8 sujets de 1 à 8 (sur un total de 8)
  • Auteur
    Articles
  • #42587
    SergeV
    Participant

    Le sujet du plaisir prostatique m’intéresse, mais il me semble que j’ai au préalable une difficulté à régler :
    En effet ma prostate a pris du volume (hypertrophie sous la forme d’un adénome) depuis quelques années et a actuellement un volume (60 g environ) sensiblement double d’une prostate normale.
    Il en résulte de manière connue des gênes urinaires très significatives, notamment la nuit et pendant les périodes de chaleur.
    J’ai été traité pendant plusieurs années par de la Tamsulosine (0,4 mg, c’est un alpha-bloquant) et un extrait de palmier ce qui avaient permis d’améliorer la situation un certain temps;
    J’ai malheureusement été sensible à un des effets secondaires répertorié de la Tamsulosine qui conduit à des troubles de l’éjaculation avec un volume très diminué de l’éjaculat … et une sensation moindre de plaisir; il est également possible que ce médicament soit une des raisons d’un état de fatigue que je n’arrive pas à surmonter;
    En outre, ce médicament s’est révélé utile mais insuffisant
    Ainsi depuis un peu plus de 6 mois mon urologue a ajouté un deuxième médicament : la Dutastéride (0,5 mg); inhibiteur de la 5 alpha-réductase; ce médicament bloque l’action de la testostérone sur la prostate.
    Ce deuxième médicament a permis un réel gain de confort et les difficultés urinaires se sont beaucoup estompées;
    Mais il a malheureusement des effets secondaires très significatifs, au moins sur mon organisme …
    Mon taux de testostérone a baissé (7,5 pg/ml) et surtout mon taux de dihydrotestostérone (DHT) est quasi nul (moins de 0,5 ng/ml, pour une valeur de référence entre 0,33 et 1,20)
    Or d’après ce que j’ai compris c’est la DHT qui a un rôle majeur sur la libido
    Et je constate en effet que ma libido et mon énergie vitale sont (très) faibles, et que les troubles érectiles et de l’éjaculation se sont accentués.
    Evidemment, mon urologue ne m’avait pas prévenu des possibles effets indésirables et pour les compenser, il propose d’utiliser CIALIS ou VIAGRA …
    Je lui ai fait part de mes réserves par rapport à une médicamentation toujours croissante, et semble t il à vie, et l’ai interrogé sur d’autres approches possibles;
    Il a évoqué la possibilité d’une opération par laser, passant par la voie urétrale, et permettant l’ablation de l’adénome;
    D’après ses explications, il s’agirait d’enlever les tissus mous de la prostate, disposés autour de l’urètre, et de laisser une coque plus rigide qui les entourent
    Je crois comprendre qu’une telle opération diffère d’une ablation de la prostate et ne touche pas les nerfs contrôlants le système érectile.
    L’idée de pouvoir m’affranchir des médicaments et d’éliminer les troubles urinaires me tente
    Néanmoins, j’aimerai mieux comprendre les possibles conséquences et effets secondaires d’une telle opération afin de pouvoir faire un choix éclairé
    D’après ce que dit l’urologue, une telle opération ne devrait pas avoir de conséquence sur le ressenti prostatique
    Il est par contre quasiment certain qu’elle conduirait à des éjaculations rétrogrades
    Avant de prendre une décision, j’aimerai pouvoir échanger sur ce sujet, par exemple avec des personnes qui auraient subi une telle opération ou avec des praticiens compétents et ouverts
    En vous remerciant pour les informations que vous pourrez m’apporte; chaleureusement – Serge

    #42589
    Andraneros
    Modérateur/modératrice

    Bonjour @SergeV et bienvenue sur notre forum.
    J’ai séparé votre message du fil de discussion où vous l’avez déposé pour créer un sujet distinct qui met vos questions bien mieux en valeur. Si vous souhaitez lui doner un titre différent de celui que j’ai choisi vous pouvez le faire ou me le demander selon votre convenance.

    J’ai moi aussi un adénome de la prostate mais jusqu’à maintenant je vis très bien avec sans avoir besoin de traitement médicamenteux. Je laisse donc la parole à nos amis qui connaissent ou ont connu les mêmes problèmes que vous. Je vous souhaite de trouver une solution qui vous soulage sans avoir d’effets secondaires pénibles.

    #42594
    filou
    Participant

    Bonjour SergeV
    Les conseilleurs ne sont pas les payeurs… Néanmoins je me suis intéressé à la santé de ma prostate depuis une bonne trentaine d’année (j’en ai 72 aujourd’hui) et pour le moment j’ai une prostate de jeune homme. Je privilégie la naturopathie et mes recherches m’ont conduites à un régime alimentaire naturel et sain. L’excès de poids est délétère et la consommation de lait de vache déconseillé. Les aliments spécifiques que je consomme régulièrement pour ma prostate sont le pollen frais, les noix, les amandes, les noisettes, le jus de grenade (frais à l’aide d’un extracteur), les légumes, les fruits, les oeufs. Peu de viande et de poisson par semaine. L’alcool se résume à un petit verre de vin bio à chaque repas, en guise d’apéritif avec deux à trois poignées de graines de courge. Je prends également tous les jours des vitamines C et D, du Zinc et du Sélénium. Je fais en plus, de temps en temps, une cure composée de Sabal serrulata, de palmier nain et de prunier d’Afrique afin de juguler toute hypertrophie potentielle.
    Il existe un livre d’un urologue américain traitant des problèmes de prostate qui à un titre explicite : “Ne touche pas à ma prostate.” N’ayant pas de problème je ne l’ai pas lu mais si les soucis arrivaient se serait la première chose que je ferais, sachant les problèmes induits par une opération qui ne se justifie pas dans beaucoup de cas.
    En ce qui concerne la massage de la prostate, j’ai lu dans une revue de médecine naturelle qu’il était recommandé en Médecine Traditionnelle Chinoise; Je le pratique depuis 2009 et je m’en réjouis à chaque séance.
    Cordialement.

    #42603
    SergeV
    Participant

    Bonjour Andraneros – Merci pour cette proposition – Bien sincèrement

    #42647
    matou8313
    Participant

    Au plan orgasme prostatique , je n’étais pas un champion mais je l’ai éprouvé 2-3 fouis avec aneros , avant ma 1° opération d’adénome ( résection ) , et plus après …ça a continué après ma 2° opération ( résection aussi ) , 12 ans après ….Bon il est vrai aussi que je n’entraine pas suffisamment mes muscles PC , sauf après ma 2° opération où j’ai subi 20 séances de kiné périnéale pour fuites urinaires , et mes muscles PC étaient alors bien entrainés , mais toujours impossible d’avoir ces super-O connus avant ma 1° opération !
    Je pratiquais pourtant les conseils du traité ….Respiration abdominale peut-etre mal gérée ??
    En tout cas sur le plan sensations , l’urologue m’avait dit : “jouissance autre” : il parlait d’orgasme pénien ….En fait éjaculation rétrograde : pratiquement plus de sperme ne sort, pas de sensation de montée de ce sperme dans l’urètre pénien , pas de projection en dehors du gland , sensations d’orgasme très amoindries !!!! L’urologue dit que la jouissance se passe intérieurement , par les nerfs “anciennement honteux” ( nom différent aujourd’hui , oublié …) mais l’orgasme pénien est très diminué , il faut que je stoppe la montée du peu de sperme qui remonte en pinçant cet urètre par dessous au milieu du pénis érigé pour avoir une sensation diffuse ….mais notable, sinon, rien du tout …Certes il y a des chirurgiens plus habiles que d’autres : le mien avait blessé la sortie du méat avec la sonde de résection ….un boucher !! J’ai du aussi lors de la 2° op d’adénome me faire enlever 2 polypes sur le col de la vessie , ce qui a favorisé la remontée du sperme dans cette vessie par lésion locale du sphincter à la résection …. J’ai été bien abimé !!! Il y a aussi d’autres méthodes d’op : lasers ( différents types : je ne connais pas ) embolisation ( obturation des petits vaisseaux intra-prostate ) avec l’intérêt de conserver une vie sexuelle plus normale après , mais déconseillée dans certains cas ( cancer, vessie très dégradée ) ça non plus je ne connais pas mais j’ai lu quelques articles dessus ….Si vous lisez le livre “ne touche pas à ma prostate” vous verrez que lui non plus ne conseille pas l’opération selon le cas ( même certains cancers) …..titre explicite ! Perso j’ai regretté mes 2 résections, mais chez moi les autres méthodes ne sont pas pratiquées. Et de plus les traitements oraux influaient trop sur l’érection et la libido …. Votre prostate est cependant très grosse et SEUL UN CHIRURGIEN UROLOGUE peut se prononcer sur la méthode et l’urgence de l’opération …. Vous n’aurez pas la réponse dans un forum ….Mon cas est perso, le votre aussi !!! Le tout c’est de trouver un chir compétent et réaliste qui vous dira bien les conséquences de l’intervention …Et il faut choisir qqn en qui vous aurez parfaitement confiance, si vous sentez une réticence à répondre à vos questions, fuyez …
    Et essayez de trouver un chir qui vous proposera à la fois la méthode adaptée à la grosseur de votre prostate mais aussi celle qui aura le moins d’impact sur votre vie sexuelle après , avec surtout une intensité de jouissance peu à pas diminuée !
    Je parle au nom de l’orgasme pénien puisque mes capacités à ressentir un orgasme prostatique ont disparu après ma 1° résection ….
    Bon courage .
    matou8313

    #42648
    matou8313
    Participant

    Pour plus de précisons :” Touche pas à ma prostate ” de Ralph Blum et Mark Scholz , plutôt orienté vers le cancer, pas l’HBP , mais qui détaille certaines méthodes applicables à l’HBP aussi ….Commandé sur le site universel ….pas de pub …
    matou8313

    #42659
    SergeV
    Participant

    Merci Matou8313; je viens de commander le livre mentionné et merci pour le partage d’expérience – Chaleureusement

    #42663
    matou8313
    Participant

    Pas de soucis sergeV, j’ai été tellement trompé par mes 2 chirurgiens urologues ( pas les mêmes en effet premier à Aix , deuxième à Fréjus ) qui m’ont tous deux menti sur les conséquences de l’opération par résection sur l’intensité de l’orgasme post-opératoire , que je n’hésite pas à le faire savoir ….Après il y a surement des cas où c’est nécessaire car lorsque l’adénome est trop gros on finit par ne plus pouvoir uriner du tout …C’est ce qui est arrivé lors de la 1° opération où ma vessie était si grosse qu’elle aurait pu exploser faute de pouvoir se vider … De plus, quand l’urine stagne trop longtemps dans la vessie , les infections urinaires se multiplient …..pas bon non plus …. Mais je crois qu’actuellement il y a eu tellement de progrès dans les méthodes opératoires qu’il faut bien se renseigner sur leurs conséquences sur la vie sexuelle : érection, intensité de l’orgasme …..et ne pas hésiter à se faire opérer loin de sa zone d’habitation si ces conséquences sont mieux prises en compte …Après reste la confiance en son chirurgien , là c’est toujours très perso … Je regrette quant à moi de ne pas avoir essayé de me pas me faire opérer autrement que par résection ….Donc si ça peut vous servir …
    On dit toujours que la résection ne lèse pas les nerfs sexuels , et qu’une éventuelle impuissance post-opératoire n’est que psychique , mais je n’avais jamais pris de tadalafil ou sildenafil avant ( génériques ) et je suis abonné au second maintenant , avec même parfois gel vitaros associé …Mais l’age en est aussi peut-etre la cause , mes artères aussi …. Cependant c’est arrivé aussi juste après la 2° op ….Coïncidence ou non ???
    En tout cas , bien réfléchir avant opération ….
    Cordialement
    matou8313

8 sujets de 1 à 8 (sur un total de 8)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.