Ce sujet a 80 réponses, 22 participants et a été mis à jour par matou8313 matou8313, il y a 3 ans et 5 mois.

20 sujets de 41 à 60 (sur un total de 81)
  • Auteur
    Messages
  • #14383
    Avatar
    hector
    Participant

    Merci pour ces conseils 🙂 Effectivement, je crois que j’ai quelques habitudes dont il faut que j’arrive à me débarrasser.
    En tout cas, l’aneros m’apporte d’autres bonus comme une hausse de ma libido et une meilleur durée.
    La suite à la prochaine session 🙂

    #15355
    Avatar
    Fred69
    Participant

    Bonjour,
    avec mon épouse, nous sommes des épicuriens et curieux de tout, c’est donc naturellement que notre complicité et l’envie de jouer est présente, tout comme l’envie permanente de faire plaisir à l’autre.
    Pour nous résumer, le plaisir de l’un passe par celui de l’autre.
    En recherchant des avis et tests sur des toys, je suis tombé sur votre site et notamment sur l’orgasme prostatique, totalement inconnu pour moi, et pourtant, ce n’est pas faute d’être curieux.
    Nous jouons beaucoup ensemble, et l’excitation des caresses anales sont très présentes et tres appréciées, pour l’un comme pour l’autre.
    Je me suis pris d’intérêt pour ce sujet et ce plaisir nouveau, et j’ai pris le temps de lire le traité d’aneros ainsi que les témoignages de votre site sur ce sujet.
    Je ne cache pas ma surprise quant à ce que j’ai lu, et les montées de plaisir que cela procure avec le temps.
    Nous pouvons parler de tout ensemble avec mon épouse, et pour moi il était naturel que je lui fasse part de ma découverte sur ce sujet.
    Je suis très excité par la découverte de nouveaux plaisirs, et surtout par la suite pouvoir en profiter dans mon couple, d’une manière ou d’une autre.
    Pour tout dire, nous avons même acheté un progasm il y a pas mal de temps, mais ne savions pas comment s’en servir (mauvaise utilisation), ou du moins comment cela fonctionne, jusqu’à la découverte de tous ces articles.
    Je n’ai donc pas encore commencé ma première session, car je voulais vraiment lire les témoignages ainsi qu’une nouvelle fois le traité afin de pouvoir créer de bonnes conditions.
    Je lis des choses essentielles, qui font écho en moi d’ailleurs, c’est cette nécessité de relaxation, de respiration et de lacher prise, état d’esprit que j’aimerai vraiment approfondir, d’autant plus qu’il amènerait, avec le temps, à ce nouveau plaisir.
    J’ai une ouverture d’esprit assez large, j’avoue avoir été surpris par les témoignages, et surtout l’ampleur des orgasmes décrits, mais intrigué.
    L’écoute de son corps est à priori très importante également, et je pense que c’est une très bonne chose, même dans le quotidien et pas uniquement dans la recherche du plaisir prostatique.
    Je me permets ce post (ce qui est très rare pour moi) car je trouve votre site très intéressant, et surtout très à l’écoute de ceux qui apportent leur témoignages et expériences, et la qualité de vos réponses.
    Je suis persuadé que vos conseils me seront très utiles, et nécessaires dans la progression vers ce nouveau plaisir, qui nécessite patience, écoute et persévérance.
    Encore merci pour tout ce que vous avez ecrit jusque là, car cela a suscité la curiosité, mais plus encore, l’envie de découvrir le plaisir prostatique et en faire profiter mon couple, pas uniquement moi.
    Je vous ferai part de mes sensations lors de ma première session.
    Peut être une question aussi déjà. Est il intéressant d’utiliser l’aneros durant le sommeil, qui en principe n’est pas pollué par un manque de concentration ou autre, afin de voir ou sentir d’éventuelles sensations ?
    Encore merci. Fred

    #15360
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Bienvenue @fred69.

    Vous avez tous les éléments nécessaires pour commencer votre cheminement vers le super O’ dans les meilleures conditions. Vous bénéficiez en outre, selon votre présentation, d’un atout important, la complicité active de votre épouse. Je vais simplement répéter ce que vous avez déjà très vraisemblablement bien compris ; n’attendez rien d’autre de vos sessions que la satisfaction de prendre du temps pour vous. Tout ce qui viendra en plus est du bonus et même après avoir lu le Traité d’Aneros et les témoignages présentés sur le site vous serez émerveillé de ce que vous découvrirez.

    Pour répondre à votre question le port du masseur pendant le sommeil n’est qu’une option . J’ai retenu cette méthode dans la mesure où j’avais le sentiment de ne pas avancer lors de sessions << normales >> faute de parvenir à me détendre suffisamment. Cette méthode n’est pas conseillée sur le site officiel. A vous de faire les expériences qui vous paraîtront utiles et de choisir votre voie en fonction des résultats que vous obtiendrez. Votre cheminement sera personnel ; conservez votre ouverture d’esprit et votre curiosité.

    Bon cheminement @fred69.

    #15556
    Jieffe
    Jieffe
    Participant

    Bonjour,

    Ma première session, puisque c’est le sujet.
    Après avoir parcouru les forums en long, en large et en travers, après avoir maintes fois lu le traité (il faut ici souligner le travail et le désir de partager, merci à NXPL), je me suis lancé.
    J ‘ai très vite pris la décision d’acquérir un helix, ne sachant quand est ce que j’aurai le plaisir d’en avoir l’utilisation, mais il fallait que ce moment venu, aucun obstacle ne se mette en travers de mon chemin.
    J’ai enfin pu m’organiser une session ce dimanche matin, mais je savais pertinemment que je ne réunissais pas les conditions idéales. Une heure de temps, stressé par le timing et le fait que je pouvais être potentiellement dérangé (peu de chance, mais bon, pas le risque ‘0’). Je suis donc parti avec en tête juste la découverte, voir ce qu’il se passe, ce que je peux ressentir, l’insertion de l’aneros… Rien n’est rentré dans mon anus jusqu’à présent à part un tout petit doigt de temps en temps. A ce stade de mon histoire, je dois préciser qu’il y a bien longtemps que je m’ intéresse à cette partie de mon anatomie, étant persuadé qu’il s’y passe quelque chose. Mais les pénétrations diverses ne m’ont pas emmené beaucoup de plaisir, sauf une fois, ou j’ ai pu insérer un doigt plus loin que d’habitude, et je me suis fait un massage de la prostate sans vraiment le savoir (c’est comme ça que je le vois maintenant). J ‘avais décidé ce jour là de ne pas toucher à mon pénis, et d’essayer de jouir, ou tout au moins aller aussi loin que possible dans le plaisir, mais sans masturbation classique. Et là, il s ‘est bien passé quelque chose, que je n’ai pas compris, mais qui m’a déclenché un grand plaisir. Je n’ai jamais depuis pu reproduire cette sensation, mais je ne savais pas vraiment ce que je faisais. Je me souviens que ce jour là, j’étais dans une disposition particulière; je m’étais programmé, projeté en tant que femme. (Pour info, je suis complètement hétéro, n ‘ai jamais eu d’expérience homosexuelle mais n’ai aucun problème avec ça, je ne suis pas attiré par les hommes et j’aime trop le corps des femmes). Comme je l’ai dit dans ma présentation, je suis jaloux de la puissance orgasmique des femmes. Cette passivité, cette lascivité qu’elles montrent lors de l’orgasme, elles se laissent submerger, envahir par le plaisir. C ‘est cette image que j’avais ce jour là, et c’est dans cet état d’esprit que j’étais. Mais je suis bien convaincu que la zone anale est une zone érogène, et pas des moindres.
    Mais revenons à ce dimanche matin, une fois l’anéros en place, je tente de me détendre avec Rumela (Phantasmic journey, qui ne me semble pas la meilleure piste à suivre, mais j’y reviendrai). Je pratique déjà la relaxation, et arrive à me placer quelque fois dans des états de détente profonde, très agréable. Je sais donc ce que je cherche, m’en approche, mais n’y parviens pas complètement. Je suis trop soucieux du temps qui passe. Malgré tout, je ressens durant cette période un fourmillement quelque part en moi. Je pense que mon anéros est en train de glisser… je vérifie, mais non, il est bien en place. J’en conclue que c’est ma prostate que je ressens. Un petit fourmillement bien agréable, j ‘essaie de me concentrer dessus, de l’ accompagner, de le faire grandir, mais je n’y parviens pas. Tant pis, un peu pressé, je décide de faire différent essais avant d’arrêter ma session. Je commence donc quelque contractions de mes sphincters, gentiment. Il ne se passe pas grand chose, mais je le sais, je suis prévenu grâce à vous tous. Et puis je décide de me caresser, un peu partout (en évitant le pénis), je fais des mouvements du bassin, un peu comme les femmes le font quand le plaisir monte (j’y reviens…). Et la me monte une vague de plaisir, si soudaine que je n’en ai pas identifié la source. Peu importe, je continue et mes mains se dirigent vers mes seins, que je me mets à pétrir, disons à masser fortement. Je me masse aussi les tétons, comme j ‘ai pu le lire plus d’une fois ici. J’avais déjà essayé ‘à froid’, et j ‘en avais conclu que ce n’étais pas pour moi. Et bien je m’étais bien trompé. Ce massage m’a fait littéralement décoller. Je ne sais pas vraiment ce qu’il s’est passé, ni combien de temps ça a duré (plusieurs secondes), mais mon dieu que c’était bon. Mon sexe a durci, alors qu’il ne l’était pas jusqu’à présent, j’ai cru que j’ allais éjaculer, mais non, pas d’éjaculation. J’ai tenté à ce stade de gérer les contractions, et je dois bien avouer que je serais bien en peine de vous en faire une description détaillée. Je ne sais pas si mon corps les gérait tout seul. J’ai tenté de prendre le contrôle, je sais que j’en ai au moins fait une, un peu appuyée tout de même (entre maxi et mini), mais je dirais qu’elle m’était imposée.
    Bref, j ‘ai un peu eu l’impression de vivre cette condition de femme, et c’était excellent. Le plaisir que j’ai ressenti est déroutant, tant nous sommes programmé pour ne ressentir du plaisir que par notre pénis. Là, le plaisir est diffus, il irradie dans tout le corps. Je n ‘ai pas ressenti de zone particulière, pas une partie de mon corps qui se démarque à ce niveau là. C’est vraiment déroutant, mais j’ai adoré.
    Comme ma session devait se terminer, j’ai fait quelque chose que je regrette, et que je mettais promis de ne pas faire, mais je n’ai pu résister, une masturbation classique, avec éjaculation, qui s’est avérée excellente, mais j’ai un peu peur qu’elle nuise à la suite de mon apprentissage. Qu ‘en pensez vous?

    Une nouvelle fois, je vous remercie à tous, et particulièrement NXPL et Andraneros pour leur partage et leur accompagnement. Vraiment, sincèrement.

    #15559
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Votre première session a été riche en sensations, voire en émotions, @jieffe. Vous n’avez rien à regretter. Vos expérience précédentes, plaisir prostatique (?) et relaxation, votre désir très profond d’initier votre cheminement et le recul avec lequel vous avez engagé votre session vous ont permis de vivre une expérience forte qui vous apporte immédiatement une belle récompense.

    Ne culpabilisez pas pour cette masturbation manuelle finale. Si vous faites attention à ne pas renouveler trop souvent cette association entre la découverte du plaisir prostatique et l’orgasme avec éjaculation, vous ne bloquerez pas votre progression vers le Super O’. Les prochaines fois essayez d’attendre 1 heure au moins après la fin de votre session pour vous accorder cette récompense. Ce conseil est surtout très important au début de votre cheminement tant que vous n’avez pas encore acquis un certain degré de maîtrise dans le ressenti prostatique.

    Quand vous dites « j’ai cru que j’ allais éjaculer, mais non, pas d’éjaculation. J’ai tenté à ce stade de gérer les contractions » avez-vous ressenti des pulsations au niveau du pénis ou plutôt des contractions musculaires plus ou moins localisées ? Dans le premier cas vous avez peut-être vécu votre premier mini O’.

    Merci de nous avoir apporté votre témoignage si riche en informations très utiles pour nos autres amis qui s’apprêtent eux aussi à découvrir l’orgasme de la prostate. J’ai l’impression que vous reviendrez très vite nous faire part de progrès qui vous étonneront même après avoir lu, comme vous nous le dites, le Traité d’Aneros et les témoignages du forum. Bon cheminement @jieffe.

    #15560
    Jieffe
    Jieffe
    Participant

    Bonjour Andraneros,

    Quand vous dites « j’ai cru que j’ allais éjaculer, mais non, pas d’éjaculation. J’ai tenté à ce stade de gérer les contractions » avez-vous ressenti des pulsations au niveau du pénis ou plutôt des contractions musculaires plus ou moins localisées ? Dans le premier cas vous avez peut-être vécu votre premier mini O’.

    Et bien pour être tout à fait honnête, je ne sais pas vraiment ce qu’il s’est passé. J’essaie d’y repenser, de me souvenir de ce qu’il s’est passé, mais j’ai vraiment du mal. Cet ‘orgasme’ m’a surpris tant je ne m’attendais à rien de particulier. Comme je l’ai précisé, j’étais plutôt dans une phase exploratoire, dans l’essai, le test. Je pense vraiment que j’ai a ce moment là perdu le contrôle de mon corps, tout en étant conscient de ce qu’il se passait, disons plus ou moins. Difficile à décrire.
    Alors je n’ai pas le souvenir de tremblements particuliers, ni de contractions particulières, hors mis une contraction un peu appuyée de mon anus. Mon bassin s’est soulevé, et ça je pense que ce n’était pas volontaire, je n’ai pas ressenti de chaleur particulière comme souvent décrit, mais un grand plaisir dans mon corps entier. Pas de point de départ particulier, c’est très déroutant pour un homme. Je pense que les femmes sont plus habituées à ce genre de plaisir.
    Je n ‘ai pas ressenti de contractions musculaires ni de pulsation au niveau du pénis, tout au moins je n’en ai pas le souvenir. Je pense qu’il s’agit bien d’un orgasme, mais dans quelle catégorie le placer??? En tout cas, je dirais que c’est probablement le meilleur orgasme que j’ai pu ressentir. Mais je finis par me demander si ce n’était pas de l’auto suggestion. Je m’explique, ce plaisir que j’ai ressenti, c’est celui que je cherche. Un plaisir qui se rapproche de celui de la femme, ou tout au moins de ce que j’en imagine, de part les renseignements et témoignages que j’ai pu glanés de ci de là. J’ai déjà vécu une expérience ou deux troublantes. Sans accessoire, sans manipulation, juste en m’imaginant femme, en essayant de me mettre à la place d’une femme pendant l’amour, avec êtrede très légères contractions anales, j’ai ressenti un début de plaisir. C’est arrivé une fois ou deux, pas plus. Il faut être dans une disposition particulière.
    C’est une immense ouverture que cette aventure. Imaginez que nous allons pouvoir mieux nous comprendre sexuellement hommes et femmes. C’est génial.
    Attention, je ne crie pas victoire. Je pense que j’ai encore beaucoup de chemin à faire, et que mes prochaines sessions peuvent être infructueuses, et je m’estime vraiment chanceux d’avoir vécu ce que j’ai vécu.
    Promis, je ne masturberai plus… :). J ‘ai hâte de faire ma prochaine session, mais j’ai beaucoup de mal à me dégager du temps. Je ne sais pas encore comment m’organiser. Il faut bien reconnaitre que c’est tout une préparation, qui a ses bons côtés, mais qui demande du temps.
    Je suis heureux Andraneros. Merci encore une fois à vous deux pour ce site. J ‘ai trouvé ce que je cherchais depuis longtemps (même si encore une fois je ne crie pas victoire), et ce grâce à vous. Je ne l’aurais peut être jamais trouvé.
    Longue vie à vous. Peut être qu’une nouvelle ère s’ouvre à l’homme, et la femme ne sera pas oubliée, et vous en êtes les précurseurs.

    #15562
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Bien avant la création de ce blog :

    L’avenir de l’homme est la femme
    Elle est la couleur de son Ame
    Elle est sa rumeur et son bruit
    Et sans Elle, il n’est qu’un blasphème.

    Le Fou d’Elsa (1963)
    Citations de Louis Aragon Source citations sur la page Louis Aragon – Citations Proverbes et Dictons de Louis Aragon – Dicocitations
    repris par Jean Ferrat :

    Je déclare avec Aragon
    La femme est l’avenir de l’homme

    Citation extraite de l’article Louis Aragon sur wikipedia :

    Après le décès de son épouse en 1970, Aragon affiche sa bisexualité que Drieu la Rochelle avait évoquée dès les années 1930, dans Gilles notamment.

    Bon cheminement à tous.

    #15565
    lucky
    lucky
    Participant

    B’jour tous,

    Lieffe : La question de la féminité se pose crucialement dès lors que l’on essaie d’atteindre ces orgasmes profonds. Pour moi, cela se traduit par le rejet complet des représentations sociales d’antan, tels que hétéro, homo, bi…homme, femme. Je me sens désormais comme un être féminin soumis et pris par une « énergie » ou « phallus » sexuel, spirituel, divin. Tout se passe comme si j’avais atteint une sorte de conscience de derrière la conscience. Ca me donne une joie sans pareille.

    Voici mes sensations lorsque je me détends au moment du coucher sans aneros.
    Je me décontracte et je me vis comme un être féminin. Je mets mes bras au-dessus de ma tête. Aussitôt, j’ai plusieurs spasmes dans le bas-ventre. En fonction des moments, ça continue ou pas. Si ça ne continue pas, et que j’ai envie d’avoir un orgasme, alors je me caresse. Des caresses toutes douces, sur mes épaules, sur mes hanches, sur mon ventre et surtout pas sur les zones érogènes habituelles, ni tétons, ni sexe. Je demande l’orgasme, je ne le commande pas. Les spasmes viennent et reviennent, parfois c’est plus fort. Je passe des mini 0 au super 0 à un rythme plus ou moins régulier. Puis je mets mes doigs sur mes tétons, je ne masse pas, j’exerce juste une petite pression. Et là à chaque fois, ça me fait décoller, j’enchaîne plusieurs super 0 et une excitation qui est à peine soutenable, qui ressemble à du supplice dont je me libère par un orgasme particulier que je saurais dire car il ne ressemble pas vraiment à un super 0 mais à quelque chose d’autre encore.
    Je peux, je fais ou pas, mais je peux alors caresser mon sexe mais jamais le masturber. Et là j’enchaîne de nouveaux des mini et super 0 à un rythme infernal. Je ne me masturbe plus, la seule chose que je fais pour obtenir un super T, orgasme éjaculatoire ++, c’est que je pose un vibro sur le frein de mon sexe et je caresse un téton en même temps. Alors après plusieurs mini et super 0, j’obtiens un super T, puis encore des mini et super 0 et j’arrête.

    Voilà à un poil de chameau près ce qui m’arrive en ce moment tous les soirs, mais aussi dès que je me réveille. Je peux pas éjaculer à chaque fois, c’est trop !

    Si j’ai raconté cela, c’est parce qu’il me semble que lieffe, tu es sur cette voie. Je pense qu’il faudrait travailler encore plus cette sensation de féminité et te laisser aller au maximum et à chaque moment, même si ça te surprend. Décontraction maximale, idée que ton corps est celui d’une femme, que tu portes un vêtement féminin, et que tu te donnes totalement à l’être divin, cosmologique, extra-terrestre ou à toi-même ……. Hi hi !

    Le chemin est là !
    A bientôt
    Julie G

    #15625
    Avatar
    Garrett
    Participant

    Merci @lucky

    C’est exactement le commentaire que je désirais lire un jour, pour avancer dans mon cheminement. Préciser qu’il faut se concentrer sur sa féminité, et peut être aller jusqu’à se travestir en femme (en fantasme)pour profiter et décupler au maximum nos chances d’avoir des super O. Je l’entrevoyais déjà dans mes sessions, mais par habitude et facilité je préférais me concentrer sur un fantasme classique de pénétration.

    Je reprécise ici, pour ceux qui voudraient essayer ou le pense trop difficile, que je pratique aussi sans aneros, et que le plaisir surgit très vite. Je suis impatient d’essayer les méthodes de @lucky pour maximiser tout ça.

    #15627
    lucky
    lucky
    Participant

    Bonjour emeric,

    Je ne sais pas si on peut appeler cela une méthode.
    C’est venu comme ça !
    C’est comme si j’avais réveillé ma prostate et toutes les zones érogènes autour de l’anus et que cela s’était étendu à tout le corps. C’est assez incroyable en fait.
    C’est le réveil de la sensibilité et elle est typiquement féminine.
    Pour progresser, je vise toujours le lâcher prise, l’envie d’être à la disposition de l’être spirituel qui me prend, totalement et sans protection. Le sans protection est difficile. C’est là-dessus que pour ma part je travaille au niveau de la relaxation. Il doit y avoir moyen d’aller plus loin encore et d’être corps et âme soumise à cet être. Je crois que j’ai réussi à basculer du côté de la sensibilité, de me vivre sensiblement comme un être féminin. Et c’est de plus en plus présent dans tous les aspects de ma vie. En écrivant je viens de me rendre compte que l’idée de me sentir ouverte tout le temps sans protection semble pour moi le chemin à suivre.

    A bientôt
    Julie G

    #15645
    Jieffe
    Jieffe
    Participant

    Bonjour,

    Tout se passe comme si j’avais atteint une sorte de conscience de derrière la conscience. Ca me donne une joie sans pareille.

    (Je tente une manip (insérer une citation), mais je ne sais pas si elle va fonctionner. Je m’en excuse par avance.)

    Je dois bien reconnaitre que depuis que j’ai découvert ce site, j’ai changé. Et plus encore depuis ma première séance. Je vois le monde différemment, je me sens plus serein, plus calme. Un peu comme si je savais, comme si j’avais découvert quelque chose qui me permet de prendre du recul par rapport à tout en fait. Cela m’aide énormément dans mon quotidien. Il y a vraiment une dimension spirituelle dans cette sexualité. Comme si tout le reste passait en second plan. Et moi aussi, ça me procure une grande joie.

    C’est comme si j’avais réveillé ma prostate et toutes les zones érogènes autour de l’anus et que cela s’était étendu à tout le corps. C’est assez incroyable en fait.
    C’est le réveil de la sensibilité et elle est typiquement féminine.

    (nouvelle tentative 🙂 )

    Comme je l’ai écrit, il me semble que dans l’acte sexuel, le corps entier de la femme devient un élément sensible. Son corps entier peut lui procurer du plaisir. C’est l’idée que je m’en fais.

    #15690
    Avatar
    ancun51
    Participant

    Bonjour,

    je suis à la recherche de l’orgasme prostatique; j’essaie avec mes doigts mais ne trouve pas de plaisir.
    pourtant, la douceur du doigt devrait être agréable ? non ?
    j’ai pris beaucoup de plaisir à une époque à me doigté, j’ai arrêté depuis que je tente de reprendre, je n’arrive plus à prendre du plaisir.
    Lorsque je me caresse l’anus, cela me brûle. j’y met de la salive et même avec du gel, cela n’est pas agréable.
    il faut , je pense trouver un moyen que la caresse m’excite, comment dois-je m’y prendre ?

    Merci de vos conseils.
    Cdlt

    #15693
    Jieffe
    Jieffe
    Participant

    Bonjour,

    Nouvelle séance hier. Un peu moins bien que la première, mais bien tout de même. L’esprit un peu préoccupé, j’ai un peu de mal à me placer dans de bonnes conditions (ce fameux sentiment de se sentir femme dont j’ai déjà parlé), je parviens pourtant à me détendre. Je commence à ressentir l’aneros sur ma prostate, parce que fait étonnant, j’ai ressenti beaucoup de plaisir lors de ma première session, mais je ne ressens pas vraiment l’aneros sur ma prostate. Bref, peu importe pour le moment, le but étant de ressentir du plaisir.
    Après un moment de relaxation, je commence des contractions, que je ne sais pas bien gérer, mais j ‘ai cru observer qu’il fallait que je maintienne une contraction suffisamment forte (entre rien et tout je dirais), alors que lors de ma première séance, le plaisir est venu après un relâchement total de mon anus. Et là donc, le plaisir est venu, de je ne sais où, diffus une fois de plus, dans tout le corps. Cet orgasme, que je classerais dans les mini O, n ‘a pas éclaté comme la première fois. J’ai donc laissé tomber, et me suis remis à me relaxer. Une deuxième vague de plaisir est arrivée quelques minutes plus tard, à quelque chose près identique à la première. Pas d’aboutissement du plaisir, mais un grand plaisir tout de même.
    J ‘ai pu identifié que le plaisir arrive d’abord avec des frissons sur tout le corps, et le plaisir s’intensifie, se diffuse dans tout mon corps, toujours pas de localisation précise. J’ai vraiment du mal à le décrire, et je maintiens qu’il est fort déroutant, parce que non localisé, mais il m’arrache des gémissements, ce que ne parviens pas à faire l ‘orgasme éjaculatoire classique.
    Il faut absolument que je m’organise et parvienne à me dégager du temps pour mon cheminement.

    Ancun51, je ne suis pas la meilleure personne pour te conseiller, mais je sais que le plaisir prostatique se « mérite », se travaille. Il faut du temps pour l’apprivoiser, et si tu parcours les forums tu verras que bon nombre n’ont pas trouvé le plaisir tout de suite, et certains l’ont trouvé alors qu’ils allaient abandonner. Tout ce que je peux te dire, c’est qu’à mon sens, si tu as déjà connu du plaisir par cette voie là, tu en retrouveras certainement. En revanche, le fait que ça te brûle quand tu te caresses me fait penser à un problème médical, ou à une alimentation trop épicée???

    #15695
    Jieffe
    Jieffe
    Participant

    Re,

    J ‘ai oublié de vous parler d’un problème que je rencontre avec la poignée de manipulation. Je dois avoir les fesses trop plates, et même avec des coussins, cette fichue poignée touche le matelas et décale l’anéros. Je suis un peu obligé de le remettre en position régulièrement. Est ce que vous avez déjà rencontré ce problème. Je pourrais la couper, mais je trouve qu’esthétiquement, elle rajoute à l’objet un côté mystique que j’aime bien… C’est con, mais avant de prendre une décision radicale, je me renseigne pour savoir si vous avez pu contourner le problème.

    #15696
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Bienvenue sur notre forum @ancun51,

    Toute caresse, tout massage de détente devrait être agréable voire apporter un grand plaisir. Mais souvent notre environnement culturel, notre psychologie ou des problèmes physiologiques ne permettent pas d’obtenir le bénéfice attendu.

    Vous nous dites que vous utilisez votre salive voire du « gel », sans préciser sa nature, comme lubrifiant. Si vous avez parcouru ce site, ce forum ou le Traité d’Aneros vous savez à quel point la qualité du lubrifiant est importante pour le massage de l’anus, du rectum et de la prostate. Vous pourrez peut-être améliorer vos sensations en choisissant un lubrifiant adapté à cette forme de massage.

    La brûlure que vous ressentez maintenant n’est évidemment pas normale, d’autant plus que vous nous dites « j’ai pris beaucoup de plaisir à une époque à me doigter ». Depuis combien de temps ressentez-vous cette brûlure ? Est-ce que vous ressentez cette brûlure comme une petite gêne ou plutôt comme une vraie douleur ? D’après ce que vous nous dites, je pense comme @jieffe que la consultation d’un médecin serait utile pour résoudre ce problème.

    Cette démarche n’est peut-être pas facile pour vous à ce moment, mais vous pouvez aborder le sujet tout naturellement en disant à votre médecin que vous avez constaté cette forme de brûlure en allant aux toilettes. Selon son diagnostic (hémorroïdes, fissure anale, autre…) il vous soignera ou vous enverra chez un spécialiste.

    Si votre médecin ne trouve aucune cause physiologique à votre sensation de brûlure et si l’utilisation d’un lubrifiant adapté n’apporte aucune amélioration, votre problème serait donc d’ordre psychologique. Dans ce cas vous pouvez engager un nouveau processus d’apprentissage pour réapprendre à ressentir du plaisir avec le massage anal. Votre témoignage apporte peu d’informations sur votre environnement. Vivez-vous seul ou en couple ? Si vous êtes en couple vous pouvez demander à votre compagne ou compagnon de vous aider à vous réapproprier votre corps.

    Nous pouvons difficilement répondre directement à votre dernière question @ancun51 mais j’espère que ces réflexions vous aideront à engager votre cheminement sur de bonnes bases.

    #15697
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    @jieffe ton expérience te confronte à deux aspects du cheminement vers le Super O’. Le premier est que ta progression n’est pas linéaire. Certaines sessions sont moins satisfaisantes que d’autres, sans être pour autant dénuées de bonnes sensations. Ainsi va la vie. Le second est que le cheminement consomme du temps et demande, particulièrement quand on débute, un réel effort d’organisation tant pour son hygiène que pour son intimité. Ton cheminement t’impose un rythme de vie différent comme la pratique d’un sport ou d’une discipline de développement personnel. Chacun doit s’adapter en fonction de ses propres contraintes et des autres objectifs qu’il se donne dans la vie.

    J’ai rencontré le même problème avec la poignée de mon Helix. Je l’ai résolu en coupant cette poignée à environ 4 cm de l’axe du pied du masseur et polissant l’extrémité du moignon avec le côté doux d’une lime à ongle en carton classique. Ainsi j’ai gagné 2 à 3 cm d’encombrement tout en gardant un élément qui aide le masseur à rester correctement centré, dans la mesure de la rigidité de mon fessier.

    Bon cheminement @jieffe.

    #15702
    Jieffe
    Jieffe
    Participant

    Bonjour Andraneros,

    @jieffe ton expérience te confronte à deux aspects du cheminement vers le Super O’. Le premier est que ta progression n’est pas linéaire

    Ben oui, ça je le savais. Merci la lecture de NXPL… Ça reste un peu frustrant, mais quand on tient compte du fait que je suis débutant, que je ne suis pas dans une disposition ni dans les conditions idéales (temps, stress, fatigue…), je m’estime vraiment chanceux d’avoir vécu ce que j’ai vécu. Ça reste une étape, j ‘en suis bien conscient.

    Le second est que le cheminement consomme du temps et demande, particulièrement quand on débute, un réel effort d’organisation

    Ben oui, je suis bien d’accord, et pour le moment je ne sais pas comment faire, mais je vais trouver une solution.

    J’ai rencontré le même problème avec la poignée de mon Helix. Je l’ai résolu en coupant cette poignée à environ 4 cm

    Je verrai dans l’avenir, mais j’aime assez sa forme pour le moment. Je sais bien que ce n’est pas le plus important, mais bon, on ne se refait pas. Je pense que je serais bien obligé de passer par là… Merci encore une fois pour tes conseils toujours avisés, et de ta disponibilité.

    #17175
    nikos
    nikos
    Participant

    Bonjour,

    Commençons par des détails techniques très glamours mais tellement évidents… Si on ne se sent pas bien physiquement à 100%, ça marche pas. Une petite envie de pisser peut ruiner une séance, un repas trop riche, une fatigue ou une préoccupation particulière tout autant. Dernièrement suite à divers virus intestinaux (merci les enfants :), une petite crise d’hémorroïdes m’avait coupé dans mon élan de découverte. La crise s’étant calmée, je tente une nouvelle session nocturne. J’en suis à une dizaine de sessions. Cela faisait une semaine que je n’avais pas pratiqué et je n’en pouvais plus d’attendre 🙂

    A l’insertion je sens que les veines de l’anus sont encore un peu sensibles, ressens quelques grosses contractions réflexes d’expulsion désagréables mais gérables. Rapidement la décontraction fait disparaître toute gêne et je décide donc de poursuivre ma session. Je découvre cette nouvelle zone de mon corps et sa fragilité… Pendant la détente, de toutes petites étincelles de plaisir partant de la prostate et remontant le long de la colonne vertébrale apparaissent.

    Sensation étrange et nouvelle à la caresse du téton droit: toutes les terminaisons nerveuses du téton jusqu’à la fesse répondent de concert à ce stimulus. Re-cablage de terminaisons nerveuses ?

    Le point de contact entre l’aneros devient électrisé lorsque j’entame les contractions volontaires. C’est étrange, cela ne génère pas spécialement de plaisir sans être pour autant désagréable. Sensation neutre. Tout cela est ludique, même si il s’agit toujours de sensations très furtives, légères, presque auto-suggérées.

    De très légères contractions involontaires pointent timidement le bout du nez depuis quelques séances, je m’efforce de les entretenir sans qu’elles ne génèrent de plaisir clairement identifiable pour l’instant.

    Ressentant une légère gêne au niveau des sphincters après 3/4 d’heure je décide de retirer l’hélix et de me détendre quelques instants avec le tempo. Le contact de son petit corps lisse en acier, le contraste de température entre le métal et la chair sont divins. En passant sur le ventre, il s’enfonce un peu plus à chaque contraction jusqu’à être complètement inséré jusqu’à la dernière boule à sa base avant la garde. Et alors pendants quelques instants, la sensation de cette petite boule frottant sur les sphincters externes est très voluptueuse. La sensation ressemble à celle éprouvée lors d’une stimulation « classique » du gland, lorsque l’on est sur un plateau d’excitation avant de basculer dans la montée orgasmique. Sauf que là il s’agit de mon anus qui est excité. C’est inédit pour moi et assez émouvant 🙂 J’arrive à entretenir cette sensation qqs secondes avec qqs contractions rythmées mais un poil fortes. Le manque de décontraction et la fatigue font s’envoler cette nouvelle sensation. Dommage ça me plaisait bien. Je « craque » et termine ma session par un TO qui arrive très rapidement étant finalement bien excité par ma session. C’est agréable de sentir le petit aneros pomper pendant l’éjaculation.

    Voilà comment se passe mon cheminement de débutant et mes premières sessions. Je sens que la relaxation, la gestion de la respiration abdominale et profonde, le dosage subtil des contractions volontaires légères voire le do nothing seront les clés qui me permettront de progresser. Je sens que mon voyage sera long et plein de découvertes plaisantes. Pour l’instant quasiment chaque session, même si les vagues de plaisir ne sont que très très légères, amène de nouvelles sensations. Cela me motive et me rend impatient d’être à la session suivante. Mes sessions sont nocturnes, une fois femme et enfants endormis, dans un cadre douillet et sécurisant. Elles durent environ 1h à 1h30. Principalement positions chien de fusil ou sur le dos. Lubrification interne + externe sur l’aneros comme suggéré par @NXPL dans Le Traité.

    L’autre aspect important de mes débuts, pas forcément le plus évident : je suis à l’affût d’un moment de calme avec ma femme, l’esprit libéré des contraintes professionnelles, médicales et parentales, pour lui faire part de mon cheminement. Je ne rentrerai pas dans les détails techniques mais je pense plutôt évoquer la découverte de ce petit appareil sous l’angle paramédical (les grosseurs bénignes de la prostate étant une tradition familiale que je souhaite retarder autant que possible). L’envie de partager les mêmes sensations multi orgasmiques qu’elle lorsque nos corps fusionnent. Le plaisir de découvrir ces effets secondaires avec elle pour renforcer nos liens. Mon besoin de trouver un meilleur équilibre émotionnel jour après jour. Affaire à suivre !

    A bientôt

    #17177
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    La lecture de votre témoignage @nikos me fait penser que vous êtes vraiment bien engagé dans votre cheminement Les progrès que vous avez faits en 3 semaines sont formidables. Vos premières séances me paraissent si prometteuses que je pense que vous reviendrez très bientôt nous dire à quel point la jouissance que vous découvrirez dépassera ce que vous connaissez et même ce que vous pouviez imaginer.

    Restez motivé, soyez de plus en plus excité dans l’attente de votre prochaine session, relaxez-vous et écoutez votre corps comme vous le faites déjà si bien. Bon cheminement @nikos.

    #17216
    nikos
    nikos
    Participant

    Merci pour votre réponse qui est très encourageante et réellement motivante @andraneros.

    Gonflé à bloc de motivation, j’ai donc réalisé une nouvelle session hier soir. Je m’étais fixé comme but le relâchement de toutes mes tensions musculaires et une respiration abdominale détendue. Lors de plusieurs sessions précédentes j’avais remarqué que mes contractions anales tuaient assez vite les étincelles de plaisir, j’ai pensé que ces contractions étaient peut être trop fortes même si j’avais alors l’impression de doser.

    Je me suis donc mis en chien de fusil, position qui me permet de relâcher un maximum de muscles. Après une phase de détente de 15min, sans réellement le chercher ni comprendre comment je faisais, j’ai eu l’impression de discerner l’action des sphincters anaux de celle des muscles PC. Je ne saurais l’affirmer catégoriquement, mais il me semblait avoir les sphincters quasi relâchés et les PC très légèrement contractés, peut être entre 10 et 20% de leur max (hum… C’est très subjectif tout ça). Après, j’ai juste maté ce qu’il se passait au travers du petit trou de ma serrure. Les ischios ont vite été parcourus de petits spasmes, puis les fessiers ont fait de même. Déjà heureux de découvrir une réaction totalement nouvelle de mon corps j’ai juste continué, excité comme un gosse à qui on proposerait de monter dans une fusée.

    Peu de temps après, me focalisant sur le point de contact entre l’aneros et ma noix, j’ai découvert une autre nouvelle sensation. Lors des sessions précédentes, la surface de contact perçue était subjectivement faible, déclenchait une petite décharge / étincelle de plaisir qui remontait la colonne vertébrale. Cette fois c’était l’inverse. La surface de contact semblait importante, en fait je percevais toute la face antérieure de l’aneros. Le contact était délicieusement râpeux, surement le grain très fin du plastique de l’hélix classique. Je suis maintenant persuadé que l’Aneros fonctionne finalement parfaitement 😉 J’ai cherché à amplifier ma relaxation tout en maintenant mon niveau de contraction des PC pour accompagner cette autre nouvelle sensation. J’ai réussi à jouer une petite heure comme ça. C’était plutôt excitant de sentir ma petite noix enfler et se faire enfiler par les doux et longs va et viens de Mr Hélix. Mais paradoxalement, le niveau de plaisir ressenti consciemment était très faible.

    C’est un point clé sur lequel jouer lors de mes prochaines séances. Je n’ai pas su m’offrir à mon plaisir et lâcher prise. Non pas que je ne le désirais pas. Non pas faute de relâchement car tous mes membres semblaient très détendus (peut être la suite de mon cheminement me prouvera le contraire). Mon analyse à chaud en deux points :
    – Ma concentration était extrême sur comment entretenir ces providentielles contractions PC, cette attention a écrasé le plaisir.
    – Mon cerveau n’a pas fini de construire sa rampe de lancement à orgasmes prostatiques. Ma petite noix est encore paisiblement isolée dans sa campagne, loin du maelström des afflux nerveux conscients qui l’emporteront probablement un jour.
    Je vais continuer mon entrainement de sportif de haut niveau, ma préparation physique généralisée d’apprenti astronaute, jusqu’à ce que maintenir ce niveau de contraction PC soit naturel. Afin de pouvoir lâcher prise physiquement et surtout mentalement.

    Après cette session, j’ai quand même eu le sentiment que ma prostate était chargé à ras bord de propergol. Jusqu’ici tout est calme sur le pas de tir de la fusée Nikos. Le compte à rebours continue tranquillement. L’apprenti astronaute Nikos est confortablement installé et sanglé au creux de son poste de pilotage conscient. En revanche, il ne sait pas où en est ce gros sadique d’ingénieur Nikos du compte à rebours, planqué qu’il est derrière le poste de commandement de son inconscient. Un peu maso toutefois, l’astronaute Nikos prie pour que le décollage soit violent, il veut se prendre non pas des G, mais plutôt l’explosion de son propre point G en pleine face.

    J’ai terminé ma session sans TO pour ne pas vider mes réservoirs de leur précieux carburant. Je pense que cela aidera mon cerveau à recabler les terminaisons nerveuses plus rapidement.

    Paisiblement redescendu sur terre aujourd’hui. Assis au volant de ma twingo (beaucoup plus modeste comme véhicule spatial), j’avais juste des fourmis quelque part entre l’anus et le nombril. Ce n’était pas une vague de plaisir, juste un petit rappel de ce gros sadique d’ingénieur Nikos planqué dans son inconscient : le compte à rebours continue monsieur Nikos, l’apprenti astronaute. Oh oui ai-je envie de rajouter !

    J’ai discuté ce soir avec ma femme de la pratique du massage prostatique sous un angle plus paramédical que spatial, et j’ai trouvé une oreille attentive et compréhensive. Pour avoir parlé sex toys avec elle récemment, je sais que la pratique spatio-récréative va au delà des limites de sa planète sexe. Je vois ça comme une demie vérité pour notre bien à tous les deux. Plus que par des mots, c’est par le langage des corps que je la fusée Nikos aimerait l’inviter au fil de son voyage à changer d’orbite.

20 sujets de 41 à 60 (sur un total de 81)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.