#41393
bzo
Participant

je sens que dans mes sessions caresses …j’ai du mal à lacher ma queue avec ma main

tu vas devoir te désaccoutumer comme on se désaccoutume de la nicotine,
enfin, tu n’es pas forcé, tu peux déjà comme cela obtenir pas mal de plaisir
mais bon, si tu veux t’envoler, être habité totalement par le yin le temps de la séance,
il va falloir y passer

ce n’est pas si dur qu’on pourrait le croire,
le tout, c’est que ton corps y entrevoit son intérêt
et c’est tout de suite plus facile

Quand tu dis : « à la place (des mains), vas y avec les cuisses, presse tes génitaux… que veux tu dire exactement?..c’est croiser les jambes avec le « paquet (couilles et bite) derrière?..sous l’anus? de sorte que sde face, on ne voit que mon pubis « sans sexe »?…mais du coup fais tu ça debout, sur le dos, à quattre pattes…j’avoue que c’est mal aisé pour moi

le « tucking »,
non pas du tout, ce n’est pas comme cela que je procède du tout,
juste frotter avec les cuisses, presser, effleurer,
c’est une sorte de danse lascive, un tango sensuel entre les génitaux et les cuisses,
on bouge les hanches, les cuisses, on ondule, on resserre les cuisses, on les desserre

c’est tellement facile, juste tu serres un peu les cuisses et tu fais des contractions aneroless,
les deux en même temps, génère un flux puissant d’ondes prostatiques et d’ondes génitales,
c’est tout un art, les doser, tantôt un peu plus de l’une, tantôt de l’autre,
écartant complètement les cuisses, cela devient purement prostatique,
sans contractions, cuisses serrées, c’est uniquement génital

leur mélange est ineffable et le spectre des nuances, est infini, ainsi

couché, assis, debout, cela peut se pratiquer n’importe où, n’importe quand, en pendant mon linge, en faisant la cuisine,
juste en marchant même,
assis à mon bureau, couché sur mon lit, dans des moments dédiés

sans doute, au début, ton côté yang t’incitera à frotter, à presser, le plus fort possible
pour aller dans la direction d’une éjaculation,
c’est acceptable au début
mais essaie d’y aller progressivement, de plus en plus en finesse, en effleurements,
change les pressions, laisse tes cuisses danser avec tes génitaux doucement, lentement,
laisser monter progressivement l’excitation

ainsi, le yin accourt, le yin s’installe en toi
et tes génitaux génèrent vague après vague une volupté ineffable
qui va envahir tout ton bassin
puis tout ton corps

ces ondes vont se mêler aux ondes prostatiques pour former constamment des nuances nouvelles,
les ondes prostatiques apportant leur puissance verticale
et les génitales, leur variété, leur finesse,
leur dissémination facile dans toutes les directions

toi même bzo, te fais tu des session où tu te gode ou mets tu des plug?

non, jamais, je n’aime plus avoir aucun intermédiaire, entre mon corps et moi,
c’est ainsi que la complicité, la communion, est la plus grande