon moment depuis que j’ai publié sur ce site car le peu de temps que j’avais, je dois l’avouer, je l’ai passé à faire de la pratique plutôt qu’à écrire.

Depuis la dernière fois que j’ai écris ici, il s’est passé pas mal de choses.
Une fois n’est pas coutume, commençons par le plus récent, cette expérience qui est encore assez fraiche dans ma tête qui me permet de me souvenir des détails. Hier soir, session en solo avec mon aneros hélix. Je viens de finir d’installer des crochets pour pouvoir me suspendre et je ne résiste pas à l’envie d’essayer ces anneaux en me suspendant avec mon harnais de parachute. Afin de rendre l’expérience plus excitante, je décide au préalable d’introduire l’aneros dans mon anus ainsi que d’enfiler une de mes combinaisons de ski. Aneros = check, combinaison de ski = check, parachute bien attaché = check ^^
Je reste suspendue plusieurs minutes et les sensations de plaisir arrivent assez rapidement mais ces derniers restent timides et ne se développe pas plus que ça. Je descends, je retire mon parachute et je m’allonge sur le canapé avec ma combinaison de ski. Quelques respirations plus tard, le plaisir monte plus haut, plus fort, je ressens des vagues de plaisir m’envahir. Etrange ces vagues de plaisir car j’ai l’impression de pouvoir les contrôler en quelque sorte : les faire venir ou les retarder. Ces vagues envahissent mon corps et celles-ci ont l’effet de contracter tout mon corps… ce qui a pour conséquence de diminuer le plaisir que je ressent.
Etant de plus en plus excité, je dé-zip lentement, sensuellement ma combinaison que je porte à même la peau, pour pouvoir accéder à mes tétons et je commence à les caresser. Effet immédiat sur ma prostate. Le plaisir monte d’un cran, je sens également ma combinaison serrer mon entre-jambe, mon corps tout entier devient plus sensible. J’essaie de me laisser aller sans contracter et parfois en luttant contre les contractions de mon corps. Les vagues de plaisir s’enchainent, plus ou moins fortes et à certains moment j’ai pu sentir ces fourmillements de plaisirs, j’ai senti être sur le bord de l’orgasme avec l’impression de pouvoir le toucher sans réussir à trébucher et me laisser tomber dedans.
Après plus d’1h30 je sens un moment de frustration et ma main s’est dirigé vers mon pénis pour le caresser, hummm plaisir… mais ce n’est pas ce que je veux, je dois arrêter mais c’est difficile. J’arrive à ne plus toucher à mon sexe mais mes mains veulent maintenant jouer avec ma combinaison. Je caresse mon scrotum, je tire sur ma combinaison pour la sentir me serrer à l’entre-jambe, je sens le plaisir mais un plaisir pénien et si je n’arrête pas très vite je vais basculer et atteindre le point de non retour. Je décide de me lever et de mettre fin à ma session avant qu’il ne soit trop tard. Je souhaite pouvoir rester excité pour les prochaines sessions.

Direction la salle de bain pour retiré l’aneros et me retirer de cette combinaison de ski et hop au dodo. Je décide de dormir nue car simplement j’avais envie.

ET là, pendant mon sommeil, je pense que j’ai flirter, gouter très brièvement au super-O tout en étant endormi…. quelque chose de très très puissant.
Durant cette nuit, j’ai fait un rêve érotique et c’est très étrange. J’ai rêver d’une session érotique avec ma femme et bien que je dormais, j’ai ressenti très distinctement les choses qu’elle me faisait dans mon rêve. J’ai pu ressentir chaque caresse avec un effet très très plaisant et ce plaisir est monté, monté, j’ai senti ma prostate gonflé, se picotement intense de plaisir provenant de ma prostate. L’orgasme est là, je sens quelque chose comme un orgasme et à ce moment je bascule dans quelque chose d’encore plus fort que l’orgasme où j’ai l’impression de perdre pied, d’abandonner la réalité et de vivre le plaisir à l’intérieur de mon corps. Cet instant fut très très bref. Après cela, le plaisir est retombé au calme plat et je me suis réveillé et fin de mon aventure érotique du soir et de la nuit.

Encore ce matin, à l’heure où j’écris ces lignes, le souvenir de cette session m’excite et je ressent quelques picotements au niveau de ma prostate. Il suffirait peut-être de caresser mes tétons pour relancer la machine… mais je ne peux pas.

Sans vouloir, je pense avoir découvert les prémices du super-O et si c’est bien ça, c’est quelque chose d’extrêmement puissant, bien plus, bien supérieur aux orgasmes péniens. Mon cheminement est encore loin d’être terminé et je termine la session d’hier soir avec plein d’espoir tout en sachant qu’il faut que je me focalise sur le présent sans espoir de retrouver un jour ce que j’ai connu cette nuit car si je suis en attente, je vais l’attendre longtemps. Celui-ci est venu sans attente et il reviendra de la même manière,de manière furtive pour me surprendre. J’espère que cette fois-ci je serais prêt à l’accueillir pour qu’il reste longtemps^^.

Bon cheminement à tous et je vous conterai mes aventures d’avant cette session un peu plus tard.

Buzzi