• Ce sujet contient 12 réponses, 5 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par AndranerosAndraneros, le il y a 3 jours.
13 sujets de 1 à 13 (sur un total de 13)
  • Auteur
    Articles
  • #36605
    raviaulitraviaulit
    Participant

    Bonjour à tous, je me suis inscrit sur le site il y a quelques temps, et je tenais déjà à en remercier le créateur et les contributeurs pour ce qui peut être considéré comme une démarche d’utilité publique !

    Comme je l’ai dit dans ma présentation, j’ai 42 ans et je suis un homme hétérosexuel en couple depuis quelques années, et je dois dire que mes relations sexuelles avec ma compagne se passent très bien, pour l’un comme pour l’autre. Personnellement je n’avais jamais été aussi épanoui à ce niveau là. Cependant je dois confesser que je me sens quelque peu limité dans ma jouissance par rapport à elle, qui connait deux types d’orgasmes assez différents et les vit très souvent durant nos rapports. Je me suis alors intéressé à l’orgasme prostatique. J’ai découvert ce site et le traité d’Aneros (que j’ai lu deux fois), et entendu une interview d’Adam dans une émission web où il conseillait l’ouvrage « l’homme multi-orgasmique » (que j’ai bien entamé mais quelque peu mis de côté).
    Cela fait quelques mois que j’ai acheté mon premier masseur, le Glide, que j’ai vite remplacé par un Helix qui paraissait être le top pour les débutants. Aujourd’hui, mes progrès ne sont pas très concluants. J’ai ressenti de bonnes sensations lors de certaines séances, mais c’est assez irrégulier et parfois quand j’ai l’impression d’être sur la bonne voix, la fois suivante s’avère être décevante. Je dois dire que j’ai assez peu l’occasion de m’entrainer, mes horaires de travail sont plus importants que ceux de ma compagne, et elle est la plupart du temps à la maison quand j’y suis. Je lui ai bien parlé de mon désir d’exploration, et elle n’est pas réfractaire à ma démarche, mais je me vois mal faire une séance dans mon coin, avec elle dans la pièce d’à côté. Je pourrais aussi faire ça avec elle mais je sens que c’est seul que j’ai le plus de chances de parvenir au but.

    Concernant le plaisir que j’ai pu ressentir, c’est assez différent d’une fois sur l’autre. Ça n’a jamais été très fort, mais une ou deux fois j’ai ressenti un bien-être sourd qui traversait l’ensemble de mon corps, et qui m’a un peu fait trembler des jambes. C’était une sensation agréable, mais loin d’être aussi forte qu’un orgasme. Une autre fois par exemple, dans mes premières séances, j’ai pu sentir de manière particulièrement sensible, précise et agréable les lents va et vient du masseur sur ma prostate, et c’était vraiment très bon. Mais depuis je n’ai plus senti de progrès, voire j’ai plutôt senti une régression. En tout cas je n’ai jamais connu les contractions involontaires.
    Ainsi, je me pose des questions, et je suis sûr que certains d’entre vous pourront m’aider à y répondre. Voici donc quelques interrogations, dans le désordre :

    – Déjà, je ne ressens pas vraiment ma prostate avec mon doigt (cette bosse molle de la taille d’une noix). Pourtant je dois bien en avoir une 🙂
    D’autant que quand j’introduis l’Aneros je ressens tout de suite quelque chose d’agréable dans la zone dite, et je la sens bien durant mes massages. Mais du coup je me demande si elle émerge suffisamment.

    – ensuite durant mes massages, je n’ai jamais pu observer d’écoulement de liquide séminal (en tout cas pas plus des quelques gouttes qui accompagnent généralement une excitation), même lorsque j’ai pu ressentir pas mal de plaisir. Est ce normal ? Il me semblait que le massage était censé déclencher un écoulement assez rapidement.

    – D’après moi excitation et orgasme sont avant tout cérébraux. Et souvent je ne sais pas trop à quoi penser et comment être excité durant mes séances. Je m’explique : comme j’imagine la plupart d’entre vous auparavant, j’associe mon désir des femmes à la pénétration ou aux attouchements, et donc à mon penis. Et j’ai du mal à ressentir des choses en me focalisant sur mon corps (je ne suis pas sensible des tétons ou aux caresses en général). J’ai du coup du mal à faire le lien entre mon excitation habituelle et ma prostate. J’aurais bien aimé avoir vos témoignages sur ce point, qui me semble crucial.

    – J’ai pu lire dans « l’homme multi-orgasmique » que, de même que la femme a d’abord souvent besoin d’une stimulation clitoridienne pour parvenir à jouir par pénétration, la prostate se gonflait lors de l’excitation du penis et devenait donc bien plus sensible quand le penis avait été stimulé auparavant. Ce qui voudrait dire qu’il vaut mieux se masturber avant de commencer une séance de massage. Mais le traité d’Aneros ne dit pas du tout ça. Pouvez vous m’éclairer ?

    – De même, il est dit dans le traité qu’il faut éviter tout contact avec la verge, pour ne pas focaliser le ressenti dessus, ce que je comprends très bien. Cependant, à la fin d’une séance, n’ayant pas ressenti grand chose, j’ai très envie de jouir et je termine souvent par me masturber, l’Aneros en moi. Ce qui je dois dire me procure un orgasme particulièrement fort. Est ce que je devrais éviter cela ? J’ai aussi essayé de faire l’amour avec ma compagne avec l’Aneros en moi. De même, faudrait il s’abstenir ?

    – Pour finir, il m’arrive de sentir un certain inconfort au bout d’un moment lors de mes massages, et parfois une légère douleur dans les heures qui suivent. Est ce que certains d’entre vous connaissent ça ?

    Voilà, pardon pour ce pavé, et par avance merci infiniment pour votre patience. J’espère vraiment pouvoir progresser vers de nouveaux plaisirs grâce à vous.

    Raviaulit

    #36609
    AndranerosAndraneros
    Admin bbPress

    Bonjour @raviaulit.
    Vous nous dites :

    J’ai ressenti de bonnes sensations lors de certaines séances, mais c’est assez irrégulier et parfois quand j’ai l’impression d’être sur la bonne voie, la fois suivante s’avère être décevante.

    C’est normal particulièrement au début de votre cheminement. Si vous avez pu prendre un peu de temps pour lire les témoignages présentés sur le forum vous savez que nous sommes nombreux à avoir la même impression. Cette irrégularité ne signifie en rien que vous ne faites pas de progrès, elle signifie seulement que vos progrès sont lents et parcellaires jusqu’à maintenant.

    Je dois dire que j’ai assez peu l’occasion de m’entraîner (… ) (ma compagne) est la plupart du temps à la maison quand j’y suis. Je lui ai bien parlé de mon désir d’exploration, et elle n’est pas réfractaire à ma démarche, Je pourrais aussi faire ça avec elle mais je sens que c’est seul que j’ai le plus de chances de parvenir au but.

    Vous nous décrivez une situation qui est à mon avis un frein important à votre progression dans la mesure où elle vous interdit toute forme de lâcher prise, qualité essentielle pour accéder à l’orgasme prostatique. Vous nous dites que votre femme est au courant de votre quête et qu’elle n’y voit aucune objection. Vous en avez donc parlé avec elle. J’ai l’impression que vous créez vous-même une gêne

    je me vois mal faire une séance dans mon coin, avec elle dans la pièce d’à côté

    Est-ce vous qui êtes gêné à cette idée ou bien est-ce votre femme qui vous a dit qu’elle serait gênée si elle savait que vous faites une session dans la pièce à côté ? Si vous en avez parlé naturellement, comme j’en ai l’impression, si elle a approuvé votre quête, elle ne peut que vous encourager à faire votre apprentissage.

    Je pourrais aussi faire ça avec elle mais je sens que c’est seul que j’ai le plus de chances de parvenir au but

    Votre phrase me conduit à faire deux remarques :
    1. Une part importante de la découverte de l’orgasme prostatique est personnelle, intérieure et intime. Sur cette part il est vrai que l’apprentissage en solo apportera plus vite plus de fruits que l’apprentissage à deux dans la mesure où votre femme n’est une spécialiste du massage prostatique. (Vous nous l’auriez dit entre deux extases orgasmiques… )
    2. Mais je me demande si ce choix de la solitude « absolue » n’est pas une manière de cacher votre propre timidité à l’idée d’être obligé « d’apprendre » à jouir, pour atteindre un niveau de sensualité équivalent à celui de votre femme. Dans notre inconscient collectif un « vrai » homme sait jouir, il n’a pas besoin d’apprendre. Notre cheminement prostatique nous fait basculer dans une autre culture où nous devons accepter de découvrir une autre forme de sensualité. Ce n’est pas toujours facile à vivre.

    Je pense sincèrement que vous pourriez gagner beaucoup de confort moral en discutant ces aspects de votre quête avec votre femme, si, comme je le pense, elle est prête à participer à votre cheminement à vos côtés (ce qui ne veut pas dire à côté de vous pendant toutes vos sessions).

    Vous nous dites aussi :

    je me sens quelque peu limité dans ma jouissance par rapport à elle, qui connaît deux types d’orgasmes assez différents et les vit très souvent durant nos rapports.

    J’en conclus qu’elle est multi-orgasmique, qu’elle vit sa jouissance avec une certaine aisance et qu’elle a appris à gérer ses orgasmes. De la manière dont vous le dites je suppose que vous avez eu des occasions d’en parler ensemble. Avez-vous saisi ces occasions, depuis le début de votre quête, pour lui expliquer que vous souhaitez développer votre capacité orgasmique pour lui faire vous aussi, pendant vos ébats, l’offrande de VOS orgasmes en réponse à l’offrande des siens ?

    Telle que vous décrivez votre relation dans votre message je pense qu’elle ne serait en rien ni jalouse, ni vexée si vous lui demandiez l’autorisation de faire une petite sieste prostatique. Cette démarche vous permettrait à la fois de multiplier vos sessions et de les faire avec un état d’esprit apaisé source de relaxation et de lâcher prise.

    Elle peut vous aider à vous préparer avant la session, vous aider à vous détendre tout en vous gardant excité au début de la session. Si elle le désire elle peut jouer un grand rôle simplement en vous accompagnant, en vous aidant à exprimer ce que vous avez vécu pendant la session, en vous encourageant.

    une ou deux fois j’ai ressenti un bien-être sourd qui traversait l’ensemble de mon corps, et qui m’a un peu fait trembler des jambes. C’était une sensation agréable, mais loin d’être aussi forte qu’un orgasme.

    C’est exactement ce que vous pouvez ressentir de mieux au début. C’est un très bon signe.

    Une autre fois par exemple, dans mes premières séances, j’ai pu sentir de manière particulièrement sensible, précise et agréable les lents va et vient du masseur sur ma prostate, et c’était vraiment très bon. Mais depuis je n’ai plus senti de progrès, voire j’ai plutôt senti une régression.

    C’est aussi un très bon signe. Il est possible que depuis vous ayez tendance, même inconsciemment, à vouloir reproduire cette expérience, ce qu’il ne faut pas faire. L’une des règles d’or est de ne rien attendre de la session en cours. Quand vous débutez vous créez les conditions pour que le plaisir apparaisse, vous ne déclenchez jamais ce plaisir.

    En tout cas je n’ai jamais connu les contractions involontaires.

    Les contractions involontaires sont une étape qui caractérise l’action du masseur. Ces contractions sont le moteur de votre masseur. Mais il n’est pas nécessaire de les percevoir pour avoir du plaisir. Le masseur fait son effet avec des mouvement qui peuvent être amples ou extrêmement courts. Dans ce dernier cas vous pouvez ne pas percevoir les contractions qui le font bouger, comme vous ne percevez pas les contractions qui poussent votre bol alimentaire à travers votre système digestif. Dans les deux cas les contractions sont de même nature.

    Réponses à vos questions :
    1. C’est une question d’expérience, de sensibilité et éventuellement d’anatomie. Le seul point important est :

    quand j’introduis l’Aneros je ressens tout de suite quelque chose d’agréable dans la zone dite, et je la sens bien durant mes massages.

    2.

    J’ai très peu d’écoulement de liquide séminal.

    C’est normal. C’est le massage prostatique appuyé, appelé « milking » en anglais, qui a pour effet de faire couler le liquide séminal. Les masseurs Aneros comme l’Helix ne sont pas conçus pour un massage appuyé mais pour un massage en douceur. La quantité de liquide séminal qui s’écoules est une donnée personnelle qui n’apporte pas d’informations sur la qualité de votre session.

    3. L’excitation est un problème souvent évoqué par les débutants. Les solutions sont à chaque fois personnelle. N’hésitez pas à faire des essais. Vous pouvez vous aider soit avec des fichiers audio du type « Hypnaerosession » disponible sur le site Aneros, soit avec des fichiers d’hypnose, soit avec des fichiers de battements binauraux, soit avec des fichiers de type ASMR.

    4. Se masturber avant une session peut être un bon moyen de faire monter votre excitation à condition de ne pas éjaculer bien sûr. Les conseils donnés aux débutants de séparer soigneusement toute stimulation du pénis de celles visant la prostate ont pour objet d’aider ces débutants à bien séparer les sensations afin d’apprendre à reconnaître les réactions de leur prostate à la stimulation. Les sensations prostatiques sont souvent nouvelles, très faibles, fugaces au début et donc très difficiles à repérer. Si elles sont noyées sous les sensations comparativement monstrueuses en provenance du pénis il est impossible de les percevoir. C’est à vous de doser les unes et les autres pour profiter des plus fortes sans écraser les plus faibles.

    5. Ce serait mieux à votre stade d’attendre une heure ou deux avant de vous masturber. Si vous associez massage prostatique peu satisfaisant et masturbation avec orgasme éjaculatoire votre esprit considère que ce dernier est le seul à vous satisfaire ce qui ralentit votre découverte du plaisir prostatique.

    6. Vous ne nous avez rien dit de la méthode que vous utilisez pour lubrifier votre rectum et votre masseur. IL est possible que là réside la cause de votre gène si elle est interne. Si elle est externe (anus, périnée, bas ventre… ) elle peut être d’origine musculaire. Pendant vos sessions vous faites travailler des muscles qui sont sans doute peu sollicités et qui fatiguent comme tous les muscles qui travaillent plus que ce à quoi ils sont habitués. Ça devrait normalement passer en deux ou trois jours.

    Ne vous excusez pas pour votre « pavé ». Vous aviez beaucoup de questions et je suis sûr que vous ne les avez pas encore toutes posées . Ma réponse est encore plus longue que votre message…

    Bon cheminement @raviaulit

    PS : n’hésitez à proposer à votre femme de jeter un coup d’œil au site NXPL et surtout au forum. Elle y trouvera matière à mieux comprendre votre cheminement et donc à mieux vous aider à développer vos capacités orgasmiques au niveau des siennes pour mieux l’honorer.

    #36614
    aneveilaneveil
    Participant

    Bonjour @raviaulit,

    @Andraneros a répondu a énormément de questions, mais si effectivement l’impossibilité d’être seul sans être dérangé est un très gros frein, en revanche certaine pratiques en couple peuvent être extrêmement profitables pour l’exploration prostatique/anale (les deux sont liés, ne l’oublions pas..), mais surtout profitables à un état d’esprit bien plus yin qui est extrêmement important :
    Se laisser caresser en douceur en étant allongé sur le ventre est une attitude « yin », peu à peu les zones érogènes en relation avec la prostates se réveillent : fesses, anus, mais aussi épaules, cou, cuisses, poitrine et d’autres zones encore à découvrir, parfois et sans aucune pénétration ces caresses peuvent mener à l’orgasme.
    Se laisser pénétrer (avec un doigt pour commencer) après un massage de l’anus lors d’une masturbation ou d’une fellation sont aussi des façons très plaisantes et intenses de partager ces nouveaux plaisirs.
    Ces découvertes peuvent être une très puissante source d’éveil prostatique et votre compagne pourra aussi découvrir le plaisir d’être plus active et plus « yang ».

    – J’ai pu lire dans « l’homme multi-orgasmique » que, de même que la femme a d’abord souvent besoin d’une stimulation clitoridienne pour parvenir à jouir par pénétration, la prostate se gonflait lors de l’excitation du penis et devenait donc bien plus sensible quand le penis avait été stimulé auparavant. Ce qui voudrait dire qu’il vaut mieux se masturber avant de commencer une séance de massage. Mais le traité d’Aneros ne dit pas du tout ça. Pouvez vous m’éclairer ?

    Je suis tout à fait d’accord avec Mantak Chia, pour moi une masturbation (sans éjaculer) avant une séance permets souvent d’éveiller la prostate quand elle est « endormie ».
    A mes débuts, je me souviens avoir pu éveiller très efficacement ma prostate en me masturbant avec un petit plug « Bootie » inséré (que je n’utilise plus) La présence du plug assis lors de la masturbation me permettait de bien sentir la prostate s’éveiller. Cette phase avait beaucoup facilité l’exploration prostatique.

    Je crois qu’au début il ne faut pas se focaliser sur le masseur, l’exploration du plaisir anal dans son sens large et de nouvelles pratiques plus « yin » permettent toutes d’éveiller la curiosité et l’excitation nécessaire au plaisir prostatique.

    Et puis comme le signale souvent @bzo, quand rien n’avance, il ne faut pas hésiter à utiliser de nouveaux masseurs car il n’y a pas que l’hélix (qui d’ailleurs ne convient pas du tous à certains)

    Bonnes découvertes que ce soit seul (ou) et a deux !

    #36693
    raviaulitraviaulit
    Participant

    Merci à vous deux pour vos réponses !

    C’est vrai que lâcher prise n’est pas une chose facile pour tout le monde. Après une séance positive, j’avais en effet envie de reproduire la même expérience, même en me disant que je ne devais rien attendre.
    Je dois dire que je ne suis pas habitué aux pratiques telles qu’hypnose ou méditation, qui peuvent apparemment aider dans la recherche du plaisir prostatique. Il faut que je me concentre pour respirer par le ventre, ce qui n’est toujours pas naturel pour moi, et tout gérer en même temps n’est pas aisé. Mais j’imagine qu’il me faut persévérer !
    En tout cas merci pour vos conseils, je vais essayer d’être davantage dans le Yin, et d’explorer les voies de l’hypnose ou de l’ASMR… J’ai l’impression qu’il y a un travail à faire sur soi qui dépasse de loin la question du plaisir prostatique, qu’il faut changer la perception qu’on a de son corps et de ses sensations. C’est presque une philosophie, d’après ce que je lis.

    Quant à la situation que je décrivais avec ma compagne, c’est en effet un élément clef, je crois. Il faut que je parvienne à la changer. Je disais qu’elle n’était pas réfractaire à ma démarche, c’est vrai, mais je ne sais pas pour autant si elle est tout à fait à l’aise avec ça. Je vais lui en parler davantage, et en effet lui proposer de faire un tour ici. De toute façon il est clair que je n’arriverai à rien en essayant mon masseur dans un temps limité dès que je me retrouve seul…
    Je ne l’ai pas mentionné, mais nous avons des rapports sexuels quotidiens, et du coup je ne me masturbe quasiment plus depuis que nous sommes ensemble.
    De son côté, elle est en effet multi-orgasmique, dans le sens où elle a souvent un orgasme clitoridien dans un premier temps (car nous commençons quasiment toujours par une position où je lui stimule le clitoris), puis un orgasme « vaginal » ensuite. Quasiment jamais davantage. En revanche elle n’a connu ce deuxième type d’orgasme que très récemment, avec moi apparemment, et il lui demande de la concentration et de l’énergie.

    Quant à la lubrification, j’avoue utiliser un gel tout à fait courant vendu en grande surface, en fonction de ce que je trouve. Je lubrifie uniquement le masseur mais en grande quantité.

    Merci encore, je vous tiendrai au courant de la suite !

    #36695
    AndranerosAndraneros
    Admin bbPress

    Je pense que tu devrais sérieusement songer à changer de lubrifiant. Ce qui est sans doute une raison de plus de parler avec ta femme de ta nouvelle quête pour pouvoir recevoir tes commandes de lubrifiant par la poste dans la mesure où internet est vraisemblablement le meilleur endroit pour acheter du bon lubrifiant à un prix correct.

    En outre la fréquence de vos ébats érotiques ne te laisse pas beaucoup de choix si tu veux concilier le meilleur des deux mondes, ce qui est souhaitable et faisable. Ça me paraît à la fois d’autant plus indiqué et d’autant plus facile que si j’ai bien compris ce que tu écris

    elle est en effet multi-orgasmique, dans le sens où elle a souvent un orgasme clitoridien dans un premier temps (… ) puis un orgasme « vaginal » ensuite. Quasiment jamais davantage. En revanche elle n’a connu ce deuxième type d’orgasme que très récemment, avec moi apparemment, et il lui demande de la concentration et de l’énergie.

    Ta femme est donc en mesure de comprendre la nature de ton apprentissage d’homme multi-orgasmique, le besoin de faire un effort d’apprentissage, et la satisfaction que tu en tireras et qu’elle en tirera elle aussi, comme tu tires satisfaction de sa capacité à jouir au moins deux fois pendant vos ébats.

    Tu écris:

    Mais j’imagine qu’il me faut persévérer !

    Oui, oui et oui. Tu peux le lire autant de fois que tu veux sur notre forum.

    Bon cheminement @raviaulit.

    #36733
    AvatarChaines
    Participant

    Bonsoir@raviaulit,
    Malgré mon inexpérience de débutant, je me permet de te répondre car je suis dans une situation très similaire à la tienne (vie sexuelle riche à côté, compagne au courant de mon cheminement – voire qui participe ! -, difficultés à « dompter » ma prostate, etc.) et que j’ai déjà répondu, par moi-même ou grâce aux membres de ce forum, à certaines des questions que tu te poses. Mais note bien que mes réponses sont celles d’un débutant, et que je suis peut-être parfois à côté de la plaque !

    je ne ressens pas vraiment ma prostate avec mon doigt

    Moi non plus, et d’ailleurs ma compagne non plus quand elle s’y aventure. Je me suis fait à l’idée que je me concentre sur une zone assez large et abstraite dans mon bas ventre, et non sur l’image clinique de ce qu’est véritablement une prostate.

    durant mes massages, je n’ai jamais pu observer d’écoulement de liquide séminal

    Moi non plus. Et pas d’explications non plus !

    je ne sais pas trop à quoi penser et comment être excité durant mes séances

    Je suis aussi passé par là, en essayant pas mal de choses différentes (regarder du porno, écouter des nouvelles érotiques audio, ou au contraire miser sur la relaxation en écoutant des musiques de méditation). Aujourd’hui, j’essaye de débuter une séance en étant le plus excité possible, mais une fois que c’est lancé je me concentre sur la relaxation et surtout je m’accroche au maximum sur les petites sensations de plaisir issues du massage, ce qui augmente l’excitation. Mais je suis d’accord, je trouve très difficile de trouver l’équilibre entre excitation et relaxation…

    Ce qui voudrait dire qu’il vaut mieux se masturber avant de commencer une séance de massage

    Comme dit plus haut, j’essaye de débuter une séance en étant déjà excité. Il m’arrive souvent de chercher des contenus érotiques ou X sur le net un peu avant une séance, sans vraiment me masturber pour autant. J’essaye d’avoir une vraie envie de sexe sans pour autant l’associer à une masturbation classique.

    j’ai très envie de jouir et je termine souvent par me masturber

    Je suis également dans le même cas ! Je suis persuadé qu’ @Andraneros a raison quand il te dit d’attendre une heure ou deux, mais je sais que c’est souvent difficile de se raisonner… Maintenant, j’essaye au moins d’enlever le masseur et de changer de pièce par exemple, pour ne plus « être dans ma séance » de massage. Par contre, je considère qu’avec ma compagne, garder le masseur n’est pas trop un problème, je suis dans une démarche très différente que pendant une séance.

    un certain inconfort au bout d’un moment lors de mes massages

    Je rejoins @Andraneros sur le lubrifiant : je suis passé au beurre de karité, et le confort et durée de lubrification sont vraiment meilleurs.

    Enfin, concernant les problèmes pour trouver le temps de faire des séances, je suis dans le même cas, et j’ai pris comme compromis de faire surtout des séances en allant me coucher. Au départ, c’était surtout pour passer la nuit avec le masseur sur les conseils d’@Andraneros, mais maintenant j’en profite souvent pour faire une petite séance en me couchant : soit je suis trop fatigué et je m’endors, soit je peux faire une séance ou une semi-séance. Ce n’est clairement pas l’idéal pour progresser je suppose, mais faute d’avoir le temps en journée, c’est déjà ça. Par contre, il y a un risque de ne pas passer une nuit très reposante et de se réveiller plusieurs fois.
    Je le fais à côté de ma compagne qui dort (elle est bien sûr au courant), et ça ne me pose au final aucun problème, ni à elle d’ailleurs. Je considère que c’est presque une séance « de travail », ce n’est vraiment pas comme si je masturbais à côté d’elle. C’est un peu comme si je me massais la nuque avant de m’endormir, ça ne choquerait personne ! Evidemment, si un jour mes séances me provoquent tremblements de jambes et gémissements incontrolables, j’arrêterai mes séances nocturnes, mais pour le moment j’en suis loin ! Et dernier point positif, en fin de séance la fatigue l’emporte toujours et empêche d’avoir envie de se masturber…

    #36736
    raviaulitraviaulit
    Participant

    Oui @Andraneros tu as raison, en toute logique elle est en mesure de comprendre, dans la mesure où pour elle aussi, ça a été un travail de découvrir une nouvelle forme de plaisir. De toute façon, comme tu le disais très bien dans ton premier message, c’est probablement moi qui me pose trop de questions à ce sujet, et qui suis un peu gêné quelque part.
    Peut-être qu’en effet il faut que j’opte pour un lubrifiant digne de ce nom, je vais glaner quelques conseils sur le site.
    Concernant la persévérance, c’est vrai que lire tous ces témoignages positifs montrent à quel point ça vaut le coup de « travailler », même si quelque part j’ai parfois un peu peur de ne pas y arriver et de faire partie des rares personnes pour qui ça ne marcherait pas. Peut-être parce que j’y mets trop d’enjeu, ce qui j’en suis conscient, est très contre-productif !

    Merci @Chaines pour ton témoignage, ça me fait du bien d’avoir le regard d’un autre « débutant », d’autant que tes conseils me semblent tout à fait justes. En revanche je n’aurais pas pensé au beurre de karité, je vais l’envisager dans ce cas !

    #36738
    CaktilCaktil
    Participant

    Bonjour @raviaulit,
    A propos de lubrifiant, j’avais commencé avec un lubrifiant au silicone. Il me causait parfois quelques irritations alors j’ai changé de marque mais c’était toujours un lubrifiant au silicone. J’avais d’assez bons résultats avec ces deux lubrifiants.
    Puis je suis passé au beurre de karité bio et là… J’ai franchi un palier dans la qualité et la longueur de mes orgasmes prostatiques ! J’ai même eu mes premiers super-O (en tous cas, à mon niveau de « débutant avancé », je les qualifie de super-O !!).
    Donc, oui, le lubrifiant est un des paramètres importants dans ce domaine.
    Bonne quête à vous tous.

    #36824
    raviaulitraviaulit
    Participant

    Merci @Caktil, du coup j’ai acheté du beurre de Karité bio, je vais essayer ça !

    #36985
    raviaulitraviaulit
    Participant

    Bonjour à tous, je reviens vous donner quelques nouvelles suite à nos échanges.
    Actuellement je profite du confinement pour m’exercer régulièrement, et je fais une séance tous les deux jours, puisque j’ai pu lire ici que ce serait la fréquence idéale pour débuter. Pour cela j’ai donc dit à ma compagne que j’aimerais poursuivre mes exercices, et je peux donc faire mes massages seul dans ma chambre, pendant qu’elle travaille dans la pièce voisine. Je ne suis pas sûr qu’elle comprenne bien, mais en tout cas ça ne lui pose aucune problème.

    Concernant le lubrifiant, comme je vous le disais plus haut je me sers à présent de beurre de Karité bio.

    Pour trouver mon excitation, j’ai essayé différentes choses : un porno ou simplement le son d’une scène porno que j’aimais bien, des photos érotiques, l’écoute de battements binauraux, ou encore ma simple imagination bien sûr. Sur ce dernier point je dois dire que je me sens moins inventif qu’auparavant en terme de fantasmes. Il faut dire que depuis que je suis avec ma compagne actuelle (quelques années), nous faisons l’amour quotidiennement; et je ne me masturbe plus alors que je me masturbais très souvent avec mes compagnes précédentes. Le peu de fois où cela m’arrive encore, c’est à nos ébats que je pense pour me sentir très excité, et non (comme je l’avais toujours fait) à des choses ou des personnes inaccessibles, ce qui me parait plus naturel. J’ai donc quelque peu perdu ma capacité à imaginer des scènes et à trouver mon excitation.

    Quant à ma progression, je dirais que j’ai pu observer quelques résultats lors des deux dernières séances. Déjà, il m’arrive de sentir par moments comme une palpitation involontaire de ma prostate, palpitation qui reste malheureusement isolée mais peut se répéter plusieurs fois durant une séance (il m’arrive même à présent de la sentir sans le masseur, quand je fais tout autre chose).
    Mais lors de l’avant dernière séance, j’ai senti à un moment que cette zone palpitait seule de manière prolongée, comme si elle était très excitée et appelait à davantage. Ce n’est pas allé tellement plus loin mais c’était très agréable. Enfin lors de ma séance d’hier j’ai pu sentir à nouveau mes jambes puis mon corps trembler, ce qui ne m’était plus arrivé depuis longtemps.
    C’est étrange, car toutes ces sensations sont à la fois très agréables car elles me plongent souvent dans un bien-être profond, et à la fois à peine perceptibles, si bien qu’elles pourraient presque être le fruit de mon imagination.
    En tout cas je me rends compte que j’ai de meilleurs résultats (ou devrais-je dire des résultats tout court, même minimes) quand je focalise ma pensée non pas sur un élément extérieur, un objet de désir (le corps d’une femme, une scène fantasmée…), mais sur mon propre corps et mes propres sensations. Une posture plus Yin, en quelque sorte. Parfois il me suffit de « prendre conscience » l’espace d’un instant de ma prostate pour que mes jambes se mettent à trembler.
    Pour finir, je dirais que j’obtiens davantage de résultats quand je ne fais que respirer, et que je ne ressens plus grand chose quand je commence les contractions.

    En bref, il y a il me semble de légers progrès, même si chaque séance est différente et que je ne peux rien anticiper. Je ne crois pas avoir précisé que j’ai du faire au total une bonne vingtaine de séances, en général assez espacées, avec une récente interruption de deux ou trois mois.

    Reste quelques interrogations :
    – J’imagine que c’est propre à chacun d’entre nous, mais je me demandais à quel rythme les contractions devraient se faire, rapides et régulières, ou longues et espacées ?
    – Quelle position vous semble la plus à même de permettre le rewiring ? Pour ma part j’ai opté pour la position sur le dos.
    – Je crois que je connais déjà la réponse, mais j’imagine qu’un masseur vibrant ne serait pas une bonne option pour le rewiring ?
    – Adam a pu conseiller de dormir avec le masseur. Est ce que cela vous semblerait être une bonne idée dans mon cas ? (le souci étant que je m’endors après avoir fait l’amour la plupart du temps, et donc plus excité du tout).

    Merci de votre écoute !

    #36988
    AndranerosAndraneros
    Admin bbPress

    Bonjour @raviaulit.
    Tu nous dis :

    je fais une séance tous les deux jours, puisque j’ai pu lire ici que ce serait la fréquence idéale

    La pratique du massage prostatique est très personnelle. Il n’y a donc pas de fréquence idéale à conseiller. La bonne fréquence est celle qui te permet d’engager une session quand tu en as très envie. La lecture des témoignages présentés sur le forum te permet de constater que chacun fait des sessions à son rythme qui peut varier selon son état d’esprit et les circonstances.

    j’ai donc dit à ma compagne que j’aimerais poursuivre mes exercices, et je peux donc faire mes massages seul dans ma chambre, pendant qu’elle travaille dans la pièce voisine.

    Tu te mets dans les meilleures conditions, à la fois pour ta sérénité pendant ta session et pour la suite de ton cheminement car cette proximité muette facilitera vos futures discussions sur le développement de ta sensualité.

    Je ne suis pas sûr qu’elle comprenne bien, mais en tout cas ça ne lui pose aucune problème.

    Je pense qu’elle peut bien comprendre que tu passes par une phase d’apprentissage, surtout si tu lui parles de « poursuivre (tes) exercices ». Si elle se pose des questions tu lui expliques qu’il s’agit d’une forme de méditation orgasmique bien plus que d’une forme de masturbation.

    Pour ta progression tu as bien raison d’accorder toute leur importance aux sensations nouvelles qui naissent autour de ta prostate et aux réactions qu’elles déclenchent un peu partout ailleurs.

    En réponse à tes questions :
    • En effet le rythme de tes contractions est celui qui te convient. Fais des essais, inspire-toi des témoignages que tu lis. Ça peut aller du « Do nothing » (tu focalises toute ton attention sur tes sensations sans chercher à créer un mouvement) à un effort conscient de déplacer ton masseur par des alternances de contractions anales et de poussées rectales ou d’alternances de contractions anales diverses et de relâchement. N’oublie pas que la respiration abdominale peut venir compléter très utilement le travail sur les contractions.
    • La meilleure position est celle dans laquelle tu te sens à la fois en position confortable, capable de te détendre complètement et dans laquelle ton masseur peut bouger librement. N’hésite pas à changer de temps en temps tu pourrais avoir de bonnes surprises.
    • L’avantage des sextoys vibrants est qu’ils font eux-mêmes la stimulation de ta zone érogène. C’est bien si cette stimulation est efficace sur toi. Tu gagnes du temps pour vivre une nouvelle expérience orgasmique. C’est beaucoup moins bien si ça ne marche pas. En outre la base de l’utilisation d’un masseur prostatique de type Aneros est de développer ta maîtrise neuromusculaire pour accéder à cette expérience. Ce développement te permet d’aller beaucoup plus loin comme tu peux le lire chez nos amis les plus avancés.
    • Dormir avec ton masseur est une des voies à explorer si ta progression te paraît trop lente. Mais elle ne garantit pas plus l’accélération de ton apprentissage que les autres voies. C’est cette voie qui m’a permis d’accéder à l’orgasme prostatique, dans le cadre d’un apprentissage très lent. D’autres n’en ont pas besoin. D’autres ont pu essayer sans en tirer aucun avantage.

    Il existe une forme de discipline qui peut éventuellement t’aider dans ta situation personnelle. Peux-tu envisager de faire l’expérience d’ébats érotiques avec ta compagne sans éjaculation de ta part ? Peux-tu aborder ce sujet avec elle en lui expliquant que l’abstinence éjaculatoire peut t’aider à accélérer ta découverte de l’orgasme prostatique, à accélérer ton « rewiring » ?

    Bon cheminement @raviaulit.

    #37034
    raviaulitraviaulit
    Participant

    Merci @Andraneros.

    Peux-tu envisager de faire l’expérience d’ébats érotiques avec ta compagne sans éjaculation de ta part ?

    Pour te répondre, oui c’est tout à fait quelque chose que je peux faire, dans la mesure où je le fais déjà parfois, dans l’idée de poursuivre quelques heures après.
    Tu dis à propos des masseurs vibrants :

    C’est beaucoup moins bien si ça ne marche pas.

    Qu’entends tu par là ? Est ce que ça pourrait avoir des conséquences négatives sur ma progression ? Sinon je me dis que ça peut toujours être essayé.

    Par ailleurs je dois dire que ma séance d’hier a été assez surprenante. A un certain moment, j’ai commencé à tapoter légèrement mon périnée avec le majeur et l’annulaire, de part et d’autre de la partie du Helix qui remonte et touche le périnée, car cela produisait de petites vibrations délicieuses dans le masseur. Tant et si bien qu’à un moment une grande excitation est arrivée et le plaisir est monté. J’ai cru que j’allais avoir un orgasme, puis c’en est resté là.
    Un peu après, me considérant en fin de session, j’ai commencé à toucher légèrement mon penis et à me masturber (ce que je m’interdis souvent de faire), en même temps que je continuais les tapotements sur mon périnée. Etrangement, je continuais de ressentir davantage de choses provenant du masseur que de mon penis, le plaisir montais et restait davantage focalisé sur ma prostate (?), tant et si bien que j’ai eu mon premier orgasme non-éjaculatoire ! J’ai pu le reproduire deux fois juste après. Au quatrième, j’ai tout de même éjaculé, cependant le sperme n’a pas jailli comme d’habitude, mais coulait en un petit flot continu (j’ai déjà lu ça ici quelque part). Bref, je pense que je n’ai pas eu d’orgasme prostatique à proprement parlé (ces orgasmes ressemblaient d’ailleurs beaucoup à un orgasme classique), mais c’est déjà une nouveauté 🙂

    #37035
    AndranerosAndraneros
    Admin bbPress

    Tu te deamndes @raviaulit après ma réflexion sur les masseurs vibrants :

    Est ce que ça pourrait avoir des conséquences négatives sur ma progression ?

    Non ça n’aurait pas plus de conséquences que d’essayer un nouveau masseur sans vibration qui ne te conviendrait pas. Les masseurs à vibrations ont un avantage, les vibrations quand leur stimulation est efficace pour te conduire à l’orgasme. Ils ont deux inconvénients :
    1. Les vibrations quand elles ne produisent aucun autre effet qu’insensibiliser ta zone prostatique et briser l’espoir que tu pouvais nourrir ;
    2. Leur diamètre supérieur à celui des masseurs de type Aneros, inévitable pour offrir le volume nécessaire au(x) mécanisme(s), les rend nettement moins mobiles dans le rectum, au moins pour les débutants.
    Ma réflexion était plutôt ironique et était basée sur le fait que les fabricants nous font penser que l’orgasme serait automatique avec ces produits vendus plus chers et qu’en conséquence la déception de l’acheteur serait d’autant plus forte qu’il a payé plus pour acheter une promesse qui ne serait pas tenue.

    j’ai commencé à tapoter légèrement mon périnée avec le majeur et l’annulaire, de part et d’autre de la partie du Helix qui remonte et touche le périnée, car cela produisait de petites vibrations délicieuses dans le masseur. Tant et si bien qu’à un moment une grande excitation est arrivée et le plaisir est monté. J’ai cru que j’allais avoir un orgasme, puis c’en est resté là.

    Ton massage extérieur a clairement renforcé l’action de ton Helix. La vague de plaisir que tu as ressentie était, de mon point de vue, un embryon d’orgasme prostatique. Le plus souvent le plaisir prostatique ne se découvre pas en passant du noir à la lumière éclatante mais en passant par des sensations de plaisir non reconnu comme orgasmique de plus en plus puissantes jusqu’au moment où tes amis un peu plus avancés te disent que ce sont bien des orgasmes. Je pense que ce que tu as vécu était un embryon d’orgasme.

    Tu illustres ma remarque avec la suite de ton expérience :

    je continuais de ressentir davantage de choses provenant du masseur que de mon pénis, le plaisir montais et restait davantage focalisé sur ma prostate (?),

    Selon ce que tu dis tes réactions à ta nouvelle forme se stimulation naissent bien dans la zone prostatique.

    tant et si bien que j’ai eu mon premier orgasme non-éjaculatoire ! J’ai pu le reproduire deux fois juste après.

    3 orgasmes consécutifs à 42 ans sans aucune période réfractaire ni éjaculation, de mon point de vue ce sont bien des orgasmes de même nature que les orgasmes prostatiques. Ils sont le développement plus complet de ta première vague de plaisir purement prostatique / périnéale, sans doute facilités par l’excitation supplémentaire que t’apportait la stimulation de ton pénis.

    Au quatrième, j’ai tout de même éjaculé, cependant le sperme n’a pas jailli comme d’habitude, mais coulait en un petit flot continu (j’ai déjà lu ça ici quelque part)

    Effectivement c’est souvent ainsi que commence une combinaison d’orgasme prostatique et d’orgasme éjaculatoire.

    (ces orgasmes ressemblaient d’ailleurs beaucoup à un orgasme classique)

    C’est une des formes que peuvent prendre les orgasmes prostatiques.

    Tu nous disais au début du mois dans ton message d’ouverture :

    C’était une sensation agréable, mais loin d’être aussi forte qu’un orgasme. 

    Maintenant tu as atteint le niveau de l’orgasme. Même si la suite de ton cheminement n’est pas linéaire il me paraît évident que tu progresses.

    Bon cheminement @raviaulit.

13 sujets de 1 à 13 (sur un total de 13)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.