Mots-clés : 

  • Ce sujet contient 6 réponses, 4 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par bzobzo, le il y a 10 mois.
7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)
  • Auteur
    Articles
  • #32712
    Avataroilofozil
    Participant

    Tout d’abord, je voulais féliciter les acteurs de ce forum de bonne tenue pour leur empathie permanente et leurs encouragements.
    Spécial thanks to @andraneros !

    Je résumerai sans trop de détails mes impressions sur les 5 années écoulées.

    – Point principal et addictif que j’avais déjà souligné, chaque séance est meilleure que la précédente chez moi, conclusion immuable !
    – Je rejoins #bzo sur ses ressentis, disons avec 3 mois de retard en gros sur ses expériences, donc ça roule pour moi !
    Merci de me laisser imaginer mes futures montées orgasmiques !!! Mais sans les développements sur le genre, je n’analyse pas cela ainsi.
    – Donc au moment de mes séances presque quotidiennes, je compile les plaisirs qui se succèdent avec leur phase plancher sommital, incroyablement suspendu et long, le tout ponctué d’orgasmes déments qui me font décoller grave.
    – Ça c’est aujourd’hui, je ne préjuge pas de demain…
    – Je rejoins aussi un de nos amis qui avait du mal à se souvenir en détail de ses séances et je remets à chaque fois au jour suivant le compte-rendu que je voulais faire de ces miracles de jouissance…
    – Outils préférés: Eupho syn, Progasm Jr et des fois j’envoie du lourd avec le Vice ou le médium pure plug en acier.
    – Finition en aneroless, plaisir équivalent, bassin en suspension, le réacteur nucléaire diffuse toutes ses particules de plaisirs, j’en sors toujours hébété et ce n’est pas fini, forcément demain ce sera encore mieux..Diantre comment est-ce possible ?
    – Orgasmes éjaculatoires au sommet, tant qu’à faire…
    – Grosse zénitude au quotidien, suis devenu hyper-cool.

    Je conclurai: ceci est une addiction phénoménale et chronophage en ce qui me concerne.
    Je vois une psy vendredi, j’en parlerai, chuis pas inquiet, mais obsédé un peu du cul, quand même…!

    Salutations à tous et bons cheminements.
    On se croirait vers Compostelle…

    #32715
    AndranerosAndraneros
    Admin bbPress

    Bonsoir @oilofozil.
    Vous nous disiez il y a trois ans :

    Dans l’échelle de.Richter de la bible de l’homme en quête du Graal prostatique je me situais au milieu au bout d’ 1 an.

    Vous ajoutiez qu’avec un peu d' » épices  » en plus :

    les effets ont été bien plus surprenants, délicieux et accélérés.

    A lire vos trop rares témoignages toujours aussi enthousiastes je comprends que les épices vous ont propulsé tout en haut de l’échelle de la carte au trésor. En avez-vous toujours besoin ou bien parvenez-vous maintenant aux mêmes résultats sans épices, votre « rewiring » vous conduisant aux mêmes explosions orgasmiques ?
    Votre conclusion provisoire :

    Je conclurai: ceci est une addiction phénoménale et chronophage en ce qui me concerne.
    Je vois une psy vendredi, j’en parlerai, chuis pas inquiet, mais obsédé un peu du cul, quand même…!

    m’inquiète un peu tout de même. Addictif certes ! Mais est-ce au point de mettre en danger l’équilibre de votre couple, de votre vie ? Je souhaite que non. Bon cheminement @oilofozil et à très bientôt.

    #32716
    bzobzo
    Participant

    hé hé tu nous ponds tous les ans un message,
    l’ @oilofozil 2019 est arrivé, bonne cuvée comme d »habitude

    Point principal et addictif que j’avais déjà souligné, chaque séance est meilleure que la précédente chez moi, conclusion immuable !

    je m’y reconnais, c’est tous les jours meilleur
    (enfin, soyons honnêtes, presque tous les jours , disons)

    cela fait plaisir de lire un happy prostateur sachant prostater avec ou sans masseur,
    bien dans sa peau, bien dans sa pratique, bien dans ses orgasmes

    ne change rien, full speed ahead!

    #32718
    bzobzo
    Participant

    Mais sans les développements sur le genre, je n’analyse pas cela ainsi.

    c’est vrai sans doute que j’exagère par moments
    mais je ne peux pas passer sous silence,
    à quel point je le perçois au féminin,
    vraiment je ne peux le passer sous silence

    #32721
    lighteningboltolighteningbolto
    Participant

    Hello, je sens que ta psy va tomber des nues, peu de gens connaisse cette pratique.

    Sinon comme @andraneros, au dela de l’addiction à une pratique journalière, j’espère que ca ne pertube pas trop ta vie non plus…

    #32937
    Avataroilofozil
    Participant

    Je reviens à la charge, merci pour vos commentaires, tous judicieux !

    – La psy: pas encore abordé l’épineux problème, je vous tiens au parfum. Comptez sur moi cependant pour faire l’apologie de notre pratique, suis curieux à l’avance de voir sa réaction.

    – Du nouveau dans la pratique:
    Je me suis trouvé confronté à une pénurie de substance récréative. Que j’utilisais systématiquement lors de mes séances.
    C’était décollage rapide assuré, tutto bene !
    «  »Quand bien même tu vas devoir être patient » me dis-je, fut ma réaction.
    En réalité, ce fut un immense couac, je me suis retrouvé à n’analyser que de très légères contractions, des spasmes poussifs à peine élaborés, une espèce de nomand’s land; l’équivalent d’orgasmes d’il y a 3 ans, cad rien !
    Coup de blues.
    Je répétai l’expérience le lendemain puis le surlendemain, que nenni, la désolation.
    JAMAIS cela ne m’était arrivé.
    J’ai donc remisé le matos au placard pour quelques jours, histoire de laisser reposer la glande, de prendre patience et d’éviter de ressasser.
    Et puis j’ai réattaqué, avec dose massive de lub, bien décidé à en découdre. Nettement mieux.
    Et puis à nouveau, encore mieux; sur la bonne voie, sans atteindre tout à fait en perception les sommets antérieurs.
    Hier j’y étais, nickel, ça refonctionne ! Waouh !
    Tellement content que je suis allé puiser dans mon ultime réserve de quoi m’en rouler un.
    Oh les amis, quelle séance !!!
    Je n’arrive pas à traduire comme notre cher #bzo !
    Juste en gros, des phases de montée rectiligne, de la jouissance subtile agrémentée par des contractions millimétrées et contrôlées des sphincters, un délice tout en phrasé et en longueur et ensuite, le lourd, l’orgasme qui scotche, des spasmes à n’en plus finir à bouffer l’oreiller. Quels crunchs les copains ! Ça me laisse toujours pantois. Vertigineux.
    Je n’en tirerai aucune conclusion, mais …!!

    Bon courage à tous, moi, ça va ! Zen de chez zen.

    #32939
    bzobzo
    Participant

    je me suis trouvé confronté à une pénurie de substance récréative. Que j’utilisais systématiquement lors de mes séances.
    C’était décollage rapide assuré, tutto bene !

    ce fut un immense couac

    tu t’es habitué à systématiquement pratiquer après pétard,
    il y a le revers de la médaille, ta pratique dépend pas mal d’une substance extérieure,
    cela peut paraître plus compliqué sans,
    en tout cas dans un premier temps

    je suis curieux aussi concernant la réaction du psy,
    à mon avis, elle esquivera le sujet, après tout elle n’est pas sexologue

    hé hé content de lire
    que tu ne fais pas juste dans le bulldozer à réacteur montant à la verticale
    mais que tu as aussi des moments dentelles, des moments effleurements d’ailes de libellules

    aiguiser toujours plus son oreille interne
    permet de plus en plus de saisir ces mille et une nuances subtiles
    tellement riches, tellement colorées,
    sublime crescendo qui installe de plus en plus le délire,
    longs moments de variations subtiles

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.