#41691
bzo
Participant

le mode yin 2.0 est bien sur les rails chez moi,
je me suis exercé avec cette nouvelle manière, tout le week-end,
oh comme je l’aime déjà, inconditionnellement, passionnément

par contre, le terme cul de sac que j’ai utilisé au-dessus,
pour décrire mon cheminement de ces derniers mois, est injuste, dénigrant,
il faut évoquer plutôt qu’une nouvelle étape qui a été franchie

dans ma volonté de laisser s’exprimer
autant que possible, sans concessions, le yin en moi,
j’apprenais tant bien que mal, ​
le plaisir au féminin, dans un corps d’homme,
c’est comme si on se retrouvait soudainement catapulté dans un pays lointain,
avec sa langue, ses règles, ses lois, différentes, ses us et ses coutumes, propres
je découvrais de nouveaux gestes, une nouvelle façon de bouger,
des postures alanguies, des caresses sur tout le corps,
les hanches dansantes, le jeu langoureux des ondes dans le bassin,
le frotti frotta voluptueux des cuisses sur les bijoux de famille

tout cela étant radicalement nouveau,
tellement au-delà des frontières de mon identité sexuelle,
que je hésitais, que je tâtonnais, bien sûr,
dans l’incertitude et le flou qui régnaient au fil des jours,
j’ai choisi d’en faire plutôt plus, beaucoup plus même, autant que possible, en fait,
que pas assez

il était temps à présent, après de nombreux mois, ainsi,
de faire de sérieux réajustements, des réglages plus en finesse, plus optimisés
de bouger, de me déplacer, plus juste,
de prendre des postures, d’effectuer des contractions, de manière plus précise, plus économe,
j’étais prêt, cela pouvait se mettre en route, semble-t-il

résultat, plus de mode liane lascive quasiment, me caresse peu,
enfin tout cela, a à peu près complètement disparu, en un temps record,
pourtant le yin est bien là, plus que jamais,
et puis comme je l’écris au-dessus, je suis désormais capable d’orgasme prostatique aussi
malgré que je continue de mélanger les types d’ondes dans le bassin,
cependant mes bijoux de famille sont beaucoup moins sollicités,
des pressions et des légers mouvements dessus, provoquent des mini-séismes
mais le flux est très majoritairement prostatique

par exemple, j’ai réalisé qu’avec un micro-mouvement, à peine perceptible, des hanches,
le yin réagissait beaucoup plus que quand j’effectuais de plus amples mouvements
ou plutôt que je le ressentais avec plus de précision et plus longtemps,
la vérité, c’est que les réactions à l’intérieur peuvent être noyés, dispersés, plus ou moins,
trop de mouvements, trop de gestes, trop de force, trop d’amplitude,
provoquent du bruit inutile en nous, qu’on confond avec des sensations
mais ils les diluent plutôt

bon, je n’en suis pas encore au « do nothing »,
j’en suis très loin même, je suis toujours quasi continuellement en action
mais un très sérieux élagage tout de même, a eu lieu,
tout est une question d’équilibre, entre l’action et l’inaction,
entre le yin et le yang, entre la tension et le relâchement