#15191
luckylucky
Participant

Bonsoir,

J’ai le plaisir d’avoir vécu un, deux super 0. C’était hier soir et les orgasmes ont duré jusqu’à aujourd’hui.
Mon chemin vers le super 0 a été déterminé par mes expériences vécues. Expériences à tous niveaux, tant au niveau méditation (J’ai fait un peu de zen) qu’au niveau du corps (Je pratiquais déjà des caresses anales)… et bien d’autres choses encore.
J’ai eu, avant cette session ultime, 6 sessions avec l’aneros qui ont été diverses, certaines intéressantes (la première), d’autres beaucoup moins. J’ai toujours ressenti quelque chose, des vagues ou des débuts d’orgasmes.
La session d’hier soir qui m’a conduit au super 0 s’est déroulée comme ceci :
Après avoir fait mes rituels du coucher, j’ai installé mon helix. La lubrification est à base d’eau et je ne mets pas de lubrifiant dans mon rectum. Je me suis couché en chien de fusil puis j’ai essayé de me décontracter en relâchant l’ensemble de mes muscles. Ensuite j’ai porté mon attention sur ma respiration. Je respire avec le ventre. Par là-même je crée des mouvements, dans un premier temps sans m’en rendre compte, sur l’aneros qui bouge. Je le sens bouger et puis il bouge tout seul. Je n’ai pas l’impression de faire des contractions volontaires, en fait je n’en fais pas. Je laisse juste ma respiration faire ce travail. Je me décontracte, je respire, j’essaie d’imaginer quelques images érotiques. Hier soir, c’était une paire de fesses que j’ai vue sur le net à propos d’un test.
C’est dans cette situation que les premières vagues de plaisir arrivent. Je les sens, les caresses sur la prostate, l’aneros bouge tout seul. Ca devient de plus en plus fort. Au bout d’un temps, mon sexe commence à bouger. Le plaisir est assez fort. Je n’ai toujours pas fait de contractions volontaires. Il y a juste ma respiration qui s’amplifie à cause du plaisir que je ressens. A une caresse plus intense que les autres, je fais une contraction volontaire où il me semble mettre l’aneros en contact avec ma prostate. (Avant l’aneros était en contact avec ma prostate aussi, mais c’est comme si je le percevais à peine). Je maintiens une pression sur la prostate et je continue à respirer par le ventre et fortement parce que de toute manière je peux pas faire autrement. Le plaisir qui surgit ne me permet pas de respirer posément. J’en suis à une respiration qui ressemble déjà au bruit d’une scie. Ses vagues de plaisir sont, je pense, appelées les p wave.
Le contact avec la prostate donne un plaisir intense. C’est comme une brûlure. C’est alors que surgit des mouvements désordonnés de mon sexe. C’est ce que je crois être des dry 0. Mon sexe devient dur et donne des coups de boutoir tout seul. Je maintiens la pression sur la prostate. Je ne m’arrête pas sur ces dry 0, je veux aller plus loin.
Le contact avec la prostate fait mal tellement c’est fort et le plaisir est de plus en plus fort, au bout d’un moment il y a des spasmes sur mon sexe et sur mon ventre un peu aussi. Je pense que ce sont des mini 0. Je continue à maintenir la pression sur la prostate sans décontracter, c’est pas facile….
Et là arrive un intense plaisir qui fait mal à la fois et qui déclenche une série de spasmes qui part du ventre et qui irrradie dans tout le corps. Mon corps entier fait des spasmes. Et ça dure, ça dure. Là je ne sais plus qui fait quoi, décontraction, contraction, relaxation….ben à ce point là plus rien n’a de sens.
Et puis quelques longues secondes plus tard, ça redescend… je me décontracte parce qu’il faut, je ne peux plus maintenir la pression. Quand j’ai repris mon souffle, je remets en contact et hop c’est reparti. C’était plus difficile à obtenir parce que je le voulais tellement. J’en ai eu un 2ème mais je le voulais trop. Et plus on veut, et moins on l’a ! Le vouloir est un obstacle.
Heureux, je me suis couché et j’ai dormi. Mais ce matin, en 1 heure, sans aneros, j’ai eu 3 mini o, puis j’ai eu des orgasmes toute la journée, à raison d’un orgasme toutes les 1/2 heures à peu près en decrescendo. J’ai cru que j’allais rester comme ça !! Hi hi !
Anerosement votre
Lucky