#43827
bzo
Participant

De plus, j’ai souvent l’impression de devoir m’inventer, imaginer le plaisir pour le ressentir. Comme si je contrôlais avec mon cerveau les vagues de plaisir, je les forces.

 

c’est très intéressant, cela,

tu ne dois pas ressentir cela, comme quelque chose de négatif,

tout du contraire

 

encore récemment, j’évoquais l’entremêlement de notre chair et de notre imagination,

jusqu’à ce qu’ils ne forment plus qu’une pâte à modeler,

avec laquelle jouer, avec laquelle ressentir du plaisir

 

c’est la meilleure part de notre cerveau, l’imagination,

il faut la libérer, la laisser s’envoler

et aller jouer avec la chair,

elle a des racines mystérieuses, au plus profond de nous

 

tu te sens coupable, mal à l’aise

parce que tu as l’impression d’inventer ton plaisir,

que ce n’est que du chiqué, du simulacre

mais si tu laisses bien aller, si tu laisses faire,

tu verras que notre imagination est actrice à part entière dans l’action,

dans la naissance de nos sensations,

dans leur diversification, dans leur richesse

 

il faut juste la laisser errer,

aussi librement que possible,

lui donner la possibilité d’aller s’emmêler à la chair,

bien la découpler de notre intellect,

elle ne doit plus tourner autour de celui-ci,

comme un chien tenu en laisse

  • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois par bzo.