6 sujets de 1 à 6 (sur un total de 6)
  • Auteur
    Articles
  • #37599
    CaktilCaktil
    Participant

    Bonjour,

    J’ai envie de commencer un fil de discussion sur les idées, concepts et autres bizarreries qui nous passent par la tête pendant les sessions. Je ne sais pas pour vous, mais l’état de relaxation et de méditation qui accompagne une séance est propice à faire naître des idées inhabituelles ou surprenantes.

    Je vais commencer avec le concept de champs morphogénétiques…

    C’est une théorie controversée datant du début du XXe siècle et recyclée en 1981 par Rupert Sheldrake. Extrait de la page Wikipédia sur les champs morphogénétiques :

    « Le champ morphogénétique (ou « champ morphique », « résonance morphique » ou « champ de forme ») est une expression qui définit un champ hypothétique qui contiendrait de l’énergie ou de l’information sans être constitué de matière (atome, électrons, etc.). Ces champs seraient déterminants dans le comportement des êtres vivants notamment en ce qu’ils hériteraient d’habitudes de l’espèce par « résonance morphique » et que leurs actions influenceraient les dits « champs de forme ».

    Il s’agit d’un concept qui n’est pas scientifiquement validé, donc qui se limite à une croyance.

    Par exemple, Sheldrake explique avec cette théorie pourquoi il devient de plus en plus facile de cristalliser une substance à travers le monde une fois que cette cristallisation a été faite une première fois, quelque part dans un labo.

    Une autre histoire fascinante concernant les champs morphogénétiques est la théorie du 100e singe qui est racontée sur ce site. En gros, une fois qu’il y a suffisamment de singes qui pratiquent une innovation, cette innovation va être transmise beaucoup plus facilement aux autres singes, quelle que soit la distance !

    Bref… Quel rapport avec l’orgasme prostatique ? Eh bien, au cours de ma 69e session, qui avait très bien fonctionné, ce concept de champ morphogénétique m’a traversé l’esprit pour la première fois. En imagination, je me suis retrouvé dans une salle où se trouvaient plusieurs autres personnes à la recherche d’orgasmes prostatiques. Certains récupéraient après une série d’orgasmes, d’autres étaient en plein dans une chaîne d’orgasmes et d’autres encore étaient simplement là pour observer les autres jouir. Un peu comme au spectacle… Ils n’allaient pas jusqu’à applaudir un bel orgasme, mais je percevais des sentiments de bienveillance et d’appréciation après un orgasme remarquable. Voici un extrait de ce que j’ai écrit au sujet de cette séance :

    « J’ai à nouveau fréquenté la salle VIP du club, la salle avec la piscine et l’éclairage bleu-vert. J’ai salué ceux qui étaient là et ils m’ont aussi salué. J’ai eu la conviction de m’être connecté au champ morphogénétique des hommes capables d’avoir des orgasmes prostatiques ! J’aime bien cette idée… J’ai été aidé dans cette session par ceux qui se trouvaient dans cet endroit VIP. Je leur ai donné de mon plaisir, il émanait de mon corps et partait se perdre entre les gens. Et ceux d’entre eux qui éprouvaient des orgasmes partageaient aussi leur plaisir avec moi. Cela faisait comme une cage de résonance entre nous, le plaisir pouvait augmenter chez ceux qui en avaient besoin ou envie et pouvait aussi augmenter chez moi en retour, bien sûr. J’ai franchi un nouveau palier dans la qualité et la durée de mes orgasmes. »

    Au cours de la séance suivante, j’ai à nouveau pensé à ce concept. Extrait de mon compte-rendu de la 70e séance :

    « J’entre bientôt dans la salle VIP et me laisse happer par les tourbillons de plaisir qui tournent autour de moi. Ces volutes de plaisir émanent des autres invités et je ne tarde pas à en envoyer moi-même quelques-unes flotter dans la salle. J’entre littéralement en résonnance morphique avec les autres hommes présents dans cette salle véritablement bien spéciale… Décidément, cette idée de champs morphogénétiques me plait beaucoup ! Le fait d’entrer dans ce champ et de contribuer au plaisir des autres augmente mon propre plaisir, d’où l’idée de résonance. »

    Si l’on accorde du crédit à cette théorie de champs et de résonance morphogénétique, il devrait être de plus en plus facile d’avoir un orgasme prostatique, vu que le nombre de personnes qui en font l’expérience a tendance à augmenter. Est-ce que cela se vérifie dans la réalité ? Il ne doit pas être facile de le mesurer. Sauf erreur, l’utilisation des stimulateurs de prostate remonte à 1996. Depuis cette époque, de plus en plus d’hommes ont réussi à provoquer des orgasmes prostatiques. Selon la théorie, il devrait donc être de plus en plus facile d’obtenir un orgasme. Peut-être qu’en 1996 il fallait utiliser un stimulateur pendant plusieurs mois avant d’avoir la chance de jouir ? Depuis, ce temps a peut-être diminué et de nos jours il suffit d’utiliser un masseur pendant quelques semaines avant d’avoir un orgasme ? Bien sûr, il continue à avoir des différences entre les gens, mais, d’une manière générale le succès devrait arriver plus rapidement. En ce qui me concerne, j’ai eu la chance d’orgasmer à ma 5ème session, soit après environ huit heures d’utilisation ou après dix jours de séances bihebdomadaires.

    J’ai tendance à être un petit peu mystique, mais j’aime bien cette théorie de champs morphogénétiques. Et vous qu’en pensez-vous ?

    Trois liens concernant ce sujet :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Champ_morphogénétique
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Rupert_Sheldrake
    http://tpe-communication.e-monsite.com/pages/sous-pages/recherches-innovantes-mais-non-demontres-scientifiquement.html

    Prenez soin de vous et bon cheminement à vous tous !

    P.S. Essayer de vous dire « Je veux me connecter au champ morphogénétique des orgasmes prostatiques » lors de votre prochaine séance…

    #37603
    EpictureEpicture
    Participant

    Bonjour @caktil,
    Deux petites questions :
    As-tu identifié, parmi les personnes rencontrées en salle VIP des personnes connues ?
    Tes séances te conduisent-elles a un état de type hypnotique qui te font vivre des expériences du même type que le rêve ?

    Personnellement, je suis déformé par une vision psychanalytique de l’homme qui ne laisse que peu de place à la croyance en des phénomènes de nature invisible. Mais pourquoi pas, la physique quantique a montré que rien ne pouvait être considéré scientifiquement sans prendre en compte l’effet de l’observateur sur la chose observée. Si la chose observée est elle même observante, alors de proche en proche, nous nous alimentons les uns les autres de nos réactions.
    Bon cheminement @caktil

    #37605
    CaktilCaktil
    Participant

    Bonjour @Epicture,

    Non, les « personnes » rencontrées dans la salle VIP ne sont que des silhouettes anonymes, des ombres…
    Effectivement, je pense que je suis parfois dans un état de type hypnotique ou dans une sorte de rêverie. C’était particulièrement le cas au cours d’une de mes sessions (la 31e) au cours de laquelle j’étais dans cette fameuse salle VIP qui contient une piscine éclairée en bleu-vert… Cette piscine est sans fond en fait, avec différents paliers qui représentent différentes intensités de plaisir. Cette séance était particulièrement onirique.

    #37782
    CaktilCaktil
    Participant

    Bonjour à vous amis anerostiers,

    Oui, je trouve le terme anerostiers assez à propos. Un peu comme les aérostiers qui ne peuvent pas tout contrôler lors d’un vol en montgolfière, les anerostiers ne sont pas sûr de faire une bonne séance et doivent se laisser porter par les courants plus ou moins bienveillants de leur prostate et de leur libido.

    J’aimerais juste partager quelques réflexions que qui m’ont traversé l’esprit lors de ma 105e session que j’ai eu l’extrême plaisir de faire ce jeudi matin en utilisant mon cher Helix Trident.

    Je pense avoir eu un Super-O, tellement le plaisir était intense et étendu. Pratiquement tout mon corps a joui ce matin. J’avais déjà eu le privilège de ressentir un tel orgasme lors de ma 50e séance, le 19 décembre dernier.

    Ce matin, j’ai pu visualiser le plaisir et l’énergie sexuelle. Mon imagination m’a montré une sphère d’environ un mètre de diamètre qui était centrée sur ma prostate. J’ai eu envie d’entrer dans cette sphère et j’ai ramené mes jambes au-dessus de moi, les ai entourées de mes bras et, dans cette position, j’avais pratiquement tout le corps situé à l’intérieur de la sphère orgasmique, ce qui m’a permis de ressentir le plaisir dans pratiquement le corps entier. Que c’était bon ! Est-ce que cette position favorise les Super-O’s chez moi ? Est-ce que cela a quelque chose à voir avec la position fœtale ? Je ne sais pas, mais j’essayerai à nouveau pendant la prochaine session, si elle se déroule aussi bien que celle d’aujourd’hui. Et j’essayerai aussi de faire grandir cette bulle de plaisir orgasmique.

    Une autre réflexion qui m’a traversé l’esprit concerne l’intensité des orgasmes en chaîne et leur diversité.

    Ce qui est extraordinaire avec ces chaînes d’orgasmes, c’est qu’on se dit que ce plaisir que l’on vient de vivre, là, juste maintenant, ne peux pas être meilleur, ne peux pas être dépassé, et… Ben si ! il peut être meilleur parce que l’orgasme qui vient juste après est meilleur, plus intense, et ainsi de suite ! Pendant toute la durée de la vague d’orgasme le suivant est meilleur que le précédent qui était déjà le meilleur jamais ressenti… Ce n’est vraiment pas croyable ! Si on m’avait dit ça avant que je puisse l’éprouver moi-même, j’aurais eu de la peine à le croire. Et ça continue tout au long des trois ou dix minutes que dure la vague d’orgasmes… Quel plaisir extraordinaire !! Mon Dieu ! Quel privilégié je suis !! Et à peine calmé et reposé, les séries d’orgasmes reprennent de plus belle !!
    De plus, les Dry-O’s se suivent et ne se ressemblent pas ! C’est bien ça aussi est extraordinaire avec ces sessions. Non seulement les orgasmes y sont chaque fois meilleurs, mais en plus ils sont de types très différents. On ne s’en lasse pas ! A chaque fois c’est un peu comme si on redécouvrait le plaisir sexuel, comme lors de nos premières masturbations. Je me souviens encore à quel point j’étais surpris, ravi et presque submergé par ce plaisir extraordinaire que je venais de découvrir…

    Bien sûr, j’ai demandé à être connecté aux champs morphogénétiques des hommes capable d’avoir des orgasmes prostatiques et des super-O au début de la session. Je ne sais pas si cela a eu un effet… Mais ce qui compte c’est le résultat, comme pour les placebos !

    #37843
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Nous avions déjà anéronautes et prostatonautes. Nous avons en plus maintenant anérostiers. On dit que plus une activité est importante dans une société plus il y a de mots pour la désigner, désigner ceux qui en sont les acteurs, plus elle importante plus on en nomme différemment chacune de ses variantes. En un mot @caktil vient de donner 50 % d’importance supplémentaire au massage prostatique. Merci @caktil !

    Ce dernier vocable, anérostier, induit nécessairement anérostation et le rapprochement que nous pouvons faire avec l’aérostation :

    comme les aérostiers qui ne peuvent pas tout contrôler lors d’un vol en montgolfière, les anérostiers ne sont pas sûr de faire une bonne séance et doivent se laisser porter par les courants plus ou moins bienveillants de leur prostate et de leur libido.

    L’images est particulièrement juste.

    Tu nous dis :

    j’ai pu visualiser le plaisir et l’énergie sexuelle

    Ce faisant tu ouvres, à mon avis, un nouveau chapitre du développement de tes capacités orgasmiques si, comme le disent les traditions orientales énergétiques et les experts de la méditation, l’énergie va là où se pose notre esprit. Je suis très intéressé de lire ce que va donner la suite de ton expérience dans ce domaine. Elle pourrait t’emmener très loin comme c’est le cas pour @bzo.

    Bon cheminement @caktil.

    #38775
    CaktilCaktil
    Participant

    Bonjour,

    J’ai couché sur le papier les critères qui, chez moi, me servent à caractériser une séance. Oui, je sais, c’est un peu analytique… C’est un de mes défauts dans ce domaine des orgasmes prostatiques. J’analysais tout se qui se passait au début de mon parcours et, du coup, il ne se passait pas grand chose ! Aujourd’hui, je me laisse beaucoup plus aller, j’analyse moins sur le moment et j’essaye de me laisser submerger par le plaisir. Mais j’ai tenté d’établir quelles sont les caractéristiques de mes séances. Elles me servent après la séance. Donc je les mets ici, c’est la version de septembre 2020, il est possible qu’elles changent dans le futur. Il serait intéressant de comparer entre nous quelles sont les concordances.

    Séance ratée:
    Une séance où il ne se passe rien, ou si peu, éventuellement une petite P-Wave. Pas de vagues d’orgasmes. Ennui dans la séance. Grande déception.

    Séance Sub-Standard:
    Quelques P-Wave, un ou deux orgasmes de petite intensité. Il faut faire des efforts pour les déclencher. Déception.

    Séance Standard:
    Bonne session, les vagues d’orgasmes se succèdent si les tétons sont stimulés. Le niveau de plaisir est souvent égal au meilleur des sessions passées. Pas d’automatisme dans le déroulement des vagues d’orgasmes, mais ils se déclenchent après quelques respirations contrôlées. Afterglow.

    Séance Standard Plus:
    Excellente séance, les vagues d’orgasmes se succèdent sans effort. Niveau de plaisir intense avec peut-être même un « meilleur orgasme de tous les temps ». Afterglow.

    Meilleure séance de tous les temps:
    Super session, les vagues d’orgasmes se déroulent les unes après les autres de manière automatique. Plusieurs « meilleur orgasme de tous les temps » au cours de la séance. Sentiment de bien-être et grande excitation sexuelle. Euphorie. Afterglow.

    Meilleure séance de tous les temps Plus:
    Séance extraordinaire pendant laquelle les orgasmes se succèdent rapidement les uns aux autres, parfois sans pause entre eux. Plusieurs « meilleur orgasme de tous les temps » d’intensité croissante pendant la séance. Nouvelles découvertes. Sentiment que la séance pourrait durer indéfiniment. Sentiment de bonheur et grande excitation sexuelle. Sentiment d’être revigoré. Franchissement d’un palier ou Super-O’s. Euphorie. Afterglow.

    Pour moi, il n’est pas nécessaire d’avoir absolument toutes les caractéristiques pour classer une séance. Il en faut justes plusieurs.

    Bon cheminement à tous !

6 sujets de 1 à 6 (sur un total de 6)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.