• Ce sujet contient 2 réponses, 3 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par QCAnalBoy, le il y a 9 mois.
3 sujets de 1 à 3 (sur un total de 3)
  • Auteur
    Articles
  • #46289
    always2
    Participant

    Bonjour, j’ai 35 ans et je suis en couple hétérosexuel depuis une quinzaine d’années.

    Je tenais premièrement à vous remercier pour le site qui est une mine d’informations pour l’épanouissement sexuel de chacuns quelque soit leurs orientations.

    Depuis le début de ma sexualité je sens que mon penis n’est pas la seule source de plaisir, je me souviens très jeune me caresser l’anus pendant la masturbation.

    J’ai toujours guidé mes partenaires avec lesquelles j’étais en confiance vers l’exploration de cette zone avec toujours plus ou moins de gêne vis à vis de leur réaction avec les questions de masculinité que cela pouvait entraîner.

     

    Je suis avec ma compagne depuis donc une quinzaine d’années et notre relation est très fusionnel, sexuellement très forte et très physique suivant les périodes.

    Elle sait que j’aime être stimulé vers l’anus et m’insére régulièrement son doigt lors de fellation notamment, mais toujours avec caresses et stimulation du penis.

     

    Un jour après un long massage de sa part, elle a commencé à me sucer en me caressant l’anus puis  commençais à me doigter. Avec l’état de détente dans lequel j’étais après le massage j’ai senti une sensation étrange m’envahir que je n’avais que très peu ressenti avant. Je n’avais plus envie qu’elle me caressé le sexe mais uniquement qu’elle continu à me stimuler par derrière. Très difficile pour elle de ne pas prendre mon sexe dans sa main ou dans sa bouche lorsqu’elle me voyait perdre mon erection. J’ai fini par un orgasme d’une intensité rare dans sa bouche et j’ai senti qu’il s’était passé quelque chose que je n’avais jamais ressenti avant, car la stimulation de ma prostate était alors toujours accompagné d’une fellation ou de pénétration de ma partenaire.

     

    Cette montée de plaisir inconnue m’a poussé à me renseigner plus sur le sujet, ce qui m’a amené sur votre site, découvrir le traité d’aneros, puis ne procurer un aneros helix. J’ai lu je ne sais combien de fois le traité avant ma première session pendant laquelle j’ai respecté tout les conseils à la lettre : lubrification, relaxation, respiration, contraction, pas de stimulation de la verge etc.. je pense avoir vécu le moment de plaisir le plus intense de ma vie jusqu’à maintenant, je ne sais plus exactement mais entre 3 et 5 vagues de plaisir intense accompagné de hurlement de plaisir.

    C’était il y a une dizaine de jours, j’ai refait une session depuis qui était tout aussi intense, sans ejaculation final tellement j’étais fatigué et comme dans un autre monde.

     

    Depuis je me sens comme obsédé par cet objet, je continue à chercher des informations partout à ce sujet, je pense qu’à quand je pourrais faire ma prochaine session etc.. étant donc en couplé avec des enfants, c’est pas facile de s’octroyer des moments de détente propices à une session.

     

    J’ai 2 questions qui m’amène sur ce forum :

    – est ce normal d’être autant obsédé mentalement par cette pratique après y avoir goûté au point de ne plus être professionnellement actif ou presque ? Est ce juste au début ou cela persiste t il ?

    – je vais biensur en parler à ma partenaire, de cet orgasme multiple, sans erection et sans ejaculation, mais comment le partager avec elle dans notre vie sexuelle sans y délaisser son plaisir à elle ? Elle qui associe pour l’instant mon plaisir et le sien à une erection, une ejaculation. Je sais qu’au vue des sensations et du plaisir que cela me procure, les rapports avec aneros ne dureraient pas bien longtemps, et que je veux prendre le temps avec elle d’explorer et de continuer à progresser dans ma quête de ce plaisir la.

     

    En vous remerciant de m’avoir lu

     

     

     

     

     

    #46290
    PetitsPlaisirs76
    Participant

    Bonjour, j’ai 74 ans

    Je trouve aussi que le plaisir prostato/anal est assez addictif, surtout si on n’éjacule pas, j’essaie d’arrêter avant, afin de garder mon énergie , assez facile à mon âge.
    Le plaisir prostatique est pour moi un plaisir solitaire car la relaxation et l’écoute de son corps ne peuvent se faire que seul.
    Pour le plaisir anal, la crainte de nos femmes, c’est que l’on soit passé de l’autre côté et pour elles c’est la panique, mieux vaut le pratiquer avec Mme qui ne demande peut-être qu’à le découvrir aussi.

    Dans le couple si chacun a sa dose d’orgasmes, les découvertes sont possibles et nécessaires.

    A+

    #47084
    QCAnalBoy
    Participant

    Salut always2,

    Je me reconnais dans des tes propos. Depuis mes premières masturbations, j’ai ressenti le besoin d’explorer mon plaisir anal.
    Longtemps, pendant des années, avec le sentiment de honte, j’ai eu mon jardin secret, trop secret. J’ai acheté et caché mes jouets sexuels pendant plusieurs années.

    Comme toi, je suis hétéro et en couple depuis très longtemps. Depuis plusieurs années, ma sexualité anale est maintenant pleinement assumé et partagé avec ma conjointe. Tout a commencé avec une caresse sur mon anus par hasard et maintenant l’anal fait parti de notre sexualité de couple. Je crois que la clé, c’est d’en parlé, que ça devienne un sujet de couple, une plaisir à explorer ensemble.

    J’aime en parlé avec elle, ça me fait du bien. J’aime lui dire que j’ai beaucoup de plaisir avec l’anal et ma prostate, que j’aime qu’elle participe. J’aime lui dire que j’ai mes petits moments à moi, mes masturbations anales et prostatiques…  Mon plaisir solitaire est une partie de ma sexualité, que j’aime trop, complémentaire avec la sexualité du couple! Elle comprend, c’est libérateur. Je crois qu’elle aime me voir jouir autant, de crier de plaisir et de voir mon corps convulser par l’orgasme. Avec elle, je lui dit ce que je ressens, ce qui se passe :  comment je ressens l’orgasme, mon pénis qui réagit autrement, mes sentiments… ce que j’ai envie d’explorer. C’est tellement libérateur… fait le! Parle avec ton coeur, avec ton corps. Je ne crois pas qu’il y ait un risque de délaissé son plaisir, c’est simplement de l’exploration, de la complicité, d’être à l’écoute de l’autre. Si tu te préoccupes de son plaisir… je ne vois pas de risque. Elle va forcément en parler aussi. Tu vas peut-être même l’amener ailleurs, allumer sa curiosité. Je pense qu’elle va prendre du plaisir à participer davantage. Il n’y pas de mal à être honnête et de profiter de tout le plaisir que ton corps peut te donner.

    En couple, j’utilise souvent un aneros ou un plug pendant que je la pénètre ou pendant un cunni. J’ai déjà eu des orgasmes pendant le cunni, j’avais ma bouche sur sa vulve et j’ai commencé à gémir très forts, au point de prendre des pauses de cunni. Finalement, on a jouit ensemble, on criait tous les deux. Au début c’était rigolo. Maintenant ça l’excite à fond. C’était magique. Parfois, c’est simplement des caresses, elle me caresse l’anus et la prostate pendant que je lui caresse le clitoris. Elle m’a donné un des orgasmes les plus puissants de ma vie, en caressant directement ma prostate, presque perdu connaissance… Parfois, elle est à côté de moi, on s’embrasse, elle se masturbe et je jouis avec mon aneros. Il y a tant de possibilité. Ma prochaine étape… le pegging.

    Pour moi aussi, le plaisir anal/prostate c’est une obsession. Maintenant je l’assume et je parle davantage de passion. Ça fait parti de ma vie et ça me rend heureux. Je le dis à ma copine… « je suis accro à l’anal ». Dès que je suis seul à la maison, j’ai un aneros ou un dildo entre les fesses et je me donne du plaisir… et c’est parfait comme ça. Ça me rend heureux.

    Mon anus, c’est mon petit vagin, la partie féminine de ma sexualité. J’ai besoin de le stimuler, de le pénétrer… c’est une force sexuelle en moi que je peux pas renier.

    a+

     

3 sujets de 1 à 3 (sur un total de 3)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.